Microsoft, Apple, Google et Facebook s'engagent contre la surveillance en ligne

le jeudi 26 mars 2015
Une coalition de firmes américaines demande au gouvernement de modifier sa stratégie en matière de renseignement. Microsoft, Apple, Google ou encore Facebook souhaitent que la NSA ne puisse plus collecter des métadonnées issues de leurs utilisateurs.

Pas moins de 40 sociétés américaines renouvellent leurs critiques à l'égard de la politique du gouvernement en matière de collecte d'informations. Google, Apple, Microsoft ou même Facebook, Twitter, AOL, Yahoo en appellent au Congrès afin que les agences gouvernementales de renseignement (la NSA), ne puissent plus obtenir de métadonnées sur les internautes.

01f4000007972415-photo-apple-dropbox-microsoft-yahoo-logo-coalition.jpg


Pour rappel, si les autorités de renseignement ne sont pas autorisées à recueillir directement les informations de certains utilisateurs, elles ont tout de même accès à certaines métadonnées. Par exemple, ces organismes ne sont pas autorisés à écouter les appels ou à intercepter le contenu des communications mais peuvent obtenir certaines métadonnées comme les numéros appelés ou la longueur des appels.

Le groupement adresse une lettre aux autorités afin que leurs revendications soient entendues. Il demande à ce que le gouvernement fasse preuve de davantage de transparence au sujet des programmes de surveillance en cours. Les sociétés souhaitent également qu'une loi visant à réduire le champ d'application des agences du renseignement soit adoptée.

Apple, Google, Microsoft et consorts agissent dès à présent, car les règles autorisant la collecte de ces informations doivent être revues à partir du mois de juin prochain. Elles entament donc des actions pour sensibiliser et convaincre les autorités du bien-fondé de leur point de vue. Malgré ce lobbying, l'administration Obama devrait reconduire les règles actuelles régissant la collecte de métadonnées.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top