Le moteur de recherche Yandex s'empare du "Allociné russe"

15 octobre 2013 à 14h45
0
Yandex, le numéro un des moteurs de recherche en Russie, a annoncé le rachat du site KinoPoisk, le « Allociné russe ». Une opération qui vise à lui permettre de gagner en crédibilité sur la recherche en ligne.

0104000004291430-photo-yandex-logo.jpg

Yandex, le premier moteur de recherche en Russie, a annoncé le rachat du premier site russophone dédié au cinéma, KinoPoisk, relate l'agence Reuters ce mardi. Cette acquisition permet au service de progresser encore un peu plus dans la recherche et d'accroître son influence. Aucun montant n'a été communiqué. Plus tôt ce mois-ci, l'agence Itar-Tass, relatant les rumeurs de rachat, évaluait l'opération à plusieurs dizaines de millions de dollars.

Les équipes de KinoPoisk seront intégrées avec celles de Yandex. En revanche, le site Internet devrait conserver son indépendance, ajoute Reuters. En Russie, le moteur de recherche bénéficie d'une part de marché de 60%. Ses revenus sont principalement tirés de la publicité textuelle, du search.

KinoPoisk peut être qualifié de « Allociné russe », avec un système de notation des films. Près de 100 millions de notes ont ainsi été déposées, avec 3 millions de nouvelles notations chaque mois. Son audience mensuelle culmine à 18,6 millions de visiteurs.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

CastAR, des lunettes à réalité augmentée par des anciens de Valve, débarquent sur Kickstarter
Le fisc réclamerait 27 millions d'euros à Eutelsat
Des drones livreurs en Australie dès mars 2014
Google Mobile Meter : un nouvel outil de traçage sur Android
vCloud Hybrid Service : le cloud hybride de VMware arrive en Europe
Desktop as a service : VMware rachète Desktone et met à jour Horizon
Yahoo! Mail : l'activation de SSL par défaut début 2014
L'ancienne patronne de Burberry à la tête des Apple Store
Twitter permet de recevoir des messages privés de tous ses abonnés
Radiofréquences : l’Anses évoque des effets biologiques mais sans conséquences sur la santé
Haut de page