Sécurité et chiffrement : quand Yahoo! tacle le directeur de la NSA

Les tensions entre les services de renseignement américains et les grandes sociétés de la Silicon Valley s'intensifient. Dernièrement, c'est Alex Stamos, responsable de la sécurité chez Yahoo! qui est monté au créneau contre le directeur de la NSA

L'accès des autorités gouvernementales aux données des entreprises a toujours été source de tensions, notamment depuis les révélations d'Edward Snowden, ancien analyste à la NSA. A l'occasion d'une conférence sur la cybersécurité, organisée par la fondation New America, un dirigeant de Yahoo! et le directeur de la NSA ont eu une discussion un peu houleuse sur le sujet.

Alex Stamos, responsable de la sécurité des systèmes d'information, a tenu à lancer une pique à l'amiral Michael S. Rogers, directeur de la NSA. L'agence du service de renseignement souhaite voir la mise en place d'une porte ouverte au sein des serveurs informatiques des sociétés de la Silicon Valley afin de pouvoir accéder aux données chiffrées des internautes. Concrètement, le processus vise à ne plus avoir à formuler systématiquement une requête auprès d'une cour de justice. Depuis le début, la NSA affirme qu'il s'agit d'améliorer la lutte contre le terrorisme.

01F4000007922297-photo-nsa.jpg

Les bureaux de la NSA


Et quid d'un backdoor pour les autres gouvernements ?

Pour les sociétés high tech, la présence d'une telle brèche amoindrirait la sécurité des internautes. Alex Stamos a ainsi demandé à M. Rogers :

« Si nous devons développer des brèches / backdoors, ou des clés master pour le gouvernement américain, pensez-vous que nous devrions en faire de même (...) pour le gouvernement chinois, le gouvernement russe, le gouvernement d'Arabie Saoudite, le gouvernement israélien, le gouvernement français ? A quel pays devons-nous donner ces backdoors ? »


Michael S. Rogers a alors tenté de calmer la situation, et a affirmé que les agences de renseignement pouvaient collaborer étroitement sur le sujet avec les sociétés, et de manière cadrée. Ce à quoi M. Stamos a rétorqué : « Je pense que les Chinois et les Russes auront la même opinion ». Retrouvez la transcription de l'échange en anglais dans son intégralité.

Au mois de septembre, Yahoo! avait révélé des documents selon lesquels les autorités avaient menacé la société d'une amende quotidienne de 250 000 dollars si cette dernière refusait de respecter les injonctions de la cour visant à accéder aux données des internautes. Yahoo! expliquait que cette pression l'avait finalement obligé à se soumettre à ces demandes. La firme a continué ses procédures d'appel et a finalement perdu devant la cour FISA. Toute l'affaire peut être consultée sur cette page.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Test Days Gone PC : la meilleure façon de profiter du jeu de zombies en monde ouvert
AMD : les spécifications des Radeon 6600 et 6000 XT ont fuité !
Revolut partenaire d’Elliptic pour proposer le retrait et le transfert de Bitcoin (BTC)
Call of Duty: Warzone : plus de 500 000 joueurs ont été bannis depuis le lancement du jeu
Google I/O 2021 : qu'attendre de la conférence de ce mardi 18 mai ?
Poco X3 Pro : chute de prix impressionnante sur l'excellent smartphone Xiaomi
Twitch annonce une baisse mondiale des prix sur les abonnements aux chaînes
Amazon attaque en justice les SMS d'arnaques transmis en son nom
Essai DS9 E-Tense 225 : la plus luxueuse des françaises, future star des ministères
Le gouvernement dévoile sa stratégie nationale pour le cloud avec un label de confiance
Haut de page