Critique Demain est déjà hier : chronique d’un futur où la technologie est reine

Johan Gautreau
Expert objets connectés
02 décembre 2021 à 09h30
2
robot futuriste © © shutterstock

La chronique littéraire SF prend un nouveau visage, pour devenir une critique plus régulière et surtout axée sur les nouveautés. Dès lors, quel titre serait mieux adapté que Demain est déjà hier pour un premier rodéo d’essai ?

Demain est déjà hier
  • Vous aimez les univers très denses…
  • Vous voulez embarquer pour un « tour du monde » de la Tech
  • … Vous craignez de vous perdre dans un univers trop dense
  • Vous ne jurez que par les héros incarnés et attachants

Demain est déjà hier (2021)

Daniel Ethan

Le livre d’aujourd’hui vient marquer un tournant historique – roulements de tambours - pour votre chronique littéraire consacrée à la SF. La forme ne change pas, avec cinq paragraphes et cinq citations pour vous convaincre, mais le fond subit quant à lui quelques changements que vous avez déjà pu voir appliqués aux films, séries et bandes dessinées. 

Dorénavant, chaque ouvrage sera décortiqué et noté. S'il est évident que cette note sera toujours plus ou moins subjective, l’objectif est surtout de vous permettre de voir si l'œuvre a des chances de vous plaire ou non.

L’autre nouveauté majeure de ce format réside dans la mise en avant de productions récentes. Après des chroniques d’ouvrages anciens tels que Fondation ou Les enfants d’Icare , nous cherchons désormais à vous dégoter les meilleurs romans du moment, qu’ils soient imaginés par des auteurs indépendants ou non, pour que vous restiez toujours à la page et ne ratiez pas les bonnes surprises !

Pour cette fin d’année, nous vous invitons à découvrir Demain est déjà hier de Daniel Ethan, un roman d’anticipation français plein de charme, à l’univers incroyablement dense. Et en passant, n’hésitez pas à faire vos retours sur le nouveau format dans les commentaires !

Fiche technique Demain est déjà hier

Informations

Type
Roman
Auteur
Daniel Ethan
Editeur
Publishroom
Genre littéraire
Science-Fiction
Nombre de pages
235
ISBN-10
102362110X

« Je m’appelle Alexandre Damon, lieutenant dans l’armée Titan, voici mon histoire. »

Paris, 2050. Le futur dont vous rêviez est là. La technologie est omniprésente, et tous les pans de la vie quotidienne sont régis par les objets connectés. Le travail tel que nous le connaissons n’existe presque plus, les robots ayant pris la place des humains dans la plupart des tâches… Il ferait presque bon vivre dans ce futur où le divertissement est roi et où tout semble si simple.

D'ailleurs, même la guerre est devenue plus « propre ». La dissuasion nucléaire est telle que les pays du globe évitent toute action pouvant entraîner l’apocalypse. Les actes de guerre ressemblent donc plus à des escarmouches discrètes menées dans l’ombre qu'à des batailles rangées. Et aussi étonnant que cela paraisse, la vie est devenue un bien sacré.

C’est dans cet univers que nous allons accompagner Alexandre Damon, un pilote de Titan, sorte d’exo-armure de combat made in France, qui nous fait découvrir le Paris de 2050. Il va d’ailleurs falloir vous accrocher : l’univers décrit dans Demain est déjà hier est incroyablement dense. Tellement que les premières minutes de lecture nous ont presque rebutés, assaillis par profusion de détails. Heureusement l’auteur, Daniel Ethan, nous fait vite changer d’horizon pour un petit tour du monde pas piqué des hannetons !

« Je m’appelle désormais Dimitri Yourinovitch et voici mon histoire. »

Après la France, direction la Russie. Pourquoi un tel changement de cap ? Tout simplement parce que le brave Alexandre Damon a eu la mauvaise idée de créer une épée modulaire pour Titan sans l’accord de sa hiérarchie. En guise de « récompense », le lieutenant se retrouve envoyé dans le pays le plus mystérieux du monde, avec pour mission d’en rapporter un maximum de renseignements pour OMNI, le bureau d’espionnage de la France du futur.

Grâce aux technologies de 2050, changer d’identité et comprendre une autre langue est un jeu d’enfant. Sauf que… ça tourne mal, et Alexandre Damon, devenu Dimitri Yourinovitch, finit enfermé dans les geôles russes…

C'est l’occasion pour nous d’en découvrir davantage sur le fonctionnement de la Russie dans sa période « post-Poutine ». L’auteur ne s’attarde toutefois pas trop sur ce pan de l’histoire. Même le passage dans la prison est réduit au strict minimum.

C’est quelque chose qui est d’ailleurs récurrent dans le livre de Daniel Ethan : le romancier ne s’attarde que très peu sur les faits, se concentrant avant tout sur la description du monde de 2050. On aurait ainsi apprécié un peu plus d’action ou au moins de rentrer un peu plus en profondeur dans la psychologie de notre héros aux multiples personnalités.

« Je m’appelle Darius El Atrache et voici mon histoire. »

Nouveau pays, nouveau changement d’identité pour Damon. Après son passage éclair en Russie, où il récoltera de nombreuses infos – et se rendra compte qu’il a servi de pion – le héros caméléon se fait envoyer au Moyen-Orient. Cette zone du monde est bien différente de ce que nous connaissons aujourd'hui, à défaut d’être pleinement stabilisée.

En 2050, les tensions entre Israël et Égypte sont palpables et le terrorisme islamique fait froid dans le dos. Dans l'univers de Daniel Ethan, la technologie n’a pas que des avantages : les terroristes du groupe Médersa utilisent par exemple un composé chimique nommé Agent D pour transformer toute personne touchée en marionnette kamikaze…

Ce passage est aussi l’occasion pour notre héros de prendre pleinement conscience des enjeux politiques globaux et des tensions mondiales. Si la guerre totale n’est pas à l’ordre du jour, les USA et la Chine font peu à peu plonger le monde dans une nouvelle ère de terreur, tandis que l’IA « Domination éternelle », leader du pays asiatique, a décidé qu’asservir le monde était un chouette programme. Bien entendu, notre héros ne l’entend pas de cette oreille.

« Samedi. Je m’appelle Damian Wayne et voici mon histoire. »

Les hostilités sont lancées. L’océan Pacifique devient le théâtre d’une bataille navale d’une ampleur jamais vue, faisant passer les combats de cuirassés de la Grande Guerre pour une bataille de baignoire. Les pays coalisés sous la bannière des USA – dont la France – vont ainsi affronter la Chine au cours d’un épisode homérique.

C'est, selon nous, le meilleur passage de Demain est déjà hier. Outre l’univers débordant auquel nous a habitué l’auteur depuis le début de son roman, l’action est ici omniprésente, et ces pages nous démontrent à quel point la guerre est loin d’être aussi propre que veulent bien le croire les états du futur. C’est aussi pour nous l’occasion de découvrir les « champions », sortes de robots géants façon Pacific Rim détenus par ls différentes puissances mondiales.

Sans surprise, le combat vire vite au carnage et notre héros manque d’y passer. Sa survie lui vaudra d’ailleurs l’insigne honneur de diriger le champion français, une monstruosité de cinq cent mètres de haut et embarquant pas moins de trois milles membres d’équipage. Oui, c’est énorme et ça semble peu réaliste par rapport au reste des technologies présentées dans le roman. Mais il faut bien avouer que ça peut faire rêver n’importe quel geek !

« Je m’appelle Alexandre Damon et voici mon histoire. »

Retour à la normale pour notre Jarrod du futur. Propulsé aux commandes de son robot XXL, le français va participer à la destruction de l’IA chinoise. Un moment épique qui va clôturer en feu d’artifice le roman de Daniel Ethan.

Quand à savoir si nous recommandons ce livre de SF… Oui et non. Pour cause, on a parfois du mal à accrocher aux longues description du monde de 2050. Le héros semble trop souvent mis au second plan, totalement éclipsé par les nombreuses technologies qui l’environnent, or un peu de psychologie n’aurait pas été du luxe. On peut aussi être rebuté par le style parfois un peu trop expéditif de l’auteur, qui ne développe aucun dialogue entre les personnages.

Malgré cela, Demain est déjà hier reste assez plaisant à lire. Impossible de ne pas être émerveillé par l’imagination débordante du romancier français. On a rarement vu des univers aussi complexes que celui qu’il nous dévoile, et rien que pour ça, ce bouquin vaut le coup, proposant en outre un inventaire exhaustif des technologies que nous pourrions bien voir débarquer d’ici une vingtaine d’années : c’est un véritable tour du monde de la Tech que vous vivrez avec Demain est déjà hier.

7

Demain est déjà hier n’est pas un roman qui plaira à tout le monde. S’il séduira les amateurs d’anticipation en recherche d’univers denses, il risque de rebuter certains lecteurs justement à cause de cette masse d'informations. Le héros se retrouve en effet englouti sous une avalanche de descriptions, ce qui le rend peu attachant, faute d’une personnalité plus travaillée. Bravo toutefois à l’auteur français pour son imagination débordante, pour un premier roman il y a assurément de la matière !

Les plus

  • Vous aimez les univers très denses…
  • Vous voulez embarquer pour un « tour du monde » de la Tech

Les moins

  • … Vous craignez de vous perdre dans un univers trop dense
  • Vous ne jurez que par les héros incarnés et attachants

Demain est déjà hier © Publishroom Factory

Demain est déjà hier (2021) est édité chez Publishroom Factory en version papier. Il est aussi disponible sur Amazon en version Kindle .

À la recherche d'une œuvre à lire ou à voir ?

Retrouvez ici toutes nos critiques de BD, romans, films et séries

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
ld9474
Belle initiative :).<br /> Juste une petite faute dans l’encadré en début d’article:<br /> Paris, 2050. Le futur donc vous rêviez est là. c’est dont vous rêviez.
Johan_Gautreau
Houla, merci pour le signalement de la boulette, je suis complètement passé à côté lors de ma relecture. C’est rectifié !
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Mortal Kombat, le film, signe pour un deuxième round
Malin ? Le fils de John Lennon vend des souvenirs physiques de son père en NFT (en virtuel donc)
Une série Percy Jackson est officiellement en route vers Disney+
The Ark : le co-créateur de Stargate SG-1 est aux manettes de la prochaine série Syfy
Netflix dévoile les premières images du Pinocchio de Guillermo Del Toro
Après le cinéma, Godzilla va poursuivre sa route en série sur Apple TV+
The Batman : il ne faudra pas oublier de passer aux toilettes avant la projection...
Upload : la série d'Amazon vous donne rendez-vous en mars pour sa saison 2
WeWork, vous vous souvenez ? Avec la série WeCrashed, Apple TV+ revient sur les déboires de la start-up
Le premier épisode de la série Shenmue sera diffusé dans quelques jours, un nouveau trailer est disponible
Haut de page