Les fréquences "en or" seront vendues au plus tard en 2016

01 juin 2018 à 15h36
0
L'attribution de la bande des 700 MHz permettra aux opérateurs d'améliorer la couverture de leur réseau mobile en zone moins dense et dans les bâtiments, et d'absorber la demande future en données.

Les fréquences « en or » seront mises aux enchères à la fin de l'année, au plus tard en 2016. Cette bande de 700 MHz est très prisée par les opérateurs mobiles pour ses capacités de couverture longue distance et de pénétration dans les immeubles. Elle intéresse tout particulièrement Free Mobile qui, contrairement à ses concurrents, ne possède pas de fréquences basses (800 et 900 MHz), et voudrait améliorer son réseau.


0230000008026612-photo-antenne-relais-mobile.jpg
Les opérateurs devront se répartir deux fois 30 MHz, par tranches de 5 ou 10 MHz - Crédit : Fotolia.


Le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, a déclaré sur BFM qu'il espérait « réaliser, si ce n'est pas à la fin de cette année, dans le courant de l'année prochaine, la cession de ces fréquences ». Cette accélération du calendrier coïncide avec l'augmentation du budget de la Défense de 4 milliards d'euros durant ces trois prochaines années. Une hausse que l'État compte financer avec les 2,2 milliards espérés des 700 MHz.

Côté opérateur, l'enjeu de cette attribution est d'anticiper l'inflation de la consommation des mobinautes. Au premier trimestre 2015 encore, les données émises et reçues depuis l'Internet mobile ont doublé en une année, pour atteindre 82 pétaoctets selon le régulateur des télécoms (Arcep), ou 339 mégaoctets par usager - loin des volumes de données proposés par les opérateurs, atteignant 20 Go mensuels chez Free Mobile.

Pas de besoin immédiat (sauf pour Free)

Si tous les acteurs, sur le papier, ont intérêt à racheter une part de cette bande de fréquences - Iliad ne cache d'ailleurs pas son empressement -, deux écueils apparaissent. D'abord, le découpage se fera en blocs de 5 ou 10 MHz (sur deux fois 30 MHz, pour l'émission et la réception), ce qui n'est pas évident à répartir en quatre.

Enfin, la hâte de l'État ne plaît pas à tous les opérateurs dont certains, comme Orange, se sentent précipités à débourser de grosses sommes, alors qu'ils ne se sont pas encore remis de la guerre des prix déclarée par Free Mobile en 2012, et que ces fréquences ne pourront pas être utilisées avant plusieurs années. Même situation chez Bouygues Telecom, affaibli financièrement, et SFR-Numericable, lourdement endetté par ses rachats.

Une fois l'attribution faite, le transfert effectif aura lieu entre le 1er octobre 2017 et le 30 juin 2019. Certaines zones pourraient toutefois profiter de ces nouvelles fréquences dès avril 2016, dans un an.


À lire également :

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Lumia Cityman et Talkman : deux prochains Windows Phone haut de gamme ?
Apple Watch : les vendeurs tiers pourront proposer des bracelets certifiés
Freebox mini 4K 1.1.0 : la fin des plantages ?
La transformation numérique profite aux éditeurs de logiciels
Bientôt des robots d'assistance aux personnes âgées chez Axa
Loi renseignement : Altern.org déménage en Norvège
Microsoft annonce la fin des Patchs Tuesday et lance une pique à Google
Coeur bionique Carmat : un second patient décédé durant l'essai clinique
5 Youtubeurs menant des expériences explosives à connaître absolument
Microsoft publie une seconde Technical Preview de Windows Server
Haut de page