Test Retroflag PiStation Case + écran LCD : la plus parfaite des mini-consoles de rétrogaming ?

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
17 mars 2022 à 18h00
18
Retroflag PiStation Case © Retroflag
© Retroflag

En fin d’année dernière, Retroflag avait annoncé la sortie d’un nouveau boîtier rétrogaming à destination des Raspberry Pi. Le temps qu’il soit effectivement lancé et que nous mettions la main sur un exemplaire, voici notre test de ce PiStation Case qui se paie le luxe d’intégrer un écran LCD.

Retroflag PiStation Case
  • Jolie reproduction de la PSX
  • Module écran LCD de qualité
  • Montage on ne peut plus simple
  • Accessibilité des USB / HDMI
  • MicroSD parfaitement placée
  • HDMI pass-through en 720p
  • Refroidissement perfectible
  • Port Ethernet peu accessible

Depuis plusieurs années, le Raspberry Pi est utilisé à toutes les sauces. Bidouilleurs de génie, fanatiques de domotique ou joueurs nostalgiques constituent le public de cette machine aussi sympathique qu’elle est bon marché. Retroflag s’est ainsi fait une spécialité des boîtiers pour héberger un Raspberry Pi et en faire une solution idéale pour le rétrogaming. Après des modèles NES, Megadrive, SNES ou Gameboy, voici venir le boîtier PlayStation et la réussite est une fois encore au rendez-vous !

Retroflag PiStation Case © Nerces
Les principaux articles nécessaires pour « s'amuser » avec le PiStation Case © Nerces

Entre la PlayStation et la PSOne avec écran

Comme à son habitude, Retroflag s’est tourné vers un modèle réduit d’une console emblématique. Le fabricant a toutefois privilégié une reproduction de la première PlayStation et non de la fameuse PSOne, version allégée de la console de Sony. Le PiStation Case prend la forme d’un parallélépipède de 134,7 millimètres de long pour 90,5 mm de large et 38,7 mm d’épaisseur : les proportions sont très proches de la console originelle, même si le boîtier semble un peu plus épais.

Retroflag PiStation Case © Retroflag
Le PiStation Case sous toutes ses coutures © Retroflag

Extérieurement, la copie n’est pas loin d’être parfaite et on retrouve logiquement trois boutons dans la partie supérieure : « power » pour allumer la bête, « reset » pour réinitialiser et « open » qui sert à ouvrir le « lecteur CD », en réalité une espèce d’espace de stockage pour déposer les cartes microSD associées à la machine. Bien vu. Sur l’avant, deux ports USB sont visibles alors qu’à l’arrière on remarque le port d’alimentation (USB-C), deux micro HDMI et un audio jack 3,5 mm.

Retroflag PiStation Case © Nerces
Les deux modules sont déballés : le montage peut commencer © Nerces

Un peu moins bien vu que le capot « lecteur CD », Retroflag a aménagé un petit espace sur le côté du PiStation Case : un simple cache plastique permet d’accéder ici aux deux autres ports USB (les 3.0) du Raspberry Pi ainsi qu’au port Ethernet RJ45. Petit défaut pour ce dernier : il est un peu dans un coin et le câble réseau ne sera pas si facile à débrancher. Enfin, notons la présence – à nouveau sur l’arrière du boîtier – de deux pas de vis : c’est là que se fixe le module écran.

Retroflag PiStation Case © Nerces
Le montage dans son ensemble ne prend guère plus de quelques minutes © Nerces

Un module parfaitement facultatif : Retroflag distribue le PiStation Case avec ou sans l’écran. Avec cet appendice, le boîtier se rapproche un peu de cette solution PSOne avec écran intégré. Le principe est on ne peut plus simple : le module se fixe sur l’arrière du PiStation Case, un connecteur micro HDMI se branche sur celui du Raspberry et un port USB-C vient prolonger celui de l’alimentation. Les deux vis en place, l’ensemble est bien solidaire et donne accès à un port HDMI standard.

Retroflag PiStation Case © Nerces
Retroflag PiStation Case © Nerces
Retroflag PiStation Case © Nerces
Retroflag PiStation Case © Nerces
Retroflag PiStation Case © Nerces
Retroflag PiStation Case © Nerces

Câbles, branchements et connecteurs du Raspberry Pi 4 au sein du PiStation Case © Nerces

Montage simplissime et très rapide

Soulignons que Retroflag ne distribue pas un produit « complet » avec son PiStation Case. Il faut faire l’acquisition d’un Raspberry Pi – exclusivement un 4 Model B – pour le compléter ainsi que d’un bloc d’alimentation 15W / 5A et, bien sûr, d’une carte micro SD. Il faut aussi prévoir un petit dissipateur / ventialeur (40 mm) pour éviter que le Raspberry ne surchauffe. Retroflag livre en revanche – et heureusement – la visserie nécessaire ainsi qu’un petit tournevis pour le montage.

Retroflag PiStation Case © Nerces
L'insertion de la micro SD ne pose strictement aucun problème © Nerces

Là, inutile de tourner autour du pot, c’est à la portée de tous. On ouvre d’abord le PiStation Case, on identifie le bouton de safe shutdown – que l’on peut ou non activer – et les deux câbles à brancher sur le Raspberry Pi : le premier déporte les ports USB 2.0 vers l’avant du boîtier, le second recâble le port d’alimentation du Raspberry Pi afin que le PiStation Case dispose lui aussi de son alimentation qui sert pour la LED du boîtier, le bouton « power » et l’écran LCD. Forcément.

Retroflag PiStation Case © Nerces
Le « lecteur CD » permet de stocker quelques cartes micro SD © Nerces

Une notice explique comment brancher les câbles, mais franchement, il n’y a aucun risque d’erreur. Ensuite, la partie la plus « délicate » est de retourner le Raspberry Pi pour qu’il soit en face des emplacements pour les vis. On en place trois sur quatre, mais là encore, c’est précisé dans la notice. On peut refermer le boîtier et placer les dernières vis pour fixer le tout. Précision utile : ce n’est que maintenant que l’on insère la micro SD, si tant est qu’elle soit prête, bien sûr.

Retroflag PiStation Case © Nerces
Dommage que le port Ethernet ne soit pas un peu plus accessible © Nerces

L’ultime étape de montage concerne l’écran LCD qui ne doit pas être en place quand on cherche à monter le Raspberry Pi. Ensuite, c’est le plus simplement du monde que l’on vient le fixer à l’arrière du boîtier et que l’on sert les deux grosses vis de fixation. La chose ne pose aucun problème, mais on est tout de même un peu surpris de voir Retroflag adopter des vis « plates » alors que partout ailleurs il utilise des cruciformes.

Retroflag PiStation Case © Nerces
Retroflag PiStation Case © Nerces

Plusieurs distributions seront parfaitement à leur aise sur le PiStation Case. Ici, Recalbox 8.0.2 © Nerces

Entre émulation réussie et petits regrets

Avant d’insérer la carte micro SD, il convient bien sûr de la préparer. Dans le cas d’une utilisation rétrogaming, nous ne saurions trop vous conseiller le logiciel Raspberry Pi Imager qui permet d’installer très facilement la distribution de votre choix sans avoir à la chercher / télécharger au préalable : tout se fait depuis l’installeur. Dépendante de la vitesse de votre connexion, la chose est de toute façon assez rapide. On peut ensuite glisser la micro SD dans le PiStation Case.

Soulignons ici l’excellent placement du lecteur micro SD. Certes, il est sous le boîtier, mais il n’y a aucun jeu, aucun espace et l’insertion se fait sans aucun problème. Avant de pouvoir allumer la machine, il est important de brancher d’un côté l’alimentation et, de l’autre, une manette. Pour éviter toute déconvenue, nous vous suggérons un bloc officiel Raspberry et une manette officielle Xbox 360, même si d’autres fonctionneront bien, notamment chez Retroflag.

Retroflag PiStation Case © Nerces
Retroflag PiStation Case © Nerces
Retroflag PiStation Case © Nerces
Retroflag PiStation Case © Nerces

Toujours notre intégration de Recalbox 8.0.2 © Nerces

Lors de nos différents tests, nous avons utilisé plusieurs distributions, mais nous reconnaissons une petite préférence – et la force de l’habitude – pour Recalbox, maintenant en version 8. Aucun problème à signaler dans la détection du Raspberry Pi 4 et si l’écran LCD du PiStation Case est petit (4,3 pouces / 800 x 480), il assure l’essentiel grâce à une belle image, des couleurs vives et un contraste suffisant. En revanche, on regrette que les réglages soient limités au volume et à la luminosité.

Les deux petits haut-parleurs font correctement leur job et cette solution avec écran intégré est vraiment parfaite pour que votre mini-console vous accompagne partout. Bien sûr, le jeu à trois ou quatre joueurs est plus compliqué, mais pour du jeu en solo ou en duel, ça marche rudement bien. On regrette en revanche que Retroflag se soit loupé sur l’HDMI pass-through. Celui-ci « interprète » le signal du Raspberry Pi et ne permet de sortir que du 720p. Dommage.

Retroflag PiStation Case © Nerces
Un PiStation Case + Raspberry Pi 4 est plus cher que la PlayStation Mini, mais tellement plus intéressant © Nerces

Retroflag PiStation Case, l'avis de Clubic

Une fois encore, Retroflag fait honneur à ces vieilles consoles du passé en commercialisant un boîtier fidèle à la PlayStation. Le PiStation Case est à l’image de la première machine de Sony et l’option de l’écran LCD est une idée remarquable même si nous aurions aimé une dalle un peu plus grande – il y avait la place – et une sortie HDMI externe qui autorise le 1 080p.

Autre reproche, Retroflag n’a pas revu la place pour son ventirad. Comme le Raspberry Pi 4 chauffe plus que les précédents, on aurait aimé placer un ventilateur de 60 mm pour un meilleur refroidissement. Des réserves qu’il ne faut pas minimiser, mais qui ne doivent pas faire oublier les atouts d’un boîtier pratique, facile à monter et bien conçu. Sans doute LE boîtier pour se monter une petite console rétro ouverte, à moindre frais.

Retroflag PiStation Case

8

Le PiStation Case est à l'image des précédents boîtiers Raspberry Pi. C'est un produit complet, sérieux et bien pensé, mais auquel il manque peut-être un petit grain de folie, un écran un peu plus grand et un HDMI pass-through plus ambitieux. Une très belle solution malgré tout.

Les plus

  • Jolie reproduction de la PSX
  • Module écran LCD de qualité
  • Montage on ne peut plus simple
  • Accessibilité des USB / HDMI
  • MicroSD parfaitement placée

Les moins

  • HDMI pass-through en 720p
  • Refroidissement perfectible
  • Port Ethernet peu accessible
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
18
11
dredd
Ce n’est pas la PSOne qui est reproduite mais la PlayStation tout court. La PSOne est une vraie console qui existe avec ce nom officiel et elle n’a pas cette tronche.<br /> C’est un détail peut-être mais pas quand tout le truc tourne autour de la reproduction d’un objet. Quand c’est pas le bon, ça part mal.
Nerces
« Le fabricant a toutefois privilégié une reproduction de la première PlayStation et non de la fameuse PSOne »<br /> J’ai écris ça assez tôt dans l’article. Par contre, je me suis peut-être planté ailleurs, où as-tu relevé mon erreur ?
louchi
Une petite question, simple: qui aime bien le retrogaming, en général, ceux qui ont joué à ces jeux, ou des curieux, jeunes ? pour avoir connu l’Atari 2600 et toutes les consoles Nintendo et Sega qui ont suivi, jamais je n’ai eu envie de rejouer aux vieux jeux, de nos jours.<br /> D’ailleurs, je déteste les jeux faits en « pixels »…désolé, j’ai même pas le terme, j’ai oublié, mais vous savez, les nouveaux jeux, faits avec un tas de pixels. C’est juste, horrible…quel est l’intérêt ? c’est moche, faut arrêter avec le passé, à un moment donné, non ? Bien sûr j’ai adoré Zelda, mais je vais pas le refaire, là…
dredd
Ce n’est que dans les + et -. Je me suis un peu emballé, la fatigue m’a fait délirer en pensant que t’avais écris le contraire en début d’article.
Nereus
Ça s’appelle le « pixel art ». C’est tes goûts et il n’y a aucun mal à le pas apprécier. Personnellement j’aime bien, Kingdom two crowns est une tuerie par exemple.
louchi
Mais pourquoi faire ce genre de rendu, quand on peut faire des choses magnifiques et folles, qui plus est, en 2D…si on va jusqu’au bout du trip, alors on ne met que 4 couleurs ?
batmat
Va en parler aux « quelques » joueurs de MineCraft
MattS32
louchi:<br /> Mais pourquoi faire ce genre de rendu, quand on peut faire des choses magnifiques et folles<br /> Parce qu’un bon fond vaut mieux qu’une forme qui en met plein les yeux mais sans aucun fond, et qu’il n’est pas toujours possible de combiner les deux (question de compétences techniques dans l’équipe de dev notamment…).<br /> Et parce que le style graphique influe aussi sur le gameplay. Un jeu de plateforme en 2D et un jeu de plateforme en 3D n’ont pas du tout le même gameplay.<br /> louchi:<br /> si on va jusqu’au bout du trip, alors on ne met que 4 couleurs ?<br /> Et pourquoi pas ? Dans certains cas il n’y a pas besoin de plus. Beaucoup de gens considèrent par exemple que l’un des meilleurs Tetris de l’histoire est celui de la Game Boy, en noir et blanc, alors qu’à l’inverse ils considèrent les Tetris modernes pleins de couleurs et d’effets spéciaux complètement nuls…
Blap
Parce que c’est magnifique, certains ne voient que la technique, d’autres voient l’artistique.<br /> Tu peux faire du très beau avec la 3D comme du très moche, c’est exactement pareil avec la 2D et le pixel art. C’est pas parce que t’utilises une technique différente que c’est moche pour autant.<br /> Essaye de t’ouvrir un peu plus plutôt que de t’arreter sur la date d’apparition d’une technique ?
louchi
Non, mais ça va, je comprends…c’est juste que c’est pas mon truc
Mirada2000
En clair vous dites de ne pas acheté les relooking officiel sorti ces derniers mois, mais piraté les jeux sur des sites.<br /> Car la légalié est limite…<br /> Recalbox enfreint en tout cas clairement es droits d’auteur vu qu’ils fournissent des roms…
MattS32
Mirada2000:<br /> Recalbox enfreint en tout cas clairement es droits d’auteur vu qu’ils fournissent des roms…<br /> Les ROM fournies par Recalbox sont des ROM libres réalisées par des développeurs indépendants (c’est pour ça que c’est beaucoup de jeux bien plus récents que les consoles sur lesquels ils tournent, ce sont des jeux qui ne sont en fait même pas sortis sur la console originale).<br /> Ils précisent même dans leur FAQ que la plupart de ces jeux sont en exclusivité sur Recalbox, ils n’ont jamais été diffusés autrement : F.A.Q. | recalbox.com?
kanda
@Nerces : L’écran ne semble s’ouvrir qu’à 90 degrés max on dirait ? Ce n’est pas gênant ?
MattS32
Ils peuvent, oui. Mais ça ternirait leur image et ça leur ferait perdre bien plus que de laisser ce produit vivre sa vie tranquillement dans sa petite niche de marché.<br /> D’autant plus que la Playstation 1 a bientôt 20 ans, donc même si certains éléments de son design ont fait à l’époque l’objet de brevets, ils ne vont pas tarder à tomber dans le domaine public.
Nerces
Non, non, autour de 125°-130°.
kanda
ah impec alors, merci pour la précision
Duben
Et pourquoi pas ? On fait des photos en noir et blanc alors que de nos jours la couleur existe. On fait des dessins animés en applats alors que la 3D existe. On collectionne et on roule avec des voitures anciennes alors qu’il y a des voitures modernes pleins les conessions, on porte des converse all stars alors qu’il y a des modèles plus récents…<br /> C’est un style graphique, que certains apprécient, tout simplement
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Les nouveaux chipsets AMD pour Ryzen 7000 (Zen4) devraient être dévoilés sous peu
La carte graphique Gigabyte GeForce RTX 3070 en promo chez RueDuCommerce
Acer dévoile de nouveaux écrans 3D stéréoscopiques sans lunettes SpatialLabs View
Le futur des cartes SD s'annonce avec la norme SD 9
Voilà un prix très attractif pour ce PC Oled de 14
Toujours plus : la première mémoire DDR5 avec des ventilateurs RGB !
Acer lance une flopée de nouveaux laptops dont un Swift 3 OLED, sous la barre des 1000 euros
Faites des économies en achetant le SSD Crucial P5 Plus en promo chez Amazon
Le Chromebook Acer 15,6
Ressuscitez votre Game Boy original avec ce kit pour Raspberry (et gagnez la couleur en passant)
Haut de page