Grooveshark et ses employés ciblés par une plainte d’Universal

21 novembre 2011 à 16h55
0
Le groupe Universal vient d'attaquer le service musical Grooveshark. La Major estime avoir obtenu les preuves selon lesquelles des employés de la plateforme auraient mis en ligne jusqu'à 10 000 titres de musique sans aucune autorisation.

00FA000004458446-photo-grooveshark-logo.jpg
Le site Grooveshark est une nouvelle fois dans le collimateur de la justice. Après avoir été ciblé par Universal au motif que le service ne dispose d'aucune autorisation de diffusion des titres appartenant à la firme, cette dernière attaque à nouveau. Cette fois, elle reproche clairement aux employés et dirigeants d'Escape (société mère éditrice de Grooveshark) d'avoir mis en ligne de nombreuses chansons.

Selon Cnet, plus de 10 000 titres auraient ainsi été publiés sans aucune autorisation. Afin d'appuyer ses arguments, Universal affirme détenir des e-mails mais également d'autres enregistrements permettant d'attester de la véracité de ses propos. Le label souhaite ainsi obtenir des dommages et intérêts pour chaque infraction commise (150 000 dollars par infraction).

En effet, l'éditeur de Grooveshark pourrait tomber sous le coup du Digital Millennium Copyright Act (DMCA). Ce dernier laisse une certaine latitude aux utilisateurs en matière de contenu illégal mais n'exempte aucunement les services du respect de la protection de la propriété intellectuelle. En l'état actuel de la procédure, si la justice donnait raison à Universal, ce procès sonnerait la mort de Grooveshark.

Le tribunal de Manhattan doit donc examiner la plainte et les preuves apportées par Universal. Selon le label, le p-dg de Grooveshark Samuel Tarantino aurait personnellement mis en ligne 1 791 chansons. Deux autres dirigeants auraient également publié 3 453 titres (Paul Geller) et 4 600 chansons (Benjamin Westermann-Clark) de manière illégale.

Pour rappel, la plate-forme Grooveshark est un service qui propose d'écouter en ligne de la musique en streaming. A l'image de sites comme Deezer ou de logiciels comme Spotify, Grooveshark permet de constituer gratuitement des listes de lectures mais également de souscrire à un abonnement payant pour 9 dollars par mois. De même, Grooveshark accorde une grande liberté à l'utilisateur puisqu'aucune limite de la durée d'écoute n'est imposée. Un internaute peut également faire des upload de musiques.

Après avoir vu son application iPhone puis Android bannie, cette nouvelle plainte constitue une épine de plus dans le pied du service. Pour sa défense, Grooveshark a toujours expliqué qu'il respectait les droits d'auteurs et contrôlait la provenance des morceaux mis en ligne.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top