Amazon testera les livraisons par drone en Inde

21 août 2014 à 15h01
0
À cause d'une législation américaine contraignante, Amazon aurait choisi de tester son nouveau service de livraison en Inde. La France aussi encadre rigoureusement l'utilisation de drones, ce qui peut compliquer l'instauration de ce genre de service.

La route, ou plutôt le couloir aérien d'Amazon est semé d'embûches. Puisque la loi interdit l'usage commercial de drones en extérieur, le leader du e-commerce se retrouve dans l'obligation de tester son futur service de livraison en dehors des Etats-Unis. Selon les informations de l'Economic Times of India, la société aurait décidé d'effectuer ses essais à Bombay et Bangalore dès le mois d'octobre. Amazon aurait choisi l'Inde parce que le pays n'encadre pas du tout l'usage de drones.

Aux USA, une loi stricte mais amenée à évoluer

L'administration Fédérale de l'Aviation (FAA) impose une réglementation très stricte quant à l'usage professionnel de drones. Seuls les particuliers ont le droit de faire voler ce type d'appareil en extérieur. Les entreprises ne peuvent donc les utiliser que dans leurs locaux.

01E0000007569893-photo-le-drone-d-amazon.jpg


La FAA était supposée lever cette interdiction d'ici septembre 2015, mais si l'on en croit le Washington Post, « des obstacles techniques et d'ordre légaux » empêcheront le respect de ce délai. Cela ne devrait pas pour autant gêner le lancement du service aux Etats-Unis, puisque le leader du e-commerce se donne 5 ans pour commencer à livrer ses clients par les airs.

Quelle législation pour la France ?

En France, l'usage professionnel de drones en extérieur n'est pas interdit. Des agriculteurs utilisent déjà ce genre d'appareils pour survoler leurs champs par exemple. De même, des drones ont déjà été utilisés pour la surveillance d'un pipeline dans la Marne ou d'un gazoduc dans la région de Nancy notamment. En revanche, la DGAC (Direction Générale de l'aviation civile) impose des conditions très strictes aux entreprises.

D'abord, elles doivent obtenir une autorisation pour survoler les zones souhaitées. Puis les drones doivent être homologués par la DGAC. Pour cela, ils doivent se conformer à un certain nombre de règles. Un système anti-crash doit notamment être intégré à l'appareil. Le pilote, quant à lui, doit être titulaire d'un diplôme d'ULM.

Quand bien même la loi française n'interdit pas formellement le projet d'Amazon, l'instauration de son service en hexagone risque d'être un véritable chemin de croix pour la société.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Uber lance une API et s’ouvre aux services tiers
iMessage concentrerait 30% du spam mobile
Intel Haswell-E : un potentiel multi-GPU limité avec certains processeurs
La Cnil rappelle les règles à suivre pour le tracking des clients
Windows 9 dévoilé le 30 septembre ?
Streaming audio/vidéo sur le Web : Microsoft et Google s'accordent sur un standard
Des cours gratuits en français pour réviser sa certification Microsoft
Wiko Goa : un smartphone Android 4.4 à seulement 50 euros
Galileo : deux premiers satellites
Selon une étude, une série produite par Netflix est l’une des plus piratées
Haut de page