Le P.-D.G. de Huawei insiste : ils ne vendront pas leur division smartphone

14 février 2021 à 12h00
5
Huawei Mate 40 © © Huawei
Crédit : Huawei

La division smartphone de Huawei n'est pas à vendre, a fait savoir Ren Zhengfei dans une récente (et rare) déclaration. Il espère encore que l'administration Biden sera favorable à son entreprise.

Après s'être séparé de Honor, il se murmurait que Huawei pourrait également vendre sa propre activité smartphones, notamment les gammes premium P et Mate, face aux difficultés rencontrées suite aux sanctions américaines à son encontre.

Pas de vente de la branche smartphones de Huawei

Le constructeur chinois avait immédiatement démenti ces informations, et son P.-D.G. et fondateur Ren Zhengfei en remet une couche.

Très discret habituellement, il est sorti de l'ombre pour la première depuis plus d'un an pour défendre sa marque et assurer qu'il n'avait aucune intention de se séparer de sa branche mobile, et ce, malgré des prévisions de ventes très faibles pour 2021.

L'ancien numéro 2 mondial du marché du smartphone, derrière Samsung mais devant Apple, croit encore à un retour dans les bonnes grâces de l'administration américaine, et compte sur l'élection de Joe Biden pour faire entendre sa voix.

Huawei en forme, une bonne nouvelle pour les USA

Selon lui, Huawei n'est pas la seule perdante de cette histoire. « Permettre aux entreprises américaines de fournir des biens aux clients chinois est propice à leur propre performance financière. Si la capacité de production de Huawei augmentait, cela signifierait que les entreprises américaines pourraient vendre plus. C’est une situation gagnant-gagnant », estime-t-il.

En effet, Google, Qualcomm et bien d'autres ont perdu un énorme client suite à la mise au banc de Huawei et son placement sur la fameuse liste des Entités. « Je crois que la nouvelle administration pèsera le pour et le contre lorsqu'elle se penchera sur la question. Nous espérons toujours pouvoir acheter beaucoup de composants, de pièces et de machines en provenance des États-Unis afin que les entreprises américaines puissent également se développer avec l'économie chinoise », déclare-t-il.

Le message est passé, la balle est dans le camp des nouveaux responsables américains.

Source : GSMArena

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
5
HAL1
Ren Zhengfei donne quand même l’impression d’appliquer la méthode coué. Car la mise au ban (sans C ! ^_^) de Huawei ne va pas diminuer les besoins des équipementiers en matière de réseaux (5G ou autre) et l’appétit des consommateurs pour les téléphones portables. Donc les ventes vont se reporter vers d’autres fabricants, américains en particulier.<br /> Si une administration américaine choisit Cisco plutôt que Huawei pour des équipements réseau, et si un utilisateur européen se décide pour un iPhone plutôt qu’un téléphone Huawei, les États-Unis sont nettement plus gagnants que si l’entreprise chinoise avait pu faire des affaires avec des partenaires américains.
Kfabien
Que les USA se replient sur eux même.<br /> La Chine aura toujours le route de la soie qui s’étoffe au grès de nouveaux états
Fabien_LABERNIA
Hors Chine ton argument se tient, mais en Chine, Huawei reste très très populaire, et c’est grace à ces consommateurs d’ailleurs que l’entreprise résiste bien. Les Américains seront bien plus gagnants à vendre en Chine du Huawei ayant des composants américains, que du Huawei sans aucune techno américaine.
HAL1
Fabien_LABERNIA:<br /> […] en Chine, Huawei reste très très populaire, et c’est grace à ces consommateurs d’ailleurs que l’entreprise résiste bien.<br /> Malheureusement, l’entreprise ne résiste pas si bien que ça. Elle a pu faire des stocks de composants étrangers avant d’être mise sur liste noire, mais ceux-ci commencent à ne plus suffire, et Huawei n’a pas (encore) la possibilité de tout faire elle-même. Même s’ils ont les mains totalement libres en Chine, cela ne change pas le fait que les composants auxquels ils ont accès sont limités.<br /> Mais surtout, Huawei sera incapable de lutter en n’ayant que la Chine comme marché potentiel, quand bien même c’est un immense pays. Face à Apple par exemple, ayant la possibilité de vendre ses appareils partout dans le monde et pouvant s’approvisionner sans problème auprès de n’importe quel fournisseur, impossible pour Huawei de rivaliser.<br /> L’entreprise chinoise avait réussi à se hisser sur la deuxième place du podium en termes de nombre de téléphones portables vendus, et pouvait facilement s’imaginer devenir à terme le premier constructeur mondial devant Samsung. Aujourd’hui, il est quasi-certain qu’elle va rapidement retomber à la troisième place. Voire même se faire prochainement dépasser par d’autres fabricants chinois (suivant les sanctions qu’ils devront, eux, affronter).
Papounet17
«&nbsp;et si un utilisateur européen se décide pour un iPhone plutôt qu’un téléphone Huawei&nbsp;».<br /> Ne prends pas ton cas pour une généralité.
HAL1
Pardon ?
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Huawei dévoile le Nova 9, son flagship à destination des
Onyx Boox lance trois nouvelles liseuses grand format (et une grosse mise à jour logicielle)
Pixel 6 vs iPhone 13, un combat sans vainqueur (sur le papier) ?
Samsung s'ennuie et nous parle des nouveaux coloris du Galaxy Z Flip 3 et Watch 4
OPPO développe ses propres puces, destinées à ses téléphones haut de gamme (et aux OnePlus ?)
Google Pixel 6 : 5 ans de mises à jour garanties ? Non, ce n'est pas si simple
Samsung Unpacked : comment suivre les nouvelles annonces ?
Des hackers chinois piratent iOS 15.0.2 en quelques secondes, mais Apple n'est pas leur seule victime
Android 12 est maintenant disponible sur les Pixel 3 et ultérieurs
Google lance ses Pixel 6 et Pixel 6 Pro : sortie le 28 octobre, à partir de 649€
Haut de page