L’Allemagne oblige les réseaux sociaux à supprimer les contenus haineux

03 juillet 2017 à 17h22
0
Le Bundestag a adopté vendredi 30 juin un texte limitant à 24 heures après publication le délai laissé aux réseaux sociaux pour supprimer ces contenus. Une obligation de censure qui déplaît autant aux réseaux sociaux qu'aux défenseurs de la liberté d'expression.

Tenus de rédiger un rapport de synthèse à adresser tous les six mois aux autorités, Facebook, Twitter et consorts s'exposent également en cas d'échec à une amende de 50 millions d'euros.

La menace planait depuis des mois

Modérateur, job à haut risque ? Dans les filiales allemandes des grands réseaux sociaux, les candidatures au poste devraient certainement se raréfier au vu du tour de vis législatif opéré fin juin par le Bundestag allemand. Depuis plusieurs mois, l'Allemagne menaçait d'imposer à ces plateformes de réagir en moins de 24 heures en cas de signalement par les internautes d'un contenu à caractère haineux : propos racistes ou antisémites, incitations à la haine, propagande terroriste, pédopornographie mais aussi fake news.

En cas d'échec ou de non-réponse, les plateformes encourront jusqu'à 50 millions d'euros d'amende. Les députés allemands ont aussi prévu de pouvoir condamner personnellement, comme un directeur de publication dans le secteur de la presse, le ou la responsable de ce sujet dans l'entreprise : jusqu'à 5 millions d'euros. Les plateformes devront en outre fournir aux autorités allemandes deux fois par an un rapport de synthèse sur le nombre de signalements reçus et les réponses données.

01F4000008517232-photo-8-twitter.jpg


Crainte pour les élections allemandes en septembre

La loi doit encore être votée par le Bundesrat (la chambre haute du Parlement allemand), mais elle témoigne très clairement de l'inquiétude de Berlin : en deux ans, le nombre d'agressions à caractère raciste a bondi de 300 % dans le pays, et l'approche des élections fédérales en septembre fait craindre aux autorités une recrudescence de messages haineux et une tentative de déstabilisation de l'élection sur les réseaux sociaux.

Twitter et surtout Facebook sont depuis le début de la crise migratoire en Allemagne un terrain d'expression privilégié de la haine anti-migrants. Et le climat s'est encore tendu après la série d'attentats en 2016 dans le pays. Saluée par les associations allemandes de défense des minorités, l'intransigeance des députés allemands est critiquée par les défenseurs des droits de l'Homme, qui redoutent à terme cette délégation contrainte du pouvoir de censure à des acteurs privés. Cela ne ravit d'ailleurs pas les principaux intéressés, à savoir les réseaux sociaux eux-mêmes. Facebook a rapidement réagi en déplorant « une absence de consultation qui ne fait pas justice à l'importance du sujet » et en rappelant les efforts déjà consentis : l'entreprise s'apprête à embaucher 3 000 nouveaux salariés, portant son équipe de modération à 7 500 personnes. Elle développe également une IA capable de détecter lors de la phase d'upload les contenus haineux, en particulier djihadistes, (textes, audio et surtout vidéo) pour les bloquer avant leur mise en ligne.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an
Porn : Macron veut
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top