Les députés américains refusent de limiter l'espionnage de la NSA

Ludwig Gallet
25 juillet 2013 à 15h02
0
Un amendement républicain visant à interdire la collecte de métadonnées téléphoniques par la NSA a profondément divisé les élus américains de la Chambre des représentants. D'une courte majorité, le texte a été rejeté.

0104000002868978-photo-logo-nsa.jpg
Pour la première fois depuis les révélations d'Edward Snowden concernant les pratiques de la NSA, un texte visant à encadrer les attributions de l'autorité de surveillance américaine a été discuté et soumis au vote à la Chambre des Représentants. Il s'agit de la chambre basse du Congrès américain, l'équivalent de notre Assemblée nationale.

L'amendement (.pdf) a été déposé par Justin Amash, un jeune élu républicain du Michigan. Le sujet, très polémique, a profondément divisé le camp démocrate comme les républicains. La proposition a finalement été rejetée d'une courte majorité, à 217 voix contre 205 (détail des votes ici). L'administration Obama, qui appelait à voter contre le texte, a obtenu gain de cause dans la douleur. Car le président américain n'a pas été suivi par les élus de sa tendance politique, qui se sont prononcés à 55,5% en faveur de l'amendement (111 élus démocrates sur les 200 que compte la chambre).

Barack Obama doit donc son salut au vote républicain, défavorable à hauteur de 57,2% (134 votes contre pour 233 élus républicains au total). L'amendement visait à rendre inexécutable toute ordonnance de la Foreign Intelligence Surveillance Court ne mentionnant pas la limitation de la collecte des données, excluant les numéros de téléphone composés, les numéros des appels entrants et la durée des appels.

Peu avant l'éclatement du scandale Prism, des documents mis à jour par The Guardian faisaient état d'une collecte massive de métadonnées liées aux appels téléphonique, en collaboration avec l'opérateur Verizon, auquel sont venus par la suite s'ajouter AT&T et Sprint. Concrètement, la NSA a été habilitée à collecter en vrac certaines informations, comme l'heure d'appel, sa durée, le numéro appelé, le numéro IMEI et même la localisation de l'appel. James R. Clapper, le chef du renseignement américain (DNI), s'était à l'époque justifié en mettant en avant la nécessaire lutte contre le terrorisme, en rappelant qu'aucune écoute sur la teneur des conversations n'était mise en oeuvre.

Peu avant le vote, l'homme s'était fendu d'un communiqué pour évoquer « le risque de démantèlement d'un outil de renseignement important ». Si les capacités d'action de la NSA ne sont pour le moment pas remises en cause, la position des élus demeure particulièrement fragile et pourrait être bouleversée à l'avenir, au vu de la complexité des alliances mises en place.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
Un démantèlement des GAFA ?
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Le GPS européen Galileo est désormais utilisé sur un milliard de smartphones
Nintendo s'attaque à nouveau à un site de partage de ROM

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top