Google perquisitionné dans ses locaux parisiens

24 mai 2016 à 14h24
0
Le siège de Google a été perquisitionné ce matin, vers 5h, dans le cadre d'une enquête pour fraude fiscale. Une centaine d'agents du fisc et de la brigade de répression de la grande délinquance financière ont investi les bureaux parisiens du géant de l'Internet.

Ces fonctionnaires étaient accompagnés de cinq magistrats du parquet national financier. Une intervention impressionnante qui fait suite à une plainte déposée par le ministère des Finances concernant une présumée évasion fiscale de la filiale française de Google.

01F4000008451450-photo-google-paris.jpg
Les bureaux de Google France


Dans une note, le Parquet national financier indique s'être lié avec l'Office central contre la corruption et les infractions financières et fiscales, et précise que 25 experts en informatique ont bel et bien conduit une perquisition. Elle intervient dans le cadre « d'une enquête préliminaire ouverte le 16 juin 2015 portant sur des faits de fraude fiscale aggravée et de blanchiment en bande organisée de fraude fiscale aggravée ».

Les autorités cherchent à savoir si Google Irlande (le QG européen de la firme) dispose bel et bien d'un établissement stable en France et qu'il y déclare à ce titre l'impôt sur les sociétés tout comme la TVA.

Déjà en 2011, des perquisitions et saisies avaient été réalisées dans les bureaux parisiens de Google, dans le cadre d'une enquête sur les prix de transfert entre la France et l'Irlande. Le fisc a récemment redressé le géant de Mountain View à hauteur de 1,6 milliard d'euros (voir Google : Bercy lui réclame 1,6 milliard d'euros), chiffre que n'ont jamais confirmé les autorités, pour cause de secret fiscal.

Sur le plan européen, la fiscalité des multinationales est au cœur des préoccupations de la Commission européenne. Une étude du Parlement européen a révélé que chaque année, 70 milliards d'euros d'impôts passaient entre les mailles du filet sur le Vieux Continent et ce, en toute légalité. Des stratagèmes comme le « tax ruling » , le « double irlandais », le « sandwich hollandais » ou la « double non-imposition » sont dans la ligne de mire du commissaire aux Affaires économiques et monétaires, Pierre Moscovici, qui cherche à mettre fin à cette « planification fiscale agressive ».

A lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Un four à micro-ondes portable qui s'invite au camping
Votre compte LinkedIn a-t-il été piraté ?
E3 2016 : un événement ouvert au public en marge du salon
iPhone 6 : un prototype (?) en vente sur eBay pour 7 000 dollars
OCZ RD400, un SSD NVMe en M.2 concurrent du 950 Pro de Samsung
Uber, Airbnb & cie, un truc de jeunes aisés ?
Publicité en ligne : une enquête va s'ouvrir
Pour digérer Alcatel-Lucent, Nokia supprimerait entre 10 000 et 15 000 emplois
Voitures autonomes : les conducteurs sont plus inquiets qu'impatients de les utiliser
Motorola parie sur la mode rétro et réintroduira le Razr à clapet
Haut de page