Vers un cadre protecteur pour le crowdfunding en France

20 juin 2013 à 13h25
0
Le financement participatif ou crowdfunding se développe au travers de nombreuses plateformes permettant aux internautes de participer à la création de contenus. Toutefois, l'absence de cadre légal clair en France ne permet pas encore d'atteindre une popularité similaire aux Etats-Unis.

00FA000005451813-photo-crowdfunding.jpg
Certaines plateformes de financement participatif se sont désormais implantées dans le paysage numérique, outre les KickStarter, MyMajor Company ou Ulule, le développement d'un véritable ecosystème, notamment national, autour de la pratique reste à définir. L'ambition des pouvoirs publics est alors de tenter de délimiter un cadre légal permettant de favoriser le crowdfunding sur notre territoire.

A la faveur d'une question au gouvernement, le député socialiste Jacques Cresta a interrogé cette semaine Fleur Pellerin afin qu'elle se prononce sur la mise en place d'un cadre juridique propre à cette pratique. « Ce phénomène prenant de l'ampleur il serait nécessaire d'assurer un cadre juridique aux donateurs-investisseurs afin de les assurer a minima que leur participation financière a bien pour finalité de financer le projet qu'il souhaite soutenir. Malgré tout cet encadrement doit être suffisamment souple pour garder l'esprit qui a fait le succès de ce financement participatif », précise l'élu.

La ministre a déjà précisé qu'elle avait lancé un groupe de travail, ce dernier collaborant de manière étroite avec l'Autorité des marchés financiers (AMF). L'objectif de ce groupement est alors de dégager les moyens de « déverrouiller » le financement participatif en France. En effet, les régimes de protection sont différents en fonction de la nature de la structure dans laquelle l'argent est investi.

Les risques sont également connus. Pour l'internaute, il risque de perdre « tout ou partie du capital investi ou des fonds prêtés, notamment en cas de difficulté de l'entreprise émettrice ou emprunteuse » précise l'AMF dans un guide dédié (.pdf). Côté porteur de projet, l'autorité regrette « l'absence de garantie quant à l'affectation des fonds collectées au regard du projet initial ».

0172000006069112-photo-sans-titre-1.jpg

Il s'agit donc d'établir un équilibre entre d'un côté la protection du consommateur qui donne sa confiance et de l'autre l'encouragement de l'investissement et la vitalité des porteurs de projets.

La mission Lescure s'est également saisie de la question et indique qu'il « serait souhaitable d'en clarifier le cadre juridique et fiscal, et d'en améliorer la visibilité par un soutien politique plus affirmé ». Les sociétés françaises se sont, elles, déjà regroupées cette année au sein de l'association « Financement Participatif France » pour mieux faire valoir leurs intérêts et s'affranchir du soutien d'un établissement bancaire.

Le rapport de l'ex-patron de Canal+ préconisait donc d'accorder un statut fiscal particulier à ces sociétés mais également aux contributions récoltées, ces dernières pouvant être interprétés comme de simples donations. De même, les contreparties peuvent être éventuellement soumises à une taxation, à savoir la TVA, notamment lorsqu'un bien est proposé en échange d'un don.

Pour en savoir plus : lire le dossier KickStarter, Ulule, MyMajorCompany... gros plan sur le financement participatif

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top