L'Europe et les US approuvent le rachat de Motorola Mobility par Google

14 février 2012 à 08h10
0
La Commission européenne a donné son feu vert lundi à l'acquisition de Motorola Mobility par Google. Elle a estimé que cette opération n'entraînerait aucun effet préjudiciable à la libre concurrence sur le marché des terminaux mobiles, réservant toutefois son avis quant aux éventuelles conséquences liées à l'utilisation qui sera faite par Google de ses brevets dans l'univers de la mobilité.

00B4000004819810-photo-google-motorola-logo-gb.jpg
Annoncée en août dernier, l'acquisition de Motorola Mobility par Google permettra au numéro un mondial de la recherche en ligne de mettre la main sur une activité de fabricants de téléphones mobiles, ainsi que sur un portefeuille conséquent de brevets liés à l'univers de la mobilité. Portant sur un montant de 12,5 milliards de dollars, la transaction devait logiquement recueillir l'approbation des autorités de la concurrence en Europe ou aux Etats-Unis.

La Commission européenne a finalement donné son feu vert lundi, après avoir toutefois demandé en décembre dernier la conduite d'une enquête complémentaire. Le département de la Justice américain lui a emboîté le pas dans la nuit de lundi à mardi.

« Nous avons autorisé le rachat de Motorola Mobility par Google parce que, au terme d'un examen minutieux de l'opération envisagée, il apparaît que cette dernière ne pose, en tant que telle, aucun problème de concurrence », a déclaré lundi Joaquín Almunia, vice-président de la Commission chargé de la concurrence. Celle-ci aura notamment estimé que dans la mesure où le modèle économique de Google repose sur la plus large diffusion possible d'Android (de façon à amener de nouveaux utilisateurs vers ses services en ligne), le risque de voir le système réduit aux seuls terminaux Motorola était quasi-nul.

« Il va de soi que la Commission continuera de surveiller de près le comportement de l'ensemble des acteurs du marché actifs dans le secteur en cause, et en particulier l'usage de plus en plus stratégique qui est fait des brevets », précise-t-il toutefois.

Début février, Google avait assuré que le rachat de Motorola Mobility ne porterait pas préjudice aux autres fabricants de téléphones portables, dans la mesure où les brevets de son acquisition resteront commercialisés sous licence comme ils le sont aujourd'hui. Les 17 000 brevets de Motorola Mobility devraient toutefois permettre à la firme de Moutain View de muscler sa défense dans la guerre de propriété intellectuelle que se livrent aujourd'hui les principaux acteurs du secteur (dernier épisode en date : Apple attaque à nouveau Samsung... mais vise Google ?).

(mise à jour, 9h30, pour souligner l'approbation formulée par le département de la Justice américain).
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
Windows 10 mise à jour de mai 2020 : demandez la liste des bug déjà connus !
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Le vaisseau Starship de SpaceX est homologué par la FAA
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
scroll top