Google se veut FAI des marchés émergents avec des ballons

01 juin 2018 à 15h36
0
Google s'emploierait à équiper plus d'un milliard de personnes d'une connexion Internet sans fil, en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est, grâce à des ballons élevés à haute altitude.

0104000005551535-photo-google-wifi-logo.jpg
Financer, construire et assurer la mise en service d'une connexion Internet sans fil en Afrique subsaharienne ainsi qu'en Asie du Sud-Est, tel serait le nouvel objectif de Google, a annoncé vendredi le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier. Ce projet pourrait concerner plus d'un milliard de personnes.

Pour se faire, la firme ne miserait pas sur une technologie unique. Le quotidien américain évoque notamment un réseau de dirigeables élevés à haute altitude, capables de couvrir une zone de plus de 160 kilomètres carrés. De quoi équiper des régions jusque-là dépourvues de toute connexion Internet ou même de renforcer le signal dans les centres-villes. Le recours à un réseau satellitaire aurait également été étudié.

Pour assurer le déploiement du réseau, Google souhaiterait conclure des partenariats avec des acteurs locaux, afin de « les soutenir ». Le site précise cependant que rien n'indique que de tels partenariats ont à ce jour été conclus. La firme de Mountain View ne s'est pas exprimé sur le sujet.

Un marché à conquérir

Pour ces marchés en développement, Google aurait pensé à un écosystème complet, basé sur cette connexion sans fil ainsi que sur un réseau de smartphones Android bon marché, spécialement conçus pour couvrir les besoins dans ces régions.

Une telle initiative lui permettrait de progresser encore un peu plus dans la maîtrise du processus de connexion d'un individu à Internet. Depuis le rachat de Motorola Mobility en mai 2012, Google mise sur une diversification de son activité, que ce soit sur le matériel mais également sur la mise en place de son propre réseau Internet. La firme souhaiterait ainsi s'affranchir des câblo-opérateurs avec qui les relations s'avèrent parfois compliquées. Pour preuve, le déploiement de la fibre dans certaines villes des Etats-Unis, ainsi que le développement de réseaux publics sans fil.

Plus Google parviendra à connecter d'individus à ses réseaux, en maîtrisant de bout en bout le processus, plus il sera en mesure de développer ses services et de cibler toujours les comportements de ses utilisateurs. Avec à la clé un potentiel forcément unique aux yeux des annonceurs. Rappelons que la firme a tiré au premier trimestre 2013 93% de ses revenus de la publicité.

Des tests grandeur nature

Google a déjà procédé à des tests de petite envergure au Cap, en Afrique du Sud. Il y a installé une station capable d'utiliser le spectre des ondes télévisées non utilisées pour fournir un réseau Internet. Une technologie qui selon Google est bien adaptée à des populations rurales ne disposant que de faibles infrastructures.

Rappelons qu'Eric Schmidt s'était personnellement rendu en Birmanie le 22 mars dernier, pour promouvoir la nécessité d'un libre accès à Internet, qui au-delà du potentiel de développement économique serait un garant à tout recul, à savoir un repli du pays sur lui-même. Quelques mois plus tôt, il s'était rendu à Pyongyang, la capitale nord-coréenne, dans le cadre d'un « voyage privé » polémique. Il y avait là encore défendu la nécessité de généraliser l'accès à internet.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Samsung dévoilera des nouveautés Galaxy et ATIV le 20 juin
BenQ W1500 : un vidéoprojecteur haut de gamme avec HDMI sans fil
SkyDrive : 3 Go gratuits pour les étudiants et bientôt Photosynth ?
Foxconn envisagerait de lancer une gamme d'accessoires mobiles
L'Irlande pourrait prendre des mesures face à l'exil fiscal
Deezer revendique 4 millions d'abonnés payants
Google Buzz disparaîtra totalement en juillet : que faire de ses données ?
Acer Aspire V5 et E1 : PC portables AMD variés à partir de 400 euros
WordPress reçoit un investissement de 50 millions de dollars
Samsung ouvre un bureau de propriétés intellectuelles aux Etats-Unis
Haut de page