Réallocation de fréquences 1800 MHz : SFR agite à son tour les risques sur l'emploi

23 janvier 2013 à 13h32
0
Voilà quelques semaines, Bouygues Télécom expliquait que si l'Arcep l'autorise à utiliser certaines fréquences, actuellement utilisées pour la 2G, pour la 4G, il embaucherait probablement 200 personnes. Désormais, SFR fait contre-feu et précise que si son concurrent bénéficie de ce droit, 5 000 emplois pourraient être détruits.

00DC000005533401-photo-ancien-logo-de-sfr.jpg
Bouygues Telecom dispose d'une bande de fréquences sur la plage des 1 800 MHz qu'il n'utilise que pour la 2G. Pour pouvoir bénéficier de ressources plus abondantes en matière de 4G (LTE), l'opérateur avait formulé une demande auprès de l'Arcep afin de pouvoir réutiliser ses fréquences. Afin d'alimenter le débat, la direction du groupe avait également mis dans la balance d'autres facteurs pour que les autorités prennent une décision en sa faveur.

En décembre dernier, Olivier Roussat, le directeur général de Bouygues Telecom, expliquait ainsi que cette réallocation de fréquences (refarming) pourrait entraîner « 200 recrutements dans les centres d'appels de Bouygues Telecom, qui sont tous situés en France. Et probablement autant dans les centres d'appels français de nos prestataires ».

SFR prend le contrepied de son concurrent et considère que les pouvoirs publics ne devraient pas modifier les règles d'utilisation des fréquences. Interrogé par Les Echos, Stéphane Roussel, p-dg de l'opérateur ajoute : « On a dépensé 1 milliard d'euros pour les fréquences, on ne souhaite pas que l'Etat change les règles du jeu à court terme ». Il rappelle ainsi avoir : « écrit avant Noël au président du régulateur et au Premier ministre. Si Bouygues Telecom obtient les fréquences en 1 800 MHz en 2013, alors cela entraînera la destruction de 5 000 emplois dans l'écosystème SFR ». Par contre, il ne livre aucun détail sur les divisions éventuellement touchées par cet éventuel plan de réduction de son personnel.

De son côté, l'Arcep a entamé une consultation afin qu'elle puisse remettre son avis sur le sujet. Depuis juillet dernier, le régulateur a ainsi invité ces professionnels du secteur à répondre à ses questions puisque certains opérateurs possèdent des plages de fréquences pour la 2G actuellement moins usitées.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Apple retire l'application 500px de l'App Store, jugeant son contenu
Canonical reconsidère un nouveau rythme de développement
NEC Medias W : un smartphone à deux écrans qui se déplie pour le Japon
AMD, en déclin de 17% en 2012, veut moins dépendre du PC
Cabasse Stream 3 : un système 2.1 Bluetooth, Wi-Fi et DLNA
Google : 10,7 milliards de profits, dont la moitié non imposée
Nokia EOS : un prochain Windows Phone PureView ?
Intel ne fabriquera plus ses propres cartes mères
Ne dites plus hashtag mais
Galaxy S IV : une annonce le 22 mars ?
Haut de page