Musique en ligne : coup de chaud sur l'e-G8

24 mai 2011 à 22h15
0
L'une des conférences les plus attendues de cet e-G8 Forum était celle sur la propriété intellectuelle et l'Industrie de la Culture. Malgré des débuts poussifs, la réunion baptisée « propriété intellectuelle et Économie de la Culture à l'âge du numérique » a tenu ses promesses.

00FA000004292666-photo-mitterrand-eg8.jpg
Pascal Nègre (p-dg Universal), Frédéric Mitterrand (Ministre de la Culture), Antoine Gallimard (président des Editions Gallimard), Jim Gianopoulos (président 20th Century Fox) et John Perry Barlow (co-fondateur de l'Electronic Frontier Fondation). Un casting prometteur pour un débat qui a été le point d'orgue de cette première journée de concertations.

En guise d'engagement, la question a été posée de savoir si le débat autour du téléchargement illégal était pacifié. Interrogé, Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture a donc donné sa position sur le sujet : « Tout le monde reconnaît le principe de la protection du doit d'auteur car il touche à la création. Sur le principe, il y a donc apaisement. Sur Hadopi, j'ai été frappé de voir qu'en France, il reste un certain nombre de gens qui n'ont pas désarmé pour critiquer cette institution alors qu'elle a un effet d'entraînement considérable sur le plan pédagogique. A Hollywood, elle est considérée comme une amélioration dans la protection des droits. L'Hadopi contribue donc à pacifier l'environnement général ».

Pour le ministre, les usages sont donc en évolution. Une tendance que constate également Antoine Gallimard (président des Editions Gallimard) : « Notre problème repose sur un certain nombre de principes qui doivent être protégés. Nous nous sommes donc félicités que l'Assemblée nationale adopte des mesures sur le prix unique du livre numérique. Cette loi est essentielle et j'espère d'ailleurs que nos amis européens ne la contesteront pas. Pour rappel, le droit d'auteur a permis à l'écrivain d'échapper à la tutelle de l'éditeur, cette avancée est donc bien un facteur de croissance ».

Jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici...

Invité de dernière minute et remplaçant de luxe, John Perry Barlow (co-fondateur de l'Electronic Frontier Fondation) est connu pour avoir publié un manifeste baptisé « Déclaration d'indépendance du cyberespace » en 1996 dans lequel il évoquait déjà la nécessité de conserver certains principes d'ouverture d'Internet.

Cette fois, il se fait plus critique : « Cette conférence s'est jusqu'ici penchée sur l'imposition de règles. Je ne suis pas d'accord avec le ministre pour dire qu'il y a un consensus. Vous nous parlez de conserver un modèle économique mais il est impossible de tout contrôler. Vous ne pouvez pas posséder la liberté d'expression. Si vous commencez à vouloir contrôler le contenu, bientôt vous contrôlerez les choses qui ne vous plaisent pas, alors qu'Internet devrait être la possibilité pour tous de satisfaire sa curiosité dans tous les domaines ».

Sur ces mots, l'assemblée semble alors revigorée et applaudit l'orateur. Visiblement agacé, le ministre de la Culture rétorque : « je ne peux pas souscrire à cette manière de voir les choses. Je ne partage donc pas cette vision apocalyptique. Par contre, s'il n'existe pas de modèle différent, c'est qu'il n'en existe pas d'autre viable. Ce système est à la base du droit de création et du droit des auteurs ».

« Désolé pour les gens du fond »

A son tour, Pascal Nègre ajoute : « L'industrie créative du divertissement représente 3 000 milliards de dollars en valeur mais ces activités sont coûteuses. Il y a aussi des investissements à réaliser auprès des artistes pour les faire connaître, les promouvoir devant le public. Les maisons de disques ne récupèrent leurs investissements que pour environ 1 artiste sur 7 alors que nous investissons 5 milliards de dollars chaque année sur des nouveaux talents ».

A ces derniers mots, John Perry Barlow bondit : « 5 milliards ? Vous n'avez pas besoin de 5 milliards de dollars d'investissement dans l'intérêt de la créativité. Cela ne sert à rien d'investir ainsi, il ne faut simplement pas confondre droit d'auteur et rétribution des artistes ».

Alors que la salle commence à frétiller de ce début (tardif) de débat où chacun défend ardemment sa position, Bruno Patino, le monsieur loyal de la conférence, prend le micro et siffle la fin de la conférence : « désolé pour les gens du fond » s'excuse t-il. Dommage, nombreux sont ceux qui, le doigt levé, souhaitaient participer au débat...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Square-Enix avance (officieusement) la date de sortie de Final Fantasy VII Remake !
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
Tesla Cybertruck : quelle est la répartition mondiale des précommandes ?
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD

Discussions sur le même sujet

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top