Livraison par drone aux USA : Amazon perd patience

09 décembre 2014 à 13h38
0
Dans une lettre envoyée à l'autorité en charge des espaces aériens américains, Amazon menace de délocaliser ses recherches sur les drones dans les pays où la législation est plus tolérante. Le géant du e-commerce emporterait avec lui ses investissements et les emplois qu'il avait prévu de créer.

Paul Misener, le vice-président des relations publiques d'Amazon, se lasse d'attendre. Dans une lettre à la Fédération Américaine de l'Aviation (FAA), il affirme que le groupe devra délocaliser davantage ses recherches sur la livraison par drone en dehors des Etats-Unis. A moins que le régulateur ne donne rapidement l'autorisation au géant du e-commerce de tester ses appareils sur le sol américain.

0208000006878844-photo-amazon-prime-air.jpg

« Sans approbation de nos tests aux Etats-Unis, nous serons contraints de déplacer encore plus nos activités de recherche et développement sur la livraison par drones à l'étranger », écrit Paul Misener dans le document, repéré par le Wall Street Journal. Amazon teste actuellement ses appareils en Inde, ainsi qu'au Royaume-Uni.

Si la FAA n'agit pas rapidement, les Etats-Unis risquent d'accéder au service de livraison par drones plus tard que les autres pays, indique le vice-président. Par ailleurs, ce dernier précise que le projet inclut la création d'emplois et des investissements qui passeront également sous le nez des Etats-Unis.

Amazon a demandé l'autorisation de tester ses drones dans plusieurs zones du pays au mois de juillet, mais n'a obtenu l'autorisation de le faire que dans l'Etat de Washington. Le géant du e-commerce attend toujours de pouvoir essayer ses appareils dans la zone de Seattle, notamment. Ce qui explique pourquoi il presse le régulateur dans ce document, qu'il a également transmis aux médias. Il ne s'agit que d'une menace, mais Amazon pourrait être tenté d'aller voir ailleurs.

Les drones commerciaux déjà présents en France

Dans l'hexagone, la loi autoriserait Amazon a réaliser ses tests. Les drones commerciaux et civils sont autorisés, mais sous conditions. Parmi les multiples obligations, il y a l'obtention des autorisations nécessaires au survol des zones souhaitées. Les appareils commerciaux doivent également être homologués par la Direction Générale de l'Aviation Civile, et les pilotes doivent disposer d'un diplôme d'ULM.

Les drones civils sont également très encadrés. Cependant, la loi devrait s'assouplir. Selon Le Monde, l'utilisation de drones de loisirs devrait être officiellement autorisée en France dès 2015, en dehors des agglomérations, des endroits où des personnes se sont regroupées, et des zones d'exclusion comme les aéroports ou centrales nucléaires. Enfin, les prises de vues « accessoires au vol » et « non-commerciales » devraient être également autorisées.

Pour en savoir plus :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Numericable : 800 Mb/s et nouvelle box réservés aux nouveaux abonnés
Bill Gates, Ashton Kutcher et bien d’autres investissent dans Change.org
LeWeb 2014 : Yandex se lance sur le Big data
Windows 8.1 et MKV : une prise en charge si partielle qu'elle est vaine
Le Hobbit 3 : où voir la Bataille des cinq Armées en HFR en France ?
Okidokeys : la serrure connectée à la française bientôt disponible
Fransat : Ultra HD pour tous et bouquet TNT en MPEG-4
VMWare lance Workstation 11 en 64 bits exclusivement
Il sera bientôt possible de payer ses amendes sur place avec le PV électronique
Géolocalisation : les grands magasins se réveillent
Haut de page