Snapchat a triplé son trafic vidéo en 6 mois

01 juin 2018 à 15h36
0
Plus petit que YouTube et Facebook, Snapchat génère pourtant une audience comparable, avec 6 milliards de vidéos vues. Un trafic que la start-up tente de monétiser avec finesse.

En septembre, Business Insider rapportait que Snapchat avait atteint 4 milliards de vidéos vues par mois : un cap à l'époque, car le réseau social éphémère se rapprochait plus que jamais de Facebook. Deux mois plus tard, le Financial Times apprend que l'application prisée par les ados atteint 6 milliards de vidéos vues par mois, ce qui représente un triplement de son trafic vidéo comparé à mai. Un chiffre confirmé par la société.

Le plus impressionnant, c'est que Snapchat réalise ce trafic uniquement depuis le canal mobile, et grâce à une communauté estimée à 200 millions de membres. Facebook, de son côté, a atteint 8 milliards de vidéos vues au dernier trimestre, mais grâce à une base d'utilisateurs de 1,55 milliard de membres actifs.

Le pari de Snapchat

Alors que les investissements publicitaires se déplacent toujours plus sur la vidéo, et que ce format a tendance à rapporter davantage, Evan Spiegel semble sur la bonne voie. Lui qui avait décidé de refuser, en 2013, de se faire racheter par Facebook, Google et le chinois Tencent pour plus de 3 milliards de dollars, faisait le pari de réussir à concentrer une grosse audience, puis à la monétiser. Un pari qui était risqué.


03E8000008237516-photo-snapchat-sponsored-lenses.jpg
Les « sponsored lenses » sont une réponse au défi de monétiser de petites vidéos et des selfies - Crédit : Snapchat.

On le voit avec Twitter : le réseau de microblogging a beau être incontournable et concentrer plus de 300 millions de personnes, il peine à gagner de l'argent. Le mois dernier, il a même limogé 8 % des effectifs. Le format roi pour monétiser une vidéo reste le pre-roll, ce clip de quelques secondes joué en début de vidéo... mais qui, à force, peut rebuter les utilisateurs. Sur Snapchat, un format plus discret a fait son apparition.

Le défi des annonceurs

La semaine dernière, le réseau social a inauguré les « sponsored lenses », dont le principe est d'intégrer un contenu animé sponsorisé sur un selfie. De cette façon, les utilisateurs continuent de s'amuser en modifiant leur visage, mais avec des images de marque. Un contenu lancé opportunément à l'occasion d'Halloween.

Comme le confirmait Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, la semaine dernière, les vidéos courtes ont de plus en plus la cote sur les réseaux sociaux, et particulièrement sur le mobile. Une tendance de marché à laquelle répond parfaitement Snapchat. Mais attention. Snapchat ne dévoile pas encore ses résultats.

Avant que la société ne soit rentable, elle va devoir pérenniser son modèle économique. Et réussir à gagner de l'argent avec ses vidéos sans agacer sa communauté. Or, ajouter de la publicité sur des vidéos si courtes donne du fil à retordre aux annonceurs. Si les « sponsored lenses » semblent être une réponse maligne à cet enjeu, suffiront-ils ? eMarketer prévoit une hausse des revenus vidéos de 42 % cette année aux États-Unis.


À lire également :

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

iPhone 6 : un prototype (?) en vente sur eBay pour 7 000 dollars
Le créateur du Bitcoin n’est finalement pas celui que l’on croyait
Black Friday : elle achète un iPhone 6 et se retrouve avec des patates
L'Ukraine dans le noir à cause d'un virus informatique ?
Tesla Model S 75 kWh : plus autonome, mais plus chère
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Haut de page