Le nouveau président de l'Arcep s'appelle Sébastien Soriano

Thomas Pontiroli
15 janvier 2015 à 16h36
0
Sébastien Soriano succède à Jean-Ludovic Silicani à la tête de l'Arcep. Le régulateur des télécoms devra prouver en 2015 que sa stratégie de soutenir Free et d'aller vers un marché à quatre était la bonne.

Le régulateur des télécoms français a une nouvelle tête. Proposé par le président de la République le 23 décembre 2014, Sébastien Soriano vient d'être nommé président de l'Arcep par décret publié au Journal Officiel du 15 janvier après avoir été auditionné mardi 13 par les commissions des affaires économiques respectives de l'Assemblée Nationale et du Sénat. Elu pour six ans, il remplace Jean-Ludovic Silicani.


0230000007880905-photo-portrait-officiel-de-s-bastien-soriano.jpg
Sébastien Soriano, président de l'Arcep depuis 2015 - crédit : Arcep.


Sébastien Soriano, 39 ans, est l'ancien directeur de cabinet de Fleur Pellerin, lorsqu'elle était ministre délégué à l'Economie numérique jusqu'à avril 2014. Il en était dernièrement le conseiller spécial, au sein du ministère de la Culture et de la Communication. Comme nous le rappelions en fin d'année, le nouveau président de l'Arcep n'est pas étranger à l'univers des télécoms, et à leur régulation. Ancien de l'Ecole Polytechnique, il est ingénieur télécom de formation et a réalisé l'essentiel de sa carrière au sein de l'Arcep, de 2004 à 2009.

La concurrence « est installée »



Parmi les sujets chauds présents sur la table, il y a la consolidation du marché des télécoms, que Stéphane Richard, le PDG d'Orange, appelle de ses vœux. D'après les premiers éléments d'orientation dévoilés par Sébastien Soriano lors de son grand oral, et rapportés par Les Echos, le ton est plutôt à l'apaisement, mais sans pour autant pousser vers une concentration. Lorsqu'il affirme que « la concurrence est désormais installée », il est difficile d'y voir autre chose que le satisfecit d'avoir mis en place un marché à quatre opérateurs.

Il néanmoins appelé à « ce que les choses soient un peu plus stables », tout en étant « en empathie » avec les opérateurs. Une façon de leur dire que les prix ont suffisamment baissé comme ça, mais pas que l'Arcep fera quoique ce soit pour pousser un acteur dans les bras de l'autre. Pour Jean-Ludovic Silicani, l'année 2015 devait être celle d'un retour à la croissance des revenus, entérinant pour de bon la structure de marché actuelle.


A lire également :




Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
Windows 10 bientôt libéré de tout mot de passe ? C'est l'objectif de Microsoft
Voiture autonome : PSA franchit une étape supplémentaire dans la conduite
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
Une
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Google admet écouter certaines de vos requêtes vocales pour améliorer ses services
scroll top