La loi de Moore caduque d'ici 10 à 15 ans ?

01 juin 2018 à 15h36
0
0000012200589502-photo-intel-idf-gordon-moore.jpg
Gordon Moore, co-fondateur d'Intel, a pu intervenir lors de l'IDF dans une session de questions/réponses menée par Pat Gelsinger. On a notamment pu y apprendre que selon le principal intéressé, auteur de la loi qui porte son nom, celle-ci serait caduque d'ici 10 à 15 ans. Rappelons que selon la loi de Moore, le nombre de transistors que contient une puce double tous les deux ans en moyenne. Problème, les procédés actuels de fabrication des puces sont devenus tellement efficaces, avec des structures internes étonnamment réduites, qu'il devient difficile de dépasser les lois de la physique. La couche de matériaux isolants utilisée par Intel a aujourd'hui une épaisseur de 5 atomes. Réduire encore cette épaisseur est pratiquement impossible et cette couche d'isolant ne pourra jamais avoir une épaisseur inférieure à 1 atome.

Selon Gordon Moore l'industrie n'est pas loin des contraintes énoncées quelques années plus tôt par le physicien Stephen Hawking à savoir la vitesse de la lumière et la nature atomique de la chose. La projection selon laquelle la loi de Moore ira dans le mur autour de 2020 est du reste conforme à certaines recherches menées par Intel il y a quelques années. Toutefois, des progrès pourront encore être accomplis notamment si les chercheurs trouvent un moyen d'empiler les transistors les uns sur les autres.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Neuf / Eurosport : résultat en première instance
Denis Morel, LG -
  Warmonger  , la physique s'illustre à nouveau
Insolite : placer Montcuq sur le prochain Monopoly ?
SAP lance son offre à la demande Business ByDesign
DADVSI : divergences quant à l'efficacité de la loi
  Crysis  , le mode multijoueurs illustré en vidéo
Olivier Heckmann, Kewego :
Rumeurs : Google phone en développement et smartphone Sony Ericsson sous WMobile par HTC
Galileo : Bruxelles veut débloquer 2,4 milliards d'euros
Haut de page