Microsoft va appliquer le RGPD dans le monde entier

Par ,
le 23 mai 2018
 0
L'américain Microsoft a décidé de faire des contraintes imposées par le Règlement général sur la protection des Données son standard mondial. C'est un soutien inespéré pour l'Union Européenne, dont le RGPD suscitait jusque-là de très vives critiques du secteur de la tech.

Le soutien de Microsoft au RGPD reste pour l'heure un cas isolé parmi les géants de la tech.

Microsoft est fin prêt


Entrave au business, contresens historique, angélisme déplacé des Européens... Que n'a-t-on pas entendu ces derniers mois comme critiques à l'encontre du RGPD, le Règlement général sur la protection des Données. Adopté pour rendre aux utilisateurs le contrôle de leurs données personnelles, le texte entre en vigueur vendredi 25 mai, et provoque des sueurs froides dans des milliers d'entreprises, inquiètes des sanctions prévues en cas de défaillance : jusqu'à 4 % du chiffre d'affaire.

Mais le RGPD vient de se trouver un allié de classe mondiale : Microsoft. L'éditeur de Windows vient d'annoncer qu'il était prêt, et que tous ses produits et services seraient conformes, le Jour J, avec le RGPD. Mieux, il s'engage à en appliquer les dispositions non seulement en Europe, mais dans le monde entier.

data privacy protection des données rgpd clubic fotolia


1.600 ingénieurs mobilisés


Concrètement, tout utilisateur des services Microsoft pourra obtenir, sur demande, l'intégralité de ses données s'il souhaite les consulter ou les transmettre à une autre société, ou en réclamer la suppression s'il ne consent plus à laisser Microsoft les collecter. Des contraintes nouvelles, qui ont obligé Microsoft à mobiliser plus de 1.600 ingénieurs pour se mettre en conformité. Mais la compagnie estime que ces nouveaux droits sont importants, et qu'ils doivent être valables partout dans le monde.

Pour l'Union Européenne, qui rêve de faire du RGPD un standard mondial en faveur de la protection des données personnelles, la décision de Microsoft est une victoire. Mais les autres géants de la tech se montrent pour l'heure plus réservés. Facebook, par exemple, appliquera les contraintes du RGPD aux plus de 350 millions de profils européens (dont 33 millions en France), mais refuse de les étendre au reste du monde. Par précaution, Facebook a d'ailleurs remplacé pour les 1,5 milliard d'inscrits non-européens l'adresse de son siège en Irlande par celui aux Etats-Unis.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top