Stripe lève 80 millions de dollars pour simplifier le paiement

23 janvier 2014 à 16h54
0
L'américain Stripe se propose d'intégrer un module de paiement sur n'importe quel site Internet ou application mobile. En pleine expansion internationale dont la France, la start-up lève 80 millions.

0104000007106426-photo-stripe.jpg
En phase de test en France depuis peu, l'américain Stripe vient de recevoir une somme conséquente, 80 millions de dollars, lors de sa troisième levée de fonds. Ce tour de table réunit Founders Fund, Khosla Ventures, Sequoia Capital et Allen & Company et valorise la société créée en 2010 à 1,75 milliard de dollars.

Stripe propose aux entreprises d'intégrer à leur site Internet ou à leur application mobile une interface de paiement grâce à des API se voulant simples à intégrer. TechCrunch rappelle ce qui a présidé à la création de cette société. Pour ses fondateurs, Patrick et John Collison, « le problème des transactions en ligne est dans le code, pas les banques, nous voulons donc inciter le plus de sites Web possible à encaisser des paiements ». L'un de leurs faire-valoir est donc la simplicité.

Si l'offre de Stripe peut être vue comme frontale avec celle de PayPal, le fondateur explique qu'il n'en est rien. Des chevauchements existent, admet-il, mais son service reste « focalisé sur le paiement en ligne alors que PayPal s'intéresse de plus en plus aux transactions physiques ». Il est vrai qu'avec Beacon, la filiale d'eBay met un pied en boutique. Mais en septembre PayPal s'est offert le concurrent direct de Stripe, Braintree.

Incitation au paiement, même sur Twitter

La vision des frères Collison et de faire de Stripe l'infrastructure de paiement dans l'entreprise, pour le Web et le mobile. L'offre a débuté en 2011 avec la mise à disposition des API pour les développeurs. Le but est de proposer un système de paiement intégrable sans avoir à ouvrir un compte marchand auprès des banques, et facile à intégrer d'un point de vue du développement, le tout avec un design accessible. Pour se rémunérer, Stripe perçoit 2,9% et 30 centimes par facturation réussie, ou moins selon le volume.

L'un des avantages avancés par Stripe est de proposer un module de paiement intégré sur le site e-commerce, ce qui veut dire que le client n'a pas à quitter le site pour un service tiers. Ce que beaucoup de commerçants rechignent à accepter, de peur de voir leurs clients abandonner leur panier. Stripe compte des clients comme le site e-commerce Shopify, le service de co-voiturage Lyft et a noué un partenariat avec Twitter à la mi-janvier, ouvrant la porte à l'achat « in-tweet ».

Disponible dans une douzaine de pays, Stripe traiterait 1 milliard de dollars de transactions par an. Un volume qui devrait considérablement évoluer avec l'élargissement de l'offre à de nouveaux pays, à savoir l'Australie, la Belgique, la Finlande, l'Allemagne, le Luxembourg, les Pays-Bas, l'Espagne et la France. Des partenariats avec de grands comptes seraient aussi dans les tuyaux.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

LeFrenchMobile : une offre intéressante pour saisonniers et vacanciers
Infos US de la nuit : deux nouveaux iPhones, moins de Lumia vendus, plus de membres Netflix
Android serait 20 fois moins cher que Windows Phone pour les OEM
Les résultats de Microsoft progressent, aidés par la Xbox One
Mac Bundle 4.0 : onze logiciels à prix (presque) libre
Recommandations de contenus : AOL s’offre Gravity
Sosh + Livebox : TV en option pour baisser les prix et VDSL2 avec modem Livebox Play
Faut-il décharger complètement sa batterie avant de la recharger ?
Vivaldi.net, une alternative à My Opera fondée par l'ex-PDG Jon S. von Tetzchner
Pour le pape François, Internet est un
Haut de page