La Hadopi se penche sur le streaming et le "téléchargement direct illicite"

le 25 février 2013 à 16:21
 0
Après avoir publié une étude chiffrant le téléchargement direct et le streaming entre 50 à 70 millions d'euros par an, la Hadopi émet ses préconisations sur le sujet. Dans un rapport, elle propose de « responsabiliser davantage les sites de contenus et de référencement ». A ce titre, les intermédiaires financiers et publicitaires pourraient être amenés à participer à la lutte contre ces pratiques.

012C000004822096-photo-hadopi.jpg
En novembre 2011, Nicolas Sarkozy souhaitait disposer d'armes plus conséquentes afin de lutter contre le streaming ou le téléchargement illégal. Le Président de la République d'alors expliquait ainsi vouloir s'attaquer à ces méthodes. « Il faut aller plus loin parce qu'il y a les sites de streaming. Sur les sites de partages, l'idéologie du partage, excusez-moi, c'est plutôt l'idéologie de l'argent : je vole d'un côté et je vends de l'autre. Ne me demandez pas de soutenir cela, personne ne peut soutenir cela », précisait-il.

L'an dernier, la Hadopi publiait ainsi les résultats d'une étude réalisée par l'Idate dans laquelle un panorama du téléchargement direct et du streaming était dressé. Si le document était plutôt complet, il livrait cependant un constat selon lequel le marché total de la consommation de services et sites de contenus en streaming et téléchargement direct (hors P2P) pouvait se chiffrer entre « 51 à 72,5 millions d'euros par an ».

Désormais, la haute autorité publie un rapport dans lequel elle inscrit ses préconisations afin de lutter contre les plateformes permettant de consulter ou télécharger sans autorisation des contenus soumis au droit d'auteur. Une pratique jugée ici « illicite ».

Si elle conçoit qu'aucune solution « n'est en soi efficace à 100% », elle propose non plus de recherche la responsabilité de l'éditeur du site proposant les contenus « mais du service de communication en ligne manifestement destiné à commettre des contrefaçons [...] Il en est de même des responsables des sites de référencement qui répertorient des liens pour orienter les internautes vers des contenus illicites ».

Concernant plus particulièrement l'internaute, l'autorité préconise de séparer d'un côté ceux qui consultent simplement ces contenus et, de l'autre, ceux qui « mettent délibérément à disposition du publics des œuvres protégées, sans autorisation des titulaires de droits ». Ces derniers seraient alors passibles des mêmes peines que celles punissant la contrefaçon. Des sanctions lourdes donc puisque la Hadopi considère que la riposte graduée (envoi d'e-mails puis d'un courrier) ne peut pas leur être appliquée du fait de la gravité de la pratique. Au contraire, un simple internaute venant consulter un contenu ne tomberait sous le coup d'aucun règlement.

00FA000004977072-photo-drm-streaming-logo-gb-sq.jpg
Toutefois, la Hadopi reste consciente des barrières qui se dressent face à cette stratégie. Tout d'abord, obtenir des éléments permettant d'attester qu'un contenu a bien été consulté de la part d'une plateforme, possiblement située à l'étranger peut se révéler très compliqué. De même, l'organisme se demande si le recours à des méthodes d'analyse en profondeur des contenus via la technique dite du Deep Packet Inspection (DPI) est compatible avec le principe de proportionnalité. Le procédé est, en effet, plutôt lourd et doit impliquer les FAI, a priori peu amènes sur le sujet.

Vers une procédure d'alerte contre les « mauvais hébergeurs »

La haute autorité se propose de constater un manquement répété à un droit d'auteur. Un site pourrait alors se voir dresser contre lui un constat non-automatique. La plateforme en cause serait ensuite entendue pour qu'elle puisse se défendre. De son côté, la Hadopi entend également tenir compte « d'un éventuel échec dans la conclusion d'un accord entre ayants droit et plateformes ».

Autre point, la Hadopi propose qu'elle puisse « assurer un suivi des décisions de blocages » de sites ordonnés par la justice. La fermeture d'un site pouvant aisément entraîner la réapparition des mêmes contenus depuis un portail miroir, la haute autorité se propose donc de veiller à ce que les décisions d'un juge puissent être correctement appliquées.

Enfin, la Hadopi souhaite impliquer l'ensemble des intermédiaires financiers et publicitaires dans la lutte contre le téléchargement direct ou le streaming. Ces derniers pourraient ainsi faire pression sur les plateformes ne respectant pas les règles en suspendant « temporairement leurs relations contractuelles avec le site voire la résiliation » ou bien encore en prévoyant la suspension « des paiements et leur placement sous séquestre ».

Par contre, pour les acteurs majeurs du marché publicitaire dont certaines bannières sont présentes sur ces plateformes illicites, la Hadopi ne peut qu' « inciter les initiatives d'autorégulation ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Après plusieurs bêtas, Apple livre la version 12.2 de son système d’exploitation mobile. Sans bouleverser les habitudes de ses utilisateurs, cette mise à jour apporte quelques nouveautés d’interface bienvenues.
19:33 | iOS
Dans le cadre de l'événement >, qui aura lieu à Amsterdam le 2 avril prochain, Ford va dévoiler la nouvelle génération de véhicules hybrides, dont les nouvelles Fiesta et Focus EcoBoost Hybrid (mHEV).
Le groupe de médias reproche au site d’avoir partagé des astuces permettant de contourner le blocage des chaines Altice si jamais elles venaient à disparaitre du bouquet TV Free.
18:40 | Free
C’est un véritable manifeste que Larry Sanger s’est attaché à rédiger en début d’année. Publié sur son blog personnel, ce document liste les 17 mesures mise en oeuvre par le cofondateur de Wikipedia pour tenter de reprendre le contrôle de sa vie numérique. Un peu passé sous les radars, ce billet méritait bien que Clubic l’épluche pour en extraire la substantifique moelle. Sans grande surprise, les GAFAM en prennent pour leur grade.
L’Union européenne vient de mettre fin à la menace d’exclusion de l’équipementier chinois des réseaux 5G de la zone, mais prône sa surveillance.
17:51 | Huawei
Les nouveaux fleurons de Huawei sont à la fête aujourd’hui. Après une présentation officielle très alléchante, les plus impatients peuvent précommander dès maintenant les P30 et P30 Pro !
17:40 | Bon plan
Le président de Microsoft souhaite que les différents acteurs de la tech travaillent sur des outils de modération communs afin d’éviter la diffusion en direct de tueries de masse, comme récemment en Nouvelle-Zélande.
17:16 | Internet
Bethesda Softworks vient d'annoncer une nouvelle qui ravira les joueurs PC. En effet, les prochains titres de l'éditeur débarqueront également sur Steam à leur sortie en plus de Bethesda.net. Un des jeux majeurs de la firme, disponible depuis l'année dernière, aura également droit à un traitement similaire.
16:43 | Jeux vidéo
C’est Porte de Versailles, à Paris, que Huawei a aujourd’hui posé ses valises afin de présenter ses P30 et P30 Pro. Deux smartphones taillés pour la photographie, qui promettent monts et merveilles en matière de zoom... et sans perte de qualité.
Pewdiepie, ex plus gros YouTuber au monde, s’est récemment fait dépasser au jeu des abonnements par le label musical indien T-Series. Pour lui venir en aide, et lui permettre de regagner sa place de numéro un, des fans du vidéaste suédois ont eu recours à des Ransomwares pour le moins… inhabituels.
16:08 | Malware
C'est fait : le Parlement européen vient de statuer en faveur de la réforme sur le droit d’auteur, après deux ans d’âpres discussions et plusieurs révisions du texte.
Le Sony Xperia 1, héritier du Xperia ZX3, disposera d'un affichage 4K constant... ce qui risque (selon certains) de flinguer l'autonomie.
15:01 | Smartphone
Un an après sa sortie, le P20 Pro de Huawei trône toujours en haut du classement DxOMark, au coté de son petit frère le Mate 20 Pro. C'est dire que le savoir faire du constructeur en matière de photographie mobile est indéniable. Alors quand celui-ci nous a proposé de venir prendre en main son successeur, le bien nommé P30 Pro, nous avons sauté sur l'occasion pour vérifier si Huawei était capable de se surpasser. On vous raconte tout ça dans notre prise en main !
Si Sony Interactive Entertainment ne se rendra pas à l'E3 cette année pour la première fois de son histoire, le constructeur a décidé de prendre la parole de manière un peu différente en 2019. À l'instar d'un Nintendo Direct dont il s'inspire grandement, le State of Play est une nouvelle émission durant laquelle nous avons pu découvrir des jeux PS4 et PlayStation VR.
13:53 | Jeux vidéo
scroll top