Android for Work : Google pousse les entreprises dans les bras d'Android

Eddye Dibar
Publié le 26 février 2015 à 11h38
Boutique d'applications d'entreprises, séparation des espaces professionnels et personnels, intégration avec des consoles de gestion des applications du marché, Google monte au créneau pour séduire les entreprises.

Google lance Android for Work, une solution de gestion des données sur smartphones et tablettes Android, qu'ils soient fournis par l'entreprise ou introduits par les collaborateurs dans le cadre d'une politique de Bring Your Own Device (BYOD). Reposant en partie sur la solution Knox de Samsung, dont le principe consiste à créer un environnement professionnel et un autre, personnel, sur un même mobile, la nouvelle offre de Google sécurise les données de l'entreprise en les isolant des applications grand public, potentiellement malveillantes.

0190000007923669-photo-android-for-work.jpg


En effet, même si Android détient plus de 81,5% du marché mondial des terminaux (IDC), les entreprises plébiscitent largement les appareils Apple. Selon Good Technology, l'un des principaux éditeurs de solution de gestion des applications, Android représenterait moins d'un tiers des appareils utilisés par ses clients.

Séparer professionnel et personnel

Pour rassurer les entreprises et sécuriser leurs données, Android for Work combine trois éléments. Le premier est un espace dédié et sécurisé, sur le mobile, dans lequel l'entreprise installe ses applications. Deux cas se présentent alors. Si les smartphones et tablettes fonctionnent sous Lollipop 5.0, la dernière version d'Android, ils possèdent nativement un espace virtuel chiffré dans lequel l'entreprise peut déployer ses logiciels. Une fois les applications professionnelles installées, elle apparaissent aux côtés des applications personnelles du collaborateur, identifiées par une pastille représentant un porte-document.

Si les appareils sont équipés des versions Ice Cream Sandwich, Jelly Bean et Kitkat d'Android (antérieures à Lollipop) l'entreprise doit télécharger le client Android for Work. Ce dernier génère un espace chiffré où le collaborateur retrouve ses e-mails, son calendrier, ses contacts, ses documents, une version sécurisée de Chrome. Il a également accès à ses applications professionnelles.

012C000007923671-photo-android-for-work.jpg


Déjà compatible avec sept solutions EMM du marché

Pour gérer de façon unique ces différents appareils et les données qu'ils contiennent, l'administrateur doit s'appuyer sur une console centralisée, deuxième élément d'Android for Work. La gestion des profils, l'effacement des données ou bien encore le verrouillage à distance peuvent être faits via la console d'administration Google Apps for Work, dispensant les entreprises de serveurs dédiés sur site.

Les entreprises peuvent tout aussi utiliser les solutions du marché telles que Airwatch, Blackberry, Citrix, MaaS360, SAP, MobileIron et Soti. Dans ce cas, pour activer Android for Work, l'administrateur doit créer, s'il n'en a pas encore, un compte de domaine Google afin de connecter le fournisseur de service de gestion de la mobilité de son choix, aux services Google Play. Dès lors, il pourra interagir avec Android for Work à partir de sa console tierce de gestion des applications et des terminaux.

01C2000007923673-photo-android-for-work.jpg


Sur les traces d'Apple

Enfin, le troisième élément est une boutique d'applications d'entreprise, baptisée Google Play for Work. Elle recense les applications métiers partenaires développées pour Android, parmi lesquelles Adobe, Box, Concur, Salesforce, SAP et Success Factors. C'est également à partir de cet espace que les entreprises poussent leurs propres logiciels.

C'est justement sur les applications professionnelles que Google doit désormais concentrer ses efforts. Un chemin déjà emprunté par son principal concurrent Apple. En juillet 2014, le groupe a noué un partenariat avec IBM dans le but de développer des applications métiers à destination d'entreprises des secteurs de la distribution, de la santé, de la banque, de l'administration, des transports ou encore des télécommunications. Fin 2014, une dizaine de ces logiciels étaient disponibles. Une quinzaine d'applications supplémentaires devraient voir le jour d'ici au printemps 2015. A terme, les deux entreprises prévoient de lancer une centaine de logiciels pour iPhone et iPad.



A lire également
Eddye Dibar
Par Eddye Dibar

Aucun résumé disponible

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.