Zuckerberg drague la Chine et fait interdire la boisson Face Book

0
Ils n'avaient pas le droit de l'utiliser, ils n'auront désormais plus le droit de le boire non plus. Depuis que Facebook a été interdit en Chine, certaines sociétés comme Pearl River Drinks cherchent à exploiter les effets commerciaux d'un nom qui génère le fantasme depuis sa censure. Et si la Chine est connue pour le peu de cas qu'elle fait de la protection des marques déposées, la cour de Pékin vient pourtant d'interdire la boisson « Face Book ».

Inutile de chercher dans la presse chinoise, ce jugement n'est visible que sur le site de la Cour de justice de Pékin. Il y est fait état d'une « copie évidente », d'un«  plagiat délibéré perturbant la concurrence loyale dans l'ordre du marché. »

La presse américaine s'étonne de ce verdict, alors qu'un cas similaire n'avait pourtant pas été favorable à la société Apple : comme le rapporte le Guardian, la plainte concernant l'utilisation du terme « iPhone » pour certains articles en cuir a été rejeté il y a une semaine à peine.

08436322-photo-i-phone.jpg


Selon bon nombre de commentateurs, ce traitement de faveur est à relier à l' aura de Mark Zuckerberg en République Populaire de Chine. Récemment relayée dans Les Echos, une véritable opération de séduction a été mise en place par Zuckerberg à l'égard du pays le plus peuplé du monde. Selon Reuters, il est très apprécié des tabloïds locaux depuis qu'il fait des discours en mandarin, et a même obtenu, fait rare, une audience spéciale avec Liu Yunshan, membre important du Parti et ancien directeur du Département de la propagande chinoise.

A lire également
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page