Intel : la SST (Speed Select Technology) ralentirait les processeurs de 10%, mais un correctif est en préparation

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
17 juin 2021 à 16h30
4
intel-xeon-platinum-9200.jpg
© Intel

Conçue pour améliorer les performances des processeurs Xeon en analysant et adaptant leur activité en fonction des workloads, la technologie SST d'Intel a pour l'instant l'effet inverse, mais c'est seulement temporaire.

Disponible sur les processeurs Intel Xeon (surtout voués aux centres de données et aux supercalculateurs), la Speed Select Technology (SST) d'Intel est une solution de gestion d'alimentation qui permet d'offrir à l'utilisateur un contrôle plus avancé du processeur, notamment pour optimiser les performances et réduire la consommation.

Dans l'immédiat, cette technologie a néanmoins un léger impact négatif sur les performances en benchmarks… soit l'inverse de l'effet escompté. Intel promet que c'est transitoire : la cause du problème est déjà identifiée et un patch est en route.

La SST légèrement entravée, mais Intel est sur le coup

Comme l'indique Neowin, un ingénieur d'Intel a remarqué que l'activation de la SST pouvait réduire de 10 % ou plus les performances dans le cadre de certains benchmarks. Une mauvaise nouvelle à relativiser puisque cette baisse des performances serait moindre dans le cadre d'une utilisation classique. Cela dit, Intel prend la chose au sérieux.

On apprend que le problème viendrait de l'interface PCI sur Linux : elle prendrait trop de temps à rechercher, durant le mapping, parmi des centaines de périphériques PCI reliés au système. Le patch devrait permettre de résoudre cette détection trop lente en utilisant des données contenues dans le cache pour accélérer le processus. Ce correctif, dont l'arrivée est imminente, sera déployé au travers d'une mise à jour de firmware.

Une technologie encore récente

La technologie SST est encore jeune chez Intel, elle a initialement été déployée en 2019 auprès des processeurs Xeon Cascade Lake. Implémentée dans le firmware, elle est prise en charge directement par l'unité de contrôle de l'alimentation (PCU), rappelle Neowin.

Comme évoqué plus haut, elle offre à l'utilisateur une gestion plus fine du processeur, avec la possibilité, entre autres, de prioriser l'utilisation des différents cœurs ou encore de gérer les fréquences avec plus de précision en fonction des contextes d'utilisation. Cette solution ne concerne pas les processeurs grand public d'Intel, comme ceux de la gamme Core.

Source : Neowin

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

ASRock Challenger ITX : première carte graphique RDNA 2 simple ventilateur
AORUS P1200W : Gigabyte distribue une alimentation dotée d'un large écran LCD
AM5 : diffusion de rendus du nouveau socket d'AMD
AMD Navi 31 et NVIDIA AD102 : deux monstres de gourmandise électrique ?
Le point sur les Radeon RX 6600 XT des différents constructeurs
AMD officialise la Radeon RX 6600 XT : du RDNA2 pour le Full HD
Alder Lake : un lancement limité aux séries 'K' et 'KF' en 2021
TSMC avance bien sur le 2 nm ; dans les iPhone dès 2024
Voici une petite RTX 3070 LHR conçue par Galax... pour les petits PC
Intel continue de perdre des positions sur les serveurs, mais gagne 33 % sur le PC
Haut de page