Wimax : l'Arcep pointe du doigt 7 opérateurs

24 novembre 2011 à 18h46
0
Après avoir mené une consultation publique sur le sujet, le régulateur des Télécoms considère que 7 opérateurs qui ont obtenu une licence d'utilisation Wimax ne respectent pas leurs engagements. La plupart d'entre eux n'ont déployé aucune infrastructure.

00FA000000098547-photo-logo-wimax.jpg
L'Arcep avait autorisé des opérateurs comme Iliad ou Bolloré Telecom à utiliser des fréquences Wimax de « boucle locale radio de la bande 3,4 - 3,6 GHz ». En échange, ces opérateurs devaient suivre certaines obligations portant sur le déploiement de leur réseau.

Après enquête, le régulateur des Télécoms constate que sur 10 titulaires métropolitains étudiés « sept d'entre eux n'ont pas respecté les obligations de déploiements figurant dans leurs autorisations, en termes de nombre de sites déployés ». Les mauvais élèves sont Altitude Wireless, Axione, Bolloré Telecom, le département de la Charente, la collectivité territoriale de Corse, Nomotech et SHD.

L'Arcep ajoute que trois d'entre eux (Altitude Wireless, Bolloré Telecom et la collectivité territoriale de Corse) n'ont pas utilisé les fréquences, c'est-à-dire qu'aucune ouverture commerciale n'a été faite et qu'aucun réseau n'a encore été déployé.

Interrogé sur ce manque de motivation, le groupe Bolloré a répondu au magazine Challenges par la voie de son président chargé des médias. Jean-Christophe Thierry explique ainsi vouloir tenir ses engagements mais que : « au moment de l'appel d'offres, l'ensemble des acteurs concernés jugeait que la technologie Wimax permettant son développement était prête. Mais depuis, elle a été abandonnée par toute la filière des télécoms : principalement Intel pour les puces, mais aussi les équipementiers comme Alcatel, Cisco ou Motorola, sans parler des opérateurs télécom comme Sprint aux Etats-Unis ».

L'opérateur ajoute avoir déjà investi 200 millions d'euros dans ses développements télécom dont 95 millions dans l'acquisition de ces fréquences. Si Bolloré ne respecte pas ses engagements l'Arcep menace déjà de faire appliquer l'article L.36-11 du CPCE. Ce dernier l'autorise à suspendre totalement ou partiellement l'autorisation délivrée ou, dans le pire des cas, sanctionner financièrement l'opérateur.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Quand Jean Castex avoue spontanément ne pas avoir téléchargé StopCovid
Annoncée lors du Battery Day, la Tesla Model S Plaid aura jusqu'à 840 km d'autonomie

Sur le même sujet

Charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top