Le gouvernement face à la blockchain. Partie 4

0
Pour comprendre la blockchain, la rédaction de Clubic publie chaque semaine, une partie d'un dossier portant sur cette technologie. Vous pouvez retrouver notre série :

La blockchain peut se définir comme une base de données décentralisée. Elle permet d'organiser des échanges entre personnes sans qu'une entité centrale ne régisse l'ensemble. Tous les nœuds du réseau (regroupant l'ensemble des échanges), sont exécutés de manière à ce que n'importe quel utilisateur dispose d'un accès au « code source » de la technologie. Parmi les applications de la blockchain, on retrouve le bitcoin mais également Ethereum, une plateforme qui permet de programmer l'échange de n'importe quel type d'objet.


Si la blockchain doit permettre de passer outre les intermédiaires de nombreux secteurs d'activité, bien souvent, la réglementation empêche sa mise en œuvre. Le rôle de l'Etat, partagé entre la protection des fonctions réglementées, mais aussi le souci de rendre l'économie française compétitive, va être la clé du développement des blockchains en France.

08398352-photo-macron.jpg
Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique


La blockchain, avec ses concepts de confiance décentralisée peut potentiellement concurrencer de nombreux secteurs d'activité et professions. Outre l'aspect technique, un frein reste à lever et il est considérable, c'est celui de la réglementation. Théoriquement, il est facile de se passer d'un notaire, d'un courtier d'assurance ou même d'une banque grâce à une blockchain.

Dans la pratique, c'est impossible puisque les lois actuelles ne le permettent tout simplement pas. « Le fait que la législation autour de ces technologies soit encore très floue pour la plupart des cas d'utilisation ne facilite pas leur adhésion par les entreprises » explique Adrien Lafuma, cofondateur du Labo Blockchain. De plus, les instances publiques ont opté pour le principe de précaution et ont été plutôt à charge sur l'utilisation historique qu'est bitcoin. Ce qui n'est pas le cas chez certains de nos voisins européens (Suède, Pays-bas, Allemagne ...).

En dehors de quelques cas isolés comme le Sof Bar (le premier bar à accepter bitcoin en France) ou le registrar Gandi, les entreprises qui progressent sur le domaine sont des institutions bancaires et des assureurs, qui y voient un moyen de réduire leurs coûts de fonctionnement ou de gagner de nouveaux marchés.

08383970-photo-ethereum.jpg


Selon les experts de la blockchain, la législation française, dont on sait qu'elle est l'une des plus denses au monde, entrave clairement son développement dans notre pays. Néanmoins, les choses sont en train de se mettre en mouvement et Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, a réalisé une première annonce lors des 3es Assises du financement participatif en mars 2016.

A l'occasion d'une nouvelle ordonnance sur la réglementation financière relative aux bons de caisse, l'Etat va créer des minibons, des bons de caisse portés par une blockchain. Ceux-ci seront accessibles à toutes les entreprises, y compris les PME qui pourront ainsi réaliser des émissions d'obligations de manière ultra-simplifiée. Ces minibons, pourraient être consignés dans un registre décentralisé porté par une blockchain, une solution de type smart-contract qui présente à la fois un intérêt en termes de coût relativement faible, mais aussi en termes de transparence, des critères très séduisants pour l'administration fiscale.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top