Hadopi : un internaute convoqué conteste avoir téléchargé

15 juillet 2011 à 13h42
0
Alors que l'Hadopi a convoqué une « dizaine » d'internautes afin d'entendre leurs justifications pour avoir téléchargé du contenu protégé de manière illégale, un professeur de 54 ans estime ne rien avoir à se reprocher. Il devra donc faire entendre ses arguments sans quoi son dossier pourra être transmis à la justice.

00FA000003275672-photo-le-logo-de-l-hadopi.jpg
« J'ai l'impression d'être rentré dans un engrenage infernal », voilà comment Robert Tollot, 54 ans, professeur de sciences économiques et sociales au lycée François-Mauriac de Forez (Loire) décrit sa situation. La haute autorité lui reproche pourtant d'avoir téléchargé des morceaux de musique de « David Guetta, puis Rihanna » sur les réseaux P2P. Après avoir été averti, il aurait même continué en se procurant le film Iron Man 2.

Pour sa défense, l'internaute explique sur LeParisien qu'il avait déjà contacté l'Hadopi pour lui expliquer qu'il s'agissait probablement d'une erreur. Cette dernière l'a invité à vérifier si sa connexion était suffisamment sécurisée. Robert Tollot a ensuite précisé qu'il n'était pas particulièrement technophile et qu'il ne possédait pas, à sa connaissance, de moyens pour savoir si un autre internaute utilisait sa connexion pour télécharger à son insu. Par contre, il précise que pour le film Iron Man 2, il se trouvait en cours à l'heure où a été enregistré le téléchargement...

Pour rappel, la riposte graduée mise en place avec Hadopi se déroule en trois temps. Après un avertissement par e-mail puis par courrier, l'autorité peut adresser un troisième courrier. Dans ce cas, elle peut transmettre un dossier à la justice qui peut alors décider de couper la connexion Internet d'un abonné. En attendant, ce transfert à la justice, l'Hadopi a indiqué qu'elle recevrait une « dizaine » de personnes dans cette situation.

Le professeur de 54 ans indique d'ailleurs qu'il compte bien répondre à l'invitation de l'Hadopi pour faire entendre ses arguments. Il devrait donc se rendre prochainement dans les locaux de l'autorité, rue du Texel à Paris. Un voyage qui ne semble pas le réjouir : « J'habite à plus de 500 km de Paris, c'est énorme, surtout pour une telle erreur ! »explique-t-il.

De son côté, l'Hadopi avait précisé que la présence de l'internaute (qui peut venir avec un juriste) n'est pas obligatoire pour ce rendez-vous. Elle indiquait récemment être en passe de convoquer « une dizaine d'internautes » dans ses locaux afin qu'ils s'expliquent. La Commission de protection des droits (CEPD), composée de magistrats, devrait donc entendre dans les semaines à venir ces personnes ayant déjà été flashés au moins trois fois par l'autorité.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Hotmail : signalement de victimes de piratage et mots de passe interdits
Données personnelles : l'Europe veut formaliser les notifications en cas de violation
Marché du PC : les tablettes cannibalisent les ventes en occident
France Wireless annonce un forfait 3G avec Data illimitée
Déballage de l'HP TouchPad accompagnée de ses accessoires
Amazon lancerait une tablette sous Android avant octobre
NWZ-W260 : nouveau Walkman compact et résistant à l'eau chez Sony
Flash 11 : prise en charge du 64 bits et accélération matérielle étendue
Tulalip : et si Microsoft préparait lui aussi un réseau social ?
Gadget : transformez votre cravate en ventilateur
Haut de page