Surveillance, maintenance : la SNCF teste des drones

Par
Le 10 septembre 2015
 0
La SNCF déploie, pour des tests, plusieurs drones sur ses installations ferroviaires. Les engins volants doivent remplir plusieurs fonctions allant de la surveillance des lignes à la maintenance classique.

Si le marché des drones à destination du grand public a connu un essor récent, les professionnels ont recours depuis plusieurs années déjà à cette méthode. Que ce soit pour la photographie, le secourisme ou la maintenance, l'apport de ces appareils volants a été constaté par les entreprises ayant recours à ce type de dispositif.

De son côté, la SNCF indique mener actuellement une vague de tests. L'objectif de cet ensemble d'expériences est de pouvoir comprendre l'utilité de ces engins au regard des activités du groupe. Des drones « classiques » multi-rotors sont ainsi utilisés tout comme des drones avions ou un nanodrone. Ce dernier pèse uniquement 18 grammes et dispose d'une autonomie de 10 minutes. Il ne sert aux équipes qu'à filmer un endroit en particulier afin d'estimer si une intervention est nécessaire ou non.

Pour le moment, la flotte de la SNCF ne comprend que 10 appareils. Si les tests s'avèrent concluants, elle pourrait se doter de nouveaux engins. La société demeure confiante sur le sujet et estime que d'ici l'an prochain, le nombre d'appareils devrait augmenter.

0258000008162114-photo-drone-sncf.jpg


Eviter les éboulements rocheux


Les drones ont plusieurs tâches à accomplir relevant principalement de la surveillance ou de la maintenance du réseau. Selon la SNCF, la sécurité est un sujet majeur à tel point qu'elle peut déployer un engin plus imposant, un autogire, pour surveiller ses installations. Le but est de prévenir la présence de personnes sur les voies et d'éviter les vols de métaux. Certains chantiers ou tronçons sont donc régulièrement inspectés par les airs.

  • Bénéficiez de nos codes promo SNCF et bons plans exclusifs (codes réduction, promotions et cashback).
La SNCF indique surveiller également les parois rocheuses bordant les lignes de trains afin de prévenir un risque d'éboulement. « Une trentaine d'ouvrages seront visités d'ici la fin de l'année 2015, en régions Aquitaine, Auvergne, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes », explique le groupe.

0258000008162046-photo-drone-sncf.jpg

Dans le même ordre d'idée, des inspections régulières permettent de surveiller la croissance de la végétation ou d'inspecter toitures et charpentes de gares. Enfin, la SNCF peut désormais décider plus rapidement de diligenter d'éventuels travaux si des dégâts sont constatés après une tempête.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top