Intel aurait trouvé un moyen de contourner l'un des gros défis de la loi de Moore

Rémi Bouvet
Publié le 05 janvier 2021 à 19h51
© Intel
© Intel

Ce moyen consiste à empiler les transistors MOS afin de réduire de moitié la surface qu’ils occupent.

En 2007, Gordon Moore, co-fondateur d'Intel, prophétisait que sa célèbre loi risquait de devenir caduque sous 10 à 15 ans. Nous voici désormais en 2021, et la miniaturisation semble effectivement atteindre bientôt ses limites : du 45 nm fin 2007, nous sommes désormais au 5 nm. TSMC, le leader du secteur, prévoit déjà du 3 nm puis du 2 nm à l’horizon 2024. Heureusement, pour faire vivre la loi de Moore, il existe des alternatives autres que la réduction de la finesse de gravure. Parmi celles-ci, l’empilement des transistors les uns sur les autres. Une solution déjà évoquée par Gordon Moore à l’époque (en 2007), qui sera peut-être bientôt généralisée.

Une alternative pour augmenter le nombre de transistors

Énoncée pour la première fois en 1965 par Gordon Moore puis affinée en 1975, la loi de Moore dispose que le nombre de transistors présents dans un processeur double tous les deux ans. Jusqu’en 2001, la prédiction s’est effectivement vérifiée, notamment grâce à la diminution ininterrompue de la finesse de gravure. Seulement, la miniaturisation a ses limites : de plus en plus ardue, de plus en plus chère, elle finira tôt ou tard par se heurter aux lois de la physique.

Mais Intel n’est pas défaitiste. En 2016, l’entreprise assurait que la loi de Moore n'était pas morte. Plus récemment, en août dernier, elle faisait part de son optimisme à ce sujet. À l’occasion de l’IEDM (International Electron Devices Meeting), Intel a détaillé l’une de ses pistes pour faire perdurer la loi de Moore.

Un circuit logique traditionnel s’articule autour de transistors MOS : ceux de type N, les NMOS, et ceux de type P, les PMOS. Réduire leur taille permet d’accroître leur nombre et donc d’augmenter la densité. Un nœud de gravure désigne d’ailleurs la demi-distance qui sépare deux éléments lithographiés. Mais lorsque rétrécir cette distance deviendra impossible, il faudra trouver d’autres moyens. La technique d’Intel : empiler les transistors plutôt que les placer côte à côte.

© Intel
© Intel

Les ingénieurs d'Intel ont fait une démonstration avec le plus simple des circuits logiques CMOS : un inverseur avec deux transistors, deux connexions à l'alimentation, une interconnexion E/S. Avec les transistors empilés, la surface est réduite de moitié.

Des canaux en forme de nanofeuilles empilées verticalement

Ce procédé est rendu possible grâce à l’utilisation de canaux de type nanofeuille plutôt que nanofil : la partie principale du transistor ne consiste plus en une ailette de silicium orientée verticalement, mais en plusieurs nanofeuilles positionnées horizontalement, empilées les unes sur les autres. En soit, le principe des nanofeuilles et du Gate-all-around (GAA) n’est pas exclusif à Intel. Samsung et TSMC planchent aussi dessus. Chez le Coréen, le procédé s’appelle MBCFet (Gate-all-around Multi-bridge-channel FET).

© Intel

Schématiquement, la technique d’Intel consiste à empiler des nanofeuilles de silicium et de germanium, puis à connecter les deux nanofeuilles de la partie supérieure à du silicium enrichi en phosphore pour qu’elles fassent office de NMOS, et les trois nanofeuilles de la partie inférieure à du bore pour faire qu’elles fassent office de PMOS.

© Intel

Pour que ce procédé soit viable, il faut idéalement que l’empilement soit appliqué sur un même wafer et en une seule étape. Le faire séparément sur deux wafers qui seraient ensuite combinés induirait un risque de désalignement trop important.

Si, en pratique, les choses sont complexes, simplifier au maximum les processus est une priorité. Selon Robert Chau, directeur de la recherche sur les composants chez Intel : « La mise en œuvre ne peut pas être trop compliquée, sans quoi cela affectera la faisabilité de la fabrication de puces avec des CMOS empilés. C'est une intégration très pratique avec des résultats respectables. »

Robert Chau ajoute qu’une fois l’empilement bien maîtrisé, ses équipes s’attaqueront aux performances. Les maillons faibles seraient pour l’instant les dispositifs PMOS, moins conducteurs que les NMOS. Quelques années de recherche et d’optimisation supplémentaires seront donc nécessaires avant une application à grande échelle.

Source : Spectrum.IEEE

Par Rémi Bouvet

Aucun résumé disponible

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
_Union-Hydra_Boeing

titre mensongé…
ce n’est en aucun cas intel qui a trouvé la solution mais bel et bien GordonMoore.il faut arrêter de faire croire que intel a trouve la solution. Ils ne font que mettre en place et essayer ce que Mr Moore avait dit il y a bien longtemps. Nuance…

fabcool

Je comprends pas cet article, il y a rien de nouveau là.
De plus je vois pas le rapport avec Intel en fait, à part dire qu’Intel se réveille très très en retard.

ramses_deux

(re)Lire l’article serait peut etre necessaire non?

Il s’agit bien des ingés d’Intel qui proposent cette solution afin de contourner la loi de Moore.
Ce n’est certainement pas Moore qui aurait désigné cette solution il y a 50 ans puisque… la technologie et la recherche ne propose/permet ceci qu’aujourd’hui :sweat_smile:

LeVendangeurMasque

« Samsung et TSMC planchent aussi dessus »… À propos de ce dernier, Apple qui est un de ces gros clients, proposerait d’après les rumeurs des versions améliorées de son M1 avec beaucoup plus de cœurs (64 voir 128). Et vu qu’il faut déjà beaucoup de transistors pour cette puce, ça ne va pas s’arranger avec ces futures déclinaisons.
Ce qui me fait dire que ce genre de procédé aurait là un net intérêt !

konflict

article tres interessant, avec un titre precis. les ingenieurs d’intels qui se battent au quotidient pour tenter de doubler le nombre de processurs tous les deux ans , malgré les challenges technologiques c’est fascinant.

Zouma

Nuance … Gordon Moore est le cofondateur d’Intel … Du coup Intel c’est Gordon Moore et inversement.

CallMeLeDuc

je ne vois pas ce qu’il y’a de mensongé.
Moore n’a fait que « Théoriser » ce principe, il n’a rien fait de plus.
Seulement entre la théorie et la pratique il y’a un gouffre que intel est en train de combler avec des travaux pratiques.

D’ailleurs ça n’avait rien de particulièrement ingénieux de penser à empiler les transistors plutôt que de les placer cote à cote. En fait n’importe qui y penserait, pas besoin d’être un ingénieur de génie pour ça.
Et il n’était certainement pas le seul à y avoir pensé à cette époque…

Pernel

Intel a-'til trouvé un moyen de faire des CPU desktop en 10nm ? Non parce que leurs promesses de 10nm, ça fait 6 ans que c’est repoussé.

ZorgTheBoss

Gordon Moore est co-fondateur d’Intel… Une entreprise n’invente rien, ses employés si!

MisterG55

Alors, est-ce qu’on aura des processeurs plus épais?