Microsoft lâche la liseuse Nook

0
Le groupe américain arrête son partenariat avec Barnes & Noble, l'éditeur de la liseuse Nook. Les faibles ventes du lecteur de livres électroniques ont eu raison des ambitions de Microsoft pour ce produit.

Alors que Barnes & Noble peine à vendre sa liseuse de livre électronique Nook, l'éditeur avait trouvé un moyen de sortir la tête de l'eau. La société avait signé un partenariat avec Microsoft visant à ce que le groupe de Redmond investisse 300 millions de dollars dans la société.

0190000004207676-photo-nook-color-1-2.jpg


Les résultats n'ont toutefois pas été à la hauteur des attentes de l'éditeur. Face à la baisse constante des ventes de Nook, les deux sociétés se sont engagées d'un commun accord à mettre un terme à leur aventure. Barnes & Noble va donc racheter 16,8% des parts que détient actuellement Microsoft.

Malgré ce nouveau problème, B&N va tenter de continuer de rationaliser ses activités et poursuivre sa stratégie visant à signer des partenariats pour la construction d'appareils pour des éditeurs tiers. Après les échecs des partenariats avec Microsoft et Samsung, le groupe va néanmoins changer son positionnement.

La société pourrait donc repositionner ses activités, en particulier ses boutiques physiques, vers d'autres secteurs, comme le divertissement ou encore les jouets.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Première bande-annonce pour Terminator Genisys, entre remake et reboot
Piratage de Sony Pictures : 47000 numéros de sécurité sociale dérobés
Revente de Dailymotion : Stéphane Richard calme les ardeurs
Conquête spatiale : nouveau départ pour Orion vendredi à 13h05
Uber a doublé sa valorisation en 5 mois, à 40 milliards de dollars
Infos US de la nuit : Uber lève 1,2 milliard de dollars
Justice : The Pirate Bay bientôt
Les Français demandent des boutiques et des vendeurs connectés
Google abandonne le Captcha au profit d'une case à cocher
Le mobile et l'automobile portent encore les semi-conducteurs
Haut de page