L'électrosensibilité est reconnue par la justice

Thomas Pontiroli
26 août 2015 à 12h14
0
Les choses avancent en France pour les personnes disant souffrir d'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques. Une décision d'un tribunal de Toulouse a reconnu ce handicap.

L'insoluble débat sur les ondes électromagnétiques est-il à un tournant ? C'est ce que laisse penser une décision de justice rendue par le Tribunal du contentieux de l'incapacité de Toulouse en juillet, qui a reconnu l'existence d'un handicap grave dû à l'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques. L'association de lutte contre les ondes Robin des Toits, qui s'est procuré le verdict, parle d'une « grande première en France ».

Recluse dans une grange



Cette affaire concerne Marine Richard, retirée depuis 2010 dans une grange coupée du monde dans les montagnes de l'Ariège, et vivant de l'aide de sa famille. Âgée de 39 ans, celle qui était autrefois journaliste a contracté ses premiers symptômes en 2010. Après expertise médicale, la justice a estimé qu'elle souffrait bel et bien du syndrome d'hypersensibilité aux ondes électromagnétiques et évalué son degré d'invalidité à 85 %.

Le tribunal a décidé de lui accorder le droit à une allocation pour adulte handicapé de 800 euros mensuels pendant trois ans renouvelable et d'un aménagement de son logement. La difficulté pour les personnes se disant électrosensibles est de conjuguer une vie normale avec leur pathologie, dans des villes où les ondes sont omniprésentes - Bercy a décidé que 100 % de la population sera couverte en 2G avant la fin 2016, sans parler de la prochaine génération de réseaux (5G)... qui reposera sur la multiplication des antennes relais.


03E8000006639034-photo-antennes-relais-gsm.jpg
Les antennes relais cristallisent le plus souvent les critiques des personnes électrosensibles - Crédit : Fotolia.

Pour fuir les ondes, il arrive ces certains finissent par se réfugier dans des grottes, comme décrit dans le documentaire Cherche zone blanche désespérément, de Marc Khanne. Ces victimes des ondes ressentent, le plus souvent, des maux de tête, picotements, troubles du sommeil ou encore une sensation de brûlure.

Vers une jurisprudence ?



Pour Marine Richard, « il faut créer des endroits préservés car il y a des milliers de personnes qui ne savent pas où se mettre ». Selon elle, se basant sur des chiffres de l'association Next-up, jusqu'à 70 000 personnes souffriraient de ces ondes, à des niveaux variables. Du côté de Robin des Toits, citée par l'AFP, on espère que la décision du tribunal de Toulouse fasse jurisprudence. Et que cela aille ainsi plus loin que la loi Abeille.

Ce texte, adopté en début d'année, consacre « la sobriété, la transparence, l'information et à la concertation en matière d'exposition aux ondes électromagnétiques ». En avance sur son entrée en vigueur en février 2016, la ville de Strasbourg a publié, en juin, une carte révélant les niveaux d'exposition aux ondes sur son territoire. Une démarche dont la portée est informative, et ne réglerait pas le souci des électrosensibles.

Depuis 2005, l'OMS admet les symptômes de l'électrosensibilité, mais n'établit pas la nocivité des ondes. En d'autres termes, les souffrances sont réelles, mais les causes de ces souffrances ne sont pas définies.


À lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Une étude montre que les cyclistes
C’est officiel : Disney+ ne sera pas disponible au lancement en France

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top