🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

Une nouvelle loi sur les ondes électromagnétiques passe devant l’Assemblée nationale

01 juin 2018 à 15h36
0
Les députés écologistes présentent une nouvelle proposition de loi relative à la « sobriété, à la transparence et à la concertation en matière d'exposition aux ondes électromagnétiques ». Le texte passera ce mardi devant l'Assemblée nationale.

00FA000006946786-photo-wifi.jpg
Les questionnements autour de l'exposition aux ondes électromagnétiques vont reprendre à l'occasion de nouveaux débats au sein de l'Assemblée nationale. Les députés vont en effet se réunir dès ce mardi 7 janvier afin de discuter d'une proposition de loi déposée par plusieurs élus écologistes.

Pour rappel, ce texte n'est pas le premier du genre. La député écologiste Laurence Abeille (dépositaire du document présent) avait déjà formulé des propositions en ce sens. La proposition de loi portant sur les ondes électromagnétiques n'avait toutefois pas été soutenue par le gouvernement puisque lors de l'examen du texte, Fleur Pellerin avait plutôt mis l'accent sur une approche différente.

La ministre déléguée, en charge de l'Economie numérique, avait en effet mis en avant le principe d'ALARA (pour As Low As Reasonably Achievable) que l'on peut traduire par « Aussi bas que raisonnablement possible ». Elle souhaitait donc que les pouvoirs publics prennent davantage de mesures visant à réduire l'exposition des utilisateurs en mettant notamment l'accent sur la transparence.

Si Fleur Pellerin, rappelait l'an dernier qu'il n'y a, à l'heure actuelle « pas de consensus scientifique » sur la dangerosité des ondes, un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, publié en octobre adoptait pour sa part une posture prudente. Dans ses conclusions, l'Anses rappelait à ce titre qu'il « n'est pas possible aujourd'hui d'établir un lien de causalité entre ces effets biologiques décrits et d'éventuels effets sanitaires qui en résulteraient ». L'agence demandait toutefois que soient menées des enquêtes scientifiques complémentaires.

Ce que contient la proposition écologiste

C'est donc en tenant compte des « difficultés techniques, juridiques et financières de certaines dispositions initialement portées » que le texte a été déposé en décembre dernier devant l'Assemblée nationale. L'idée générale est donc de mieux informer la population quant à l'exposition aux ondes électromagnétiques de chacun.

Même si depuis le 1er janvier, il est possible de faire mesurer l'exposition d'un espace public ou de locaux d'habitation à ces ondes électromagnétiques, le texte préconise de nouvelles mesures comme le fait d'obliger l'Agence Nationale des Fréquences à publier des outils de « simulation de l'exposition générée par l'implantation d'une installation radioélectrique » (article 2).

012C000000056735-photo-logo-wifi.jpg
L'ambition est également de mieux suivre le développement du déploiement des réseaux mobiles, en particulier la 4G. Sur ce terrain, l'Anses serait alors chargée de publier de manière périodique un rapport sur « l'impact du déploiement des technologies sans fils, comme la 4G ou les nouveaux produits, sur l'exposition du public aux ondes » (article 3).

Désactiver par défaut le WiFi au sein des Box, Femtocell...

L'article 4 propose davantage de mesures visant à « limiter et à contrôler les sources d'émissions » d'ondes. Les députés souhaitent en ce sens faire mentionner pour chaque appareil de type smartphone, tablette « le débit d'absorption spécifique » et recommander l'utilisation de kits main-libre lors d'appels.

La disposition propose également de désactiver par défaut bon nombre de fonctionnalités permettant la communication sans fil en WiFi. Si chaque utilisateur peut, selon sa volonté, activer ces fonctionnalités, les Box Internet, les smartphones, tablettes, femtocell sont concernés par la mesure.

Dans cette même logique, le texte met l'accent sur la protection des enfants de moins de 6 ans. L'article 7 propose ainsi d'interdire l'installation de WIFi dans les établissements d'accueil des enfants de cette catégorie d'âge et de favoriser les connexions filaires.

Si certaines mesures, comme l'interdiction de « toute publicité visant à promouvoir l'utilisation et la vente d'un téléphone portable aux enfants de moins de 14 ans » restent difficilement applicables, l'idée générale du texte reste donc de favoriser l'information aux utilisateurs et de mieux identifier les cas « d'électro-hypersensibilité » via la publication de conseils concrets aux personnes touchées.

loiondes.pdf by Olivier Rob

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

CES 2014 : Samsung Ativ Book 9 2014 Edition, ultrabook en 15,6 pouces
Toshiba passe aussi au Chromebook
CES 2014 : Satisfecit de Microsoft au sujet de Windows & Windows Phone
CES 2014 : ION Audio dévoile une cassette audio Bluetooth
CES 2014 : quatre Lumix dont un TZ60 ambitieux pour Panasonic
CES 2014 : un Ultra HD de 110
CES 2014 : Philips annonce ses premiers téléviseurs Android
CES 2014 : Samsung NX30, mise à jour de l'appareil photo hybride maison
Pinterest rachète VisualGraph, spécialiste de la reconnaissance d'images
CES 2014 : Yoga 2, MIIX 2 et Flex pour Lenovo
Haut de page