Inde : RIM réfute tout accès du gouvernement aux échanges entre professionnels

02 août 2012 à 09h11
0
La polémique repart entre le gouvernement indien et la firme canadienne Research In Motion. RIM tient une nouvelle fois à préciser qu'elle n'a pas donné d'autorisation aux autorités pour qu'elles accèdent aux données échangées par les utilisateurs professionnels de BlackBerry.

00D2000005014190-photo-blackberry-curve-9380.jpg
Ce jeudi, un article publié sur le site The Economic Times nous donne quelques indices au sujet des relations entre le constructeur de smartphones BlackBerry et le gouvernement indien. Le quotidien explique que la firme a autorisé à ce que les autorités du pays puissent avoir un accès aux données utilisées par les professionnels qui transitent sur le réseau, malgré leur chiffrement automatique.

Ainsi, la presse affirme que RIM a récemment fait la démonstration d'une solution développée par une firme appelée Verint. Cet outil permet d'intercepter les messages et les e-mails entre téléphones BlackBerry et rend également possible la lecture de ces communications pour les agences de sécurité d'Inde. Toujours est-il que si ces informations sont avérées, cela signifie que RIM aurait fait le choix de permettre aux autorités d'avoir un accès sur les données échangées au lieu de subir un blocage économique.

De son côté, RIM a tenu à réfuter ces informations. Le constructeur précise qu'il fournit déjà une solution légale qui permet aux opérateurs d'être en accord avec la loi mais que cette dernière « ne s'étend pas aux communications d'entreprise ». Lors d'une enquête, les autorités peuvent donc soumettre le nom d'un suspect. La firme transmettra ensuite les messages déchiffrés envoyés ou reçus par cet individu mais également les informations qui ont transité via le service de messagerie instantanée BlackBerry Messenger. Toutefois, les communications professionnelles n'entreraient pas dans ce mécanisme.

Pour rappel, en juillet 2010, des responsables indiens avaient critiqué les terminaux de la firme canadienne au motif qu'ils chiffrent les données automatiquement, ce qui constituerait une menace pour la sécurité nationale. Il faut dire que le pays est beaucoup plus attentif aux communications à l'intérieur de ses frontières depuis les attentats de Mumbai qui avaient été organisés via un réseau de portables.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Android : Ice Cream Sandwich équipe 15,9% du parc
Yahoo! met à jour son service de calendrier
Sharp se restructure et pourrait supprimer 5000 emplois
TShirtOS : un concept de vêtements connectés au smartphone
US : Nokia Maps affiche les offres Groupon sur ses cartes
Google Wallet devient un service web compatible avec toutes les cartes
Faille  de sécurité dans les pilotes Nvidia pour Linux
Les détails de la Lenovo Thinkpad Tablet 2 en fuite sur la Toile
Windows 8 : Microsoft annonce la RTM, disponible à partir du 15 août
Nexus Q : Google retarde le lancement
Haut de page