Test de la Galaxy Tab S7+ de Samsung : quasi-parfaite ?

Marc Mitrani
Expert Smarpthone
12 octobre 2020 à 12h05
20
9

Samsung fait partie des rares constructeurs continuant à proposer des tablettes Android. Mieux encore, il les décline en gammes complètes et cohérentes : série A pour l’entrée et le milieu de gamme, série S pour les modèles haut de gamme.

La Tab S7+ que nous testons ici a pour ambition de séduire les utilisateurs professionnels, les gamers et les créatifs. Pour cela, Samsung mise sur un écran Super AMOLED 120 Hz, un design soigné, des performances au top et bien-sûr le S-Pen. Le stylet, qui accompagne la tablette en standard, est vanté comme ayant un temps de latence réduit. Il peut aussi faire office de télécommande gestuelle.

Tout cela suffit-il à faire de la Tab S7+ une concurrente plausible à l’iPad Pro d’Apple ? Pour le savoir, nous avons testé la tablette de Samsung durant un mois complet, celle-ci devenant notre outil de travail principal.

Fiche technique de la Tab S7+

  • Processeur : Snapdragon 865+ octa-coeurs
  • RAM : 6 ou 8 Go
  • GPU : Adreno 650
  • Stockage : 128 ou 256 Go, extension par Micro SDXC
  • Écran : 12.4″ Super AMOLED 1752 × 2800 pixels, HDR10+, 120 Hz
  • Espace colorimétrique de l’écran : DCI- P3, sRVB
  • OS : Android 10 + OneUI 2.5
  • Stylet : S-Pen externe, connexion Bluetooth, charge par induction, Accéléromètre et gyroscope intégrés
  • Batterie : 10090 mAh technologie LiPo
  • Communications : Bluetooth 5.0 ; Wifi 802.11ax en bi-bande (2,4 et 5 GHz) ; 5G (sur modèle spécifique)
  • Audio : 4 haut-parleurs AKG
  • Caméra frontale : 8 Mpxl f/2 26 mm ; enregistrement vidéo Full HD 30
  • Caméra dorsale : 13 Mpxl f/2 26 mm + 5 Mpxl f/2,2 12 mm, enregistrement vidéo 4K maxi
  • Connecteurs : USB-C, port clavier propriétaire
  • Dimensions : 185 x 285 x 5,7 mm
  • Poids : 575 g
  • Prix : 1029 € (8 Go/256 Go)

Design : Toute ressemblance, etc…

Pour concevoir le design de la Tab S7+, Samsung n’a pas réinventé la roue. Plus étroite, mais presque aussi longue qu’une feuille A4 (185 x 285 x 5,7 mm), elle reprend la désormais classique construction en sandwich (châssis métallique logé entre une feuille de verre et une d’aluminium). Déjà vu sur la Tab S6, ce design présente de troublantes similitudes avec celui de l’iPad Pro d’Apple. S’agit-il d’une simple coïncidence, d’un « hommage » à un design réussi ou d’un pompage en règle ? Nous penchons pour la troisième option (sûrement parce que nous sommes mauvaises langues).

Notre modèle de test, de couleur gris anthracite (Mystic Black en jargon Samsung), pousse le mimétisme jusqu’à reprendre l’apparence pour les filets noirs matérialisant les antennes. Même chose pour l’emplacement du connecteur USB et des perforations nécessaires au passage du son… Passons.

Pompage ou pas, la Tab S7+ bénéficie d’une excellente qualité de construction et de finition. Aucune touche ne se trouve sur la face avant, majoritairement dévolue à l’écran. Celui-ci s’entoure de bordures noires plutôt fines et dont l’une abrite la caméra frontale. Samsung a fait le choix de la placer au centre d’une des longueurs, la tablette étant manifestement conçue pour être utilisée à l’horizontale. C’est dans ce positionnement que nous la décrivons.

touches mécaniques et tiroir pour carte micro SD

Les traditionnelles touches de mise sous tension, de contrôle du volume et le tiroir pour carte micro SD (et nano SIM pour la version 5G) sont regroupés sur la face supérieure. Sans surprise, le flanc droit abrite un connecteur USB-C (mais pas de jack audio) ainsi que deux jeux de perforations destinées à laisser passer le son généré par les haut-parleurs internes. On retrouve les même perforations sur le flanc opposé, la Tab S7+ étant équipée de deux paires de haut-parleurs stéréo.

Un emplacement aimanté accueille le stylet tout en le rechargeant

Outre les logos de Samsung et d’AKG — concepteur de la partie audio - la face arrière abrite le sempiternel module photo (ici constitué de deux objectifs et d’un flash à deux boutons) ainsi qu’un emplacement aimanté où prend place le S-Pen. Agréable en main, il reprend les principales caractéristiques de celui du Note 20 Ultra. Outre une touche mécanique, il embarque une connexion Bluetooth, un gyroscope ainsi qu’une batterie rechargeable par induction. Elle s’effectue lorsque le S-Pen est posé sur l’emplacement aimanté situé dans le prolongement de l’appareil photo. Manifestement, Samsung a renforcé la force des aimants, le S-Pen tenant nettement mieux ici que sur la Tab S6. Il n’en reste pas moins possible de perdre le stylet, notamment lors du transport.

Par rapport au modèle précédent, le design de la Tab S7+ évolue subtilement. Elle reste toujours aussi agréable à prendre en main, son poids relativement contenu (575 grammes) et sa finesse (5,7 mm hors S-Pen) permettant de la transporter assez facilement. Les flancs en aluminium restent toutefois assez sensibles aux rayures, comme nous l’avons constaté sur notre modèle de test.

Ecran : plein les yeux… une fois de plus !

L’écran de la Tab S7+ est constitué d’une dalle Super AMOLED de 12,4 ’’ au format 16:10. Elle affiche 16 millions de couleurs sur 2800 x 1752 pixels (densité de 266 ppp) et couvre 85 % de la face avant. La caméra se trouvant sur la bordure externe, on échappe à la perforation de la dalle.

On l’a constaté à de nombreuses reprises, Samsung sait concevoir de beaux écrans… et ce n’est certainement pas celui de la Tab S7+ qui fera mentir cette réputation. Par défaut, la dalle affiche une colorimétrie à la Samsung, c’est-à-dire souffrant d’un léger boost des couleurs afin de rendre l’image plus flatteuse à l’œil. Rien de bien dramatique, mais cela peut vite agacer un photographe souhaitant retoucher ses œuvres, ou un graphiste pointilleux sur le choix des couleurs. On peut arranger les choses en passant le paramètre mode d’écran de « vif » à « naturel ». Il faudra aussi désactiver a luminosité adaptative ainsi que le filtre de lumière bleue, tous deux affectant la qualité du rendu colorimétrique.

La dalle Super AMOLED propose une fréquence de rafraîchissement de 120 Hz que l’on peut éventuellement abaisser à 60 Hz afin d’économiser la batterie. Contrairement à ce qui est en vigueur sur les smartphones de la marque, il est impossible de changer la résolution d’affichage effective ou même d’activer une fréquence de rafraîchissement adaptative. Dommage, cela aurait permis de gagner un peu plus en autonomie.

Les images fixes affichées par la Tab S7+ sont d’excellente qualité. On apprécie plus que jamais le taux de contraste quasiment infini procuré par la technologie super AMOLED et la luminosité de la dalle qui reste lisible même en plein soleil. La visualisation de vidéos n’est pas en reste, loin de la. Certifiée HDR10+, la tablette sait tirer parti des séquences animées les plus exigeantes. Par défaut désactivé, le mode « optimiseur de vidéos » autorise une amélioration des couleurs en activant automatiquement l’espace colorimétrique DCI-P3 lorsque qu’une application de lecture vidéo est lancée.

Qu’il s’agisse de travailler sur des images ou de se distraire en regardant des vidéos, l’écran de la Tab S7 fait le job de façon très convaincante.

Audio : signé AKG

C’est fort logiquement AKG, désormais filiale de Samsung, qui s’est chargé de la conception de la partie audio. La Tab S7+ embarque quatre haut-parleurs répartis sur ses deux flancs. Le son qu’ils produisent s’avère d’excellente qualité compte tenu du faible volume accordé à la partie audio.

Elle est en cela aidée par la certification Dolby Atmos, qui offre un excellent rendu des contenus compatibles. On n’oubliera pas d’aller faire un tour dans les paramètres audio afin de vérifier qu’il est activé. Par défaut, la tablette détecte automatiquement le type de contenus lus (film, musique, voix) et adapte le rendu Atmos en conséquence. On peut toutefois forcer l’un des trois modes afin qu’il soit actif en permanence, ce qui peut parfois s’avérer utile. Même chose pour le traitement Atmos, que l’on peut imposer lors de l’exécution de jeux en activant le paramètre ad hoc.

L'égaliseur intégré autorise un ajustement satisfaisant du rendu audio

En écoute musicale, la spatialisation de la scène est bonne tandis que les aigus et médiums sont correctement définis. Par défaut, les basses souffrent d’un petit manque de profondeur, ce qui n’est pas étonnant sur ce type de produit. Elles ne sont toutefois pas absentes et l’on pourra écouter de la musique sans songer à se crever les tympans. Quelques ajustements de l’égaliseur intégré permettent de les rendre plus présentes.

On l’a mentionné plus haut, le port audio jack n’est pas de la partie. On devra donc passer par un adaptateur USB-C afin d’utiliser un casque filaire ou opter pour des écouteurs Bluetooth. Cela chagrinera un certain nombre d’utilisateurs, mais la disparition définitive de l’antique sortie filaire semble inexorable.

Samsung fournit une paire d’écouteurs AKG à connecteur USB-C. Sans être absolument extraordinaires, ils produisent un son très honorable et disposent d’une mini télécommande afin de piloter la lecture audio.

Performances : tout ce qu'il faut, là où il faut.

La Tab S7+ est construite autour d’un SoC SnapDragon 865+ accompagné de son fidèle contrôleur graphique Adreno 850. Ils sont épaulés par 6 ou 8 Go de RAM selon le modèle. Le stockage interne est quant à lui composé de 128 ou 256 Go de Flash UFS 3.0, que l’on pourra étendre par l’ajout d’une carte micro SDXC. Cet équipement permet d’envisager de bonnes performances, ce que confirment nos tests. Nous avons ainsi relevé un score de 582 998  points Antutu, 2994 points Geekbench (en multicœur, 955 points en monocœur) et 7206  points 3D Benchmark.

En matière de puissance brute, la Tab S7+ dépasse tout simplement l’ensemble des tablettes que nous avons testé jusqu’ici. Rien que ça. Mieux encore, le pilote graphique concocté par Samsung transcende les capacités de l’Adreno 650. Si l’on en croit les résultats obtenus avec 3D Benchmark, la S7+ est la tablette Android la plus performante jamais commercialisée.

Il est donc logique de constater qu’Android 10 et la surcouche maison OneUI 2.5 s’exécutent sans le moindre à-coup. Même chose pour les applications les plus exigeantes : jeux, retouche photographique avancée et montage vidéo s’exécutent avec célérité. Notre modèle de test, équipé de 8 Go de RAM, a supporté sans broncher l’exécution simultanée d’une douzaine d’applications réputées exigeantes en ressources système.

Jouer avec la Tab S7+ est un véritable plaisir : Call of Duty Mobile s’exécute avec fluidité en qualité d’affichage très détaillée avec toutes les options d’amélioration activées. Même constat avec KartRider Rush+ et les quelques autres que nous avons installés. Afin de rendre les sessions de jeu plus agréables (les commandes tactiles sur grand écran deviennent vite lassantes), on pourra opter pour une manette Bluetooth comme la Moga XP5-X Plus commercialisée par Samsung.

Logiciel : de très bonnes idées

La Tab S7+ embarque Android 10 accompagné de la surcouche maison OneUI 2.5. A la fois légère et réactive, celle-ci est à notre sens la meilleure qui soit actuellement proposée par un constructeur. Sur la Tab S7+, elle apporte la prise en charge du S-Pen et facilite grandement l’utilisation de plusieurs applications simultanément. On peut ainsi en afficher jusqu’à quatre en cumulant le mode écran partagé avec la vue en fenêtre et utiliser le glisser-copier afin de transférer des informations d’une application à l’autre.

L'interface de pilotage du S-Pen apparait lorsqu'on le retire de son emplacement
En pointant un texte avec le stylet, on obtient sa traduction dans l'une des langues supportées par Google Translate

Côté S-Pen, on retrouve l’aspect télécommande déjà présenté lors du test du Note 20 Ultra, mais aussi une version améliorée de Samsung Notes (griffonnage sur un PDF, redressage de l’écriture, etc) et la possibilité de créer des messages animés. Bon point aussi pour la fonction de traduction par survol d’un texte avec le stylet, très appréciable lorsqu’on ne maîtrise pas parfaitement une langue étrangère.

Le S-Pen gagne en temps de réactivité en s’alignant sur les 9 ms du Note 20 Ultra. Il gère toujours 4096 niveaux de pression et devient aussi agréable — voire même plus agréable sous certains aspects — que le très réussi Apple Pen de l’iPad Pro. Avec comme différence non négligeable sa fourniture en standard chez Samsung…

DeX transforme la tablette en un ultra-portable convaincant

Sur une tablette, le mode DeX prend tout son sens. En ajoutant le clavier optionnel (ou en utilisant un modèle Bluetooth standard) ainsi qu’une souris, la Tab S7+ devient un ordinateur tout à fait correct capable d’afficher les applications Android en plein écran ou dans une fenêtre. L’écran est assez vaste pour autoriser un travail dans de bonnes conditions. On pourra tout de même connecter la tablette à une smart TV en Wifi ou utiliser un câble USB-C vers HDMI afin de bénéficier d’un affichage plus grand. Les inconditionnels de PowerPoint apprécieront.

Lors de nos tests nous n’avons à aucun moment rencontré de problème de ralentissement. Et pourtant, il nous est arrivé d’avoir une dizaine d’applications ouvertes. Le passage de l’une à l’autre s’effectue avec fluidité et l’on apprécie la précision d’ajustement de la plupart des paramètres et fonctions de la tablette.

Irions-nous jusqu’à dire que Samsung a réalisé un sans-faute ? Non, car la perfection n’est pas de ce monde. Impossible par exemple de changer les icônes par défaut ou de télécharger un nouveau thème. Ce n’est qu’un détail, mais il peut avoir son importance pour certains utilisateurs.

Plus embêtant, certaines applications ont été conçues pour une utilisation sur smartphone et disposent d’une interface pas vraiment adaptée aux grands écrans. La faute en incombe essentiellement à Google, qui n’a toujours pas jugé utile de créer une version d’Android spécifique aux tablettes.

Au vu de la faible présence de l’OS sur des tablettes, on peut le comprendre. Heureusement, certains éditeurs ont fait l’effort d’adapter leurs applications aux écrans de tablettes. C’est par exemple le cas de Microsoft dont la suite Office n’est quasiment identique à sa grande sœur sous Windows.

Le clavier, un accessoire indispensable ?

Si le S-Pen fait partie de l’équipement standard, ce n’est pas le cas du clavier, baptisé ici Book Cover Keyboard. Composé de deux éléments distincts — le clavier proprement dit et une face arrière faisant office de support inclinable à 165° — il se fixe à la tablette à l’aide d’un mécanisme aimanté. La communication est alors assurée par le connecteur propriétaire à trois points développé par Samsung, son alimentation électrique étant fournie par la tablette.

Le clavier est constitué de touches mécaniques dont la course est suffisamment longue pour offrir une frappe agréable. Il est complété par un trackpad cliquable qui remplacera avantageusement une souris Bluetooth, notamment en déplacement. La place ne manquant pas, Samsung a intégré la traditionnelle rangée de touches de fonctions F1… F12 qui servira aussi à la gestion des fonctions spécifiques à la tablette (lecture multimédia, réglage de la luminosité, etc). On trouve aussi quelques touches spécifiques à la tablette.

Un appui sur la touche étiquetée DeX démarre en quelques secondes le mode PC, la Tab S7+ n’ayant alors rien à envier à un ultraportable traditionnel. Samsung a apporté un soin particulier à ce mode de fonctionnement original, à notre avis plus proche d’une distribution Linux améliorée que de Windows (ce qui n’est pas pour nous déplaire).

On apprécie la présence à l’arrière d’une alvéole articulée qui protège le stylet lorsqu’il est positionné sur son emplacement aimanté. Il se charge alors par induction et ne risque pas d’être égaré pendant le transport. Cette solution, déjà présente sur la Tab S6, aurait méritée d’être présente sur la Book Cover de base, dépourvue de clavier. Malheureusement, Samsung n’a pas jugé utile de l’implémenter.

Vendu 229 euros, le Book Cover Keyboard ne s’ouvre à notre avis que de deux défauts : une protection incomplète des bordures de la tablette (l’aluminium les composant se raye vite) et l’absence de rétro-éclairage des touches. À l’usage, ce clavier made in Samsung se révèle plus agréable, plus complet et 10 euros moins cher que le Smart Keyboard Folio d’Apple.

Autonomie : bonne, mais pas excellente

La Tab S7+ embarque une batterie Li-po inamovible de 10 090 mAh que l’on recharge via l’adaptateur secteur USB-C fourni. Celui-ci permet de la charger à bloc en trois heures, performance tout à fait correcte compte tenu de sa capacité. Bien qu’elle soit compatible avec la charge rapide 45 Watts, Samsung ne fournit qu’un adaptateur secteur de 24 Watts. C’est d’autant plus dommage qu’avec un chargeur de cette puissance, passer de 0 à 100 % prend à peine plus d’une heure et demie.

Avec une telle capacité, on espérait beaucoup en matière d’autonomie puisque Samsung a choisi ici le Snapdragon 865+, réputé moins consommateur que le processeur maison Exynos 990. En utilisation normale (bureautique, navigation internet, e-mails, multimédia et jeux raisonnables, le tout avec l’écran calé sur 60 Hz), on dépasse de peu les deux jours d’autonomie. Les utilisateurs plus exigeants ne bénéficieront que d’une grosse journée et demie d’utilisation intensive, notamment s’ils n’utilisent que le rafraîchissement d’écran 120 Hz.

Sans être ridicule, cette autonomie nous laisse un peu sur notre faim, surtout comparée à ce que propose Apple sur ses iPads. Mais il est vrai que la Pomme maîtrise autant le matériel que le logiciel, adapté spécifiquement à ses processeurs et aux spécificités de son matériel.

Photo : un bon scanner

À notre avis, une tablette peut servir à beaucoup de choses, mais pas à prendre des photos. Même si le ridicule ne tue pas (malheureusement ?), utiliser un appareil de la dimension de la Tab S7+ afin de shooter ses souvenirs de vacances nous semble peu pertinent.

A nos yeux, le seul usage acceptable d’un module photographique dorsal sur une tablette comme celle-ci est la numérisation de documents. A la rigueur, la réalité augmentée peut faire partie des usages envisageables, même s’ils ne sont pas légion. Certes, il s’agit là d’un parti pris qui ne sera peut-être pas partagé par certains de nos lecteurs. Nous l’assumons parfaitement. C’est pour cela que nous évacuerons l’aspect photographique en quelques lignes, sans effectuer notre habituelle batterie de tests qualitatifs.

La caméra frontale de la Tab S7+ embarque un capteur 8 Mpxl 1/4 ’’ ainsi qu’un objectif 26 mm (équivalent plein format) ouvrant à f/2. Il permet de s’adonner aux joies simples de la visioconférence — très en vogue en ces temps covidesques — dans de bonnes conditions et éventuellement de produire des selfies de bonne qualité en environnement raisonnablement lumineux. On pourra aussi l’utiliser afin de filmer en Full HD 30 im/s maxi.

Le module dorsal est quant à lui composé de deux couples capteur + objectif : 13 Mpxl 1/3, 4’’ et objectif 26 mm (équivalent plein format) ouvrant à f/2 pour le principal ; 5 Mpxl et objectif 12 mm f/2,2 pour l’ultra grand-angle (équivalent plein format).

La numérisation de documents à l’aide de l’objectif principal produit de bons résultats, notamment si l’on active l’option « Analyse du document » dans les paramètres de prise de vue. Lorsqu’un un document est détecté, un cadre jaune l’entour automatiquement et une option de numérisation est proposée afin de redresser la perspective. On pourra au besoin lui appliquer un filtre afin de le rendre encore plus lisible et l’annoter à l’aide du S-Pen.

Comme avec le Note 20 Ultra, le S-Pen fait office de télécommande gestuelle et l’on pourra zoomer, passer d’un mode de prise de vue à l’autre ou encore parcourir la galère photo en « dessinant » des gestes dans l’air. Pratique dans certains cas sur le Note 20, cette fonction relève plus du gadget amusant en mode photographique.

L’avis de Clubic

La Tab S7+ est un produit que nous jugeons très abouti et forme à notre avis la première alternative crédible à l’iPad Pro d’Apple. On apprécie la réactivité de son stylet, la qualité de l’écran et du son ainsi que l’adaptation de OneUI au format de l’écran. Portons aussi à son crédit une très bonne puissance de traitement ainsi qu’un dispositif audio interne d’excellente qualité.

Reste la question du prix. Notre modèle de test, équipé de 256 Go de stockage interne et d’une connexion Wifi, est vendu 1029 €. L’iPad Pro 12,9 ’’ 256 Go Wifi est quant à lui proposé 200 euros plus cher, auxquels il faudra ajouter 135 € afin d’acquérir l’Apple Pencil. Si l’on n’est pas un inconditionnel de la Pomme, le calcul est vite fait. La Tab S7+ représente à ce jour un choix bien plus judicieux que l’iPad Pro. Samsung réussit pour la première fois à produire une tablette qui nous donnerait envie d’abandonner notre iPad Pro, pourtant utilisé depuis des années…

Galaxy Tab S7+

9

Il en aura fallu du temps à Samsung afin de produire une tablette pouvant tenir tête à l'iPad Pro d'Apple ! C'est désormais chose faite avec la Galaxy Tab S7+. Pour y parvenir, le constructeur s'est certes "inspiré" de son concurrent, mais a aussi recyclé les bonnes recettes du Galaxy Note, son smartphone à stylet.

On apprécie particulièrement la fluidité de l'interface, la précision du stylet ainsi que le mode DeX qui prend tout son sens à condition d'acquérir le clavier optionnel. Une jolie réussite.

Les plus

  • Performances
  • Stylet réactif et précis
  • Qualité de construction
  • OneUI 2.5
  • Qualité audio
  • Compatibilité charge rapide 45 Watts

Les moins

  • Autonomie encore améliorable
  • Chargeur fourni de 24 Watts seulement

Ecran 10

Performances 10

Autonomie 8

Design 10

Modifié le 23/10/2020 à 15h28
20
15
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

God of War bénéficiera d'un meilleur framerate et du cross-save sur PS5
Xbox Series X | S : les fonds d'écran dynamiques et d'autres éléments présentés en vidéo
Itinérance Orange et Free : l'ARCEP maintient la prolongation, au grand dam de Bouygues et SFR
En 2021, Opel va tester sur les routes son nouveau Zafira Life fonctionnant à l'hydrogène
Bon plan VPN : notre sélection des meilleures offres CyberGhost, NordVPN et Surfshark de la semaine
Shure présente son microphone MV7, petit frère de la légende SM7B
Bon plan : 3 mois d'abonnement offerts à Amazon Music Unlimited
PS5 : Destruction AllStars ratera le lancement de la console et sortira en février
Indispensable pour le télétravail, l'imprimante Canon Pixma MG 3650S est en promo !
L'iPhone 12 et 12 Pro partagent bon nombre de pièces... et une réparabilité moyenne
scroll top