Google perquisitionné dans ses locaux parisiens

le 24 mai 2016
 0
Le siège de Google a été perquisitionné ce matin, vers 5h, dans le cadre d'une enquête pour fraude fiscale. Une centaine d'agents du fisc et de la brigade de répression de la grande délinquance financière ont investi les bureaux parisiens du géant de l'Internet.

Ces fonctionnaires étaient accompagnés de cinq magistrats du parquet national financier. Une intervention impressionnante qui fait suite à une plainte déposée par le ministère des Finances concernant une présumée évasion fiscale de la filiale française de Google.

01F4000008451450-photo-google-paris.jpg
Les bureaux de Google France


Dans une note, le Parquet national financier indique s'être lié avec l'Office central contre la corruption et les infractions financières et fiscales, et précise que 25 experts en informatique ont bel et bien conduit une perquisition. Elle intervient dans le cadre « d'une enquête préliminaire ouverte le 16 juin 2015 portant sur des faits de fraude fiscale aggravée et de blanchiment en bande organisée de fraude fiscale aggravée ».

Les autorités cherchent à savoir si Google Irlande (le QG européen de la firme) dispose bel et bien d'un établissement stable en France et qu'il y déclare à ce titre l'impôt sur les sociétés tout comme la TVA.

Déjà en 2011, des perquisitions et saisies avaient été réalisées dans les bureaux parisiens de Google, dans le cadre d'une enquête sur les prix de transfert entre la France et l'Irlande. Le fisc a récemment redressé le géant de Mountain View à hauteur de 1,6 milliard d'euros (voir Google : Bercy lui réclame 1,6 milliard d'euros), chiffre que n'ont jamais confirmé les autorités, pour cause de secret fiscal.

Sur le plan européen, la fiscalité des multinationales est au cœur des préoccupations de la Commission européenne. Une étude du Parlement européen a révélé que chaque année, 70 milliards d'euros d'impôts passaient entre les mailles du filet sur le Vieux Continent et ce, en toute légalité. Des stratagèmes comme le « tax ruling » , le « double irlandais », le « sandwich hollandais » ou la « double non-imposition » sont dans la ligne de mire du commissaire aux Affaires économiques et monétaires, Pierre Moscovici, qui cherche à mettre fin à cette « planification fiscale agressive ».

A lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Game of Thrones : HBO annonce l'ouverture d'un studio à visiter en 2020 en Irlande du Nord
Microsoft assure que ses data centers utiliseront 60% d'énergie renouvelable d'ici 2020
Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
scroll top