Satori, le botnet qui transforme vos objets connectés en zombies

Alexandre PAULSON
04 février 2018 à 14h18
0
Depuis le mois de décembre, les experts en cybersécurité regardent avec inquiétude grossir à toute vitesse un botnet baptisé Satori. Ce dernier s'ajuste en permanence aux contre-mesures, et a la particularité de se loger dans tout objet mal protégé et connecté à Internet.

Parmi les cibles favorites de Satori, les thermostats, les TV connectées, les systèmes d'infotainment dans les voitures, mais surtout les routeurs. Une fois massif, le botnet pourrait servir à des attaques en déni de service (DDoS).

Déjà 40.000 zombies



En japonais, son nom signifie illumination, compréhension, éveil. Une notion d'une haute valeur philosophique, bien loin des objectifs et des méthodes du malware baptisé Satori. Repéré en décembre dernier, ce code malicieux se loge dans toutes sortes d'objets connectés au Net et les asservit, tels des zombies, pour constituer un puissant botnet, une armée de machines à la main de son ou ses maîtres.

Satori n'est pas encore très gros : il aurait sous sa coupe environ 40.000 appareils, mais il grandit vite. Les experts observent avec inquiétude la discipline de son ou ses auteurs, qui modifient régulièrement leur tactique d'infection. Le moment venu, Satori pourrait servir à expédier des millions de spams, ou noyer sous des requêtes simultanées venant de chaque objet infecté les serveurs d'une compagnie, d'un hébergeur ou d'une institution.

01F4000008745214-photo-pixabay-s-curit-internet-virus.jpg


Le digne héritier de Mirai



Des pans entiers du code source de Satori sont identiques à celui de Mirai, un botnet qui paralysa en 2016 plusieurs structures critiques du web en Amérique du Nord. L'attaque de Mirai fit tomber notamment Twitter, les sites d'Airbnb et du New York Times. Au faîte de sa gloire, Mirai enrôlait des centaines de milliers de routeurs, de webcam, et de toutes sortes d'objets connectés corrompus.

Les trois auteurs de Mirai ont été arrêtés mi-décembre par le FBI, mais leur créature a ouvert la voie à d'autres. Pour se protéger de Satori, plusieurs mesures s'imposent : changer tout d'abord les mots de passe par défaut de vos objets connectés, et les mettre à jour si l'éditeur vous le propose. Si votre bande passante baisse, vous pouvez demander une vérification à votre FAI. Satori a la particularité de se propager rapidement à tous les objets d'un même réseau, notamment domestique.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Apple annonce les iPhone 11 et iPhone 11 Pro : de nouveaux modèles en panne d’inspiration
Le paiement sur Internet s'arme d'un nouveau système antifraude fonctionnel dès demain
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
Apple Watch Series 5 : la montre connectée se dote d’un écran always-on
Les ventes d’appareils photo atteignent un niveau historiquement bas
Un ordinateur vendu sur cinq est un PC gamer
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
Uber s'enfonce (un peu plus) dans l'incertitude et licencie plus de 400 employés
iPhone 11 : tout savoir sur le processeur A13 Bionic qui l'anime
Un son pour avertir les piétons va être ajouté à la Tesla Model 3

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top