StopCovid : une nouvelle version arrivera le 22 octobre... et Jean Castex l'installera, cette fois

12 octobre 2020 à 11h34
17
Jean Castex © France 2

La future version de l'application, réclamée par le gouvernement devrait entraîner son changement de nom.

« StopCovid », « TéléCovid »… Lundi matin, interrogé par nos confrères de franceinfo, Jean Castex a une nouvelle fois paru être peu familier avec l'application mobile, censée être un outil stratégique voire un véritable geste barrière supplémentaire dans la lutte contre la pandémie de coronavirus . Le Premier ministre en a profité pour annoncer une nouvelle version de l'outil pour le 22 octobre. Sans savoir quelle en sera la teneur.

Dites bonjour à « TéléCovid » !

Le 24 septembre dernier, Jean Castex avait surpris son monde en avouant ne pas avoir téléchargé StopCovid , au motif que l'application ne pourrait pas lui être d'une grande utilité, dans le sens où ses fonctions de Premier ministre ne lui permettent plus de prendre le métro ni de croiser beaucoup de monde.

Lundi 12 octobre, le chef du gouvernement a tenté de s'expliquer sur cette sortie teintée d'honnêteté (« Je ne suis pas là pour plaire », a-t-il affirmé durant son interview) en précisant avoir changé de téléphone portable au moment de son entrée à Matignon.

On notera d'ailleurs avoir assisté à un passage teinté d'imprécisions et qui, encore une fois, jette le discrédit sur StopCovid, au moment où la journaliste de franceinfo, Salhia Brakhlia, a repris le Premier ministre en lui indiquant que « l'application est arrivée après (son) entrée à Matignon ». Ce qui est faux puisque Jean Castex a pris ses fonctions le 3 juillet 2020, alors que l'application était déjà disponible au téléchargement, elle, depuis le 2 juin 2020.

Jean Castex a pourtant acquiescé, en se justifiant une seconde fois sur ce point par l'acquisition d'un mobile sécurisé. « Donc, je n'ai pas téléchargé "TéléCovid" » a-t-il précisé. Oui, le Premier ministre a bien dit et répété « TéléCovid ».

Le gouvernement espère un rebond de StopCovid avec l'arrivée d'une nouvelle version

Une fois ces imprécisions passées, Jean Castex a avoué que l'application « n'avait pas eu les effets escomptés », prolongeant la réponse apportée par le secrétaire d'État chargé de la Transition numérique, Cédric O, qui a été jusqu'à dire, jeudi dernier devant la commission d'enquête du Sénat, que le gouvernement avait été « insuffisamment pédagogique » pour promouvoir l'outil.

Le gouvernement et le président de la République ont ainsi « demandé à travailler sur une nouvelle version » de StopCovid, « qui sera lancée officiellement le 22 octobre. À ce moment-là, je la téléchargerai », a-t-il prévenu, sans pouvoir livrer de détails sur ce qui pourrait différencier la future version de l'actuelle. Europe 1 annonce toutefois, lundi matin, que celle-ci pourrait changer de nom, et devenir "AlerteCovid" ou "AlertCovid."

Qu'en pense-t-on chez Clubic ?

Sans tomber dans des considérations politiques et en ne se référant qu'aux faits constatés et paroles entendues, il est clair que Jean Castex a du mal à être à l'aise avec StopCovid. Le Premier ministre nous donne presque l'impression que la moindre question posée sur l'application mobile pourrait lui donner des sueurs froides. Au-delà du manque de maîtrise sur le sujet, les hésitations du Premier ministre prouvent à quel point le monde politique a du mal, aujourd'hui, à considérer les usages du numérique. Et du mal à comprendre les utilisateurs, ses citoyens. Ajoutez à cela la défiance de l'opinion pour nos gouvernants… il paraît évident que StopCovid, peu importe la forme sous laquelle l'outil évoluera, ne se fera pas de sitôt une place au soleil.

Source : franceinfo

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
17
17
Hyuril
lolilol
Bombing_Basta
Pas de version pour mon OS, je me sens floué
LeToi
Moins de 8000 personnes se sont déclarées positives via l’application, malgré les dizaines de milliers de cas positifs chaque semaine, c’est vraiment dommage, les italiens sont bien plus disciplinés…
Sans_Plot
Si vous arrêtiez d’insulter les Français, ce serait déjà un bon début
cirdan
Je trouve qu’on est un peu dans la démagogie avec cette histoire. Les journées d’un premier ministre n’en font pas vraiment un profil idéal pour juger de l’efficacité de cette appli. Après il y a le côté symbolique, ok, mais bon…<br /> J’espère au moins qu’ils ne referont pas une appli franco/française et que les données seront décentralisées.
Felaz
A sa décharge, ca parait compliqué d’installer ce type d’app sur un téléphone sécurisé du gouvernement…
g-jack
Sans vouloir être démago on n’a pas autre chose à faire des centaines de milliers d’€ que coute ce truc inutile ? Sans parler des contrats de maintenance qui coutent une blinde tous les mois…<br /> Je sais pas ça pourrait pas payer des lits supplémentaires par exemple histoire de concrètement sauver des vies ?<br /> Enfin bon…
tinou7789
Appli ou pas y’a quand même de moins en moins de lit
g-jack
ce qui est quand même dingue vu ce qu’on a vécu en mars, comme si on avait déjà oublié, être pris au dépourvu la première fois ok on n’avait jamais vécu ça, mais là…
Jetto
Mes doutes ne font que grandir quand à la capacité d’une application à déterminer les contacts à risque.<br /> Avec le port du masque les risques de transmission sont diminués, mais l’application ne peut pas en tenir compte. La pertinence des alertes est largement réduite.<br /> Je n’ai jamais su ce que devait faire une personne qui reçoit une alerte.<br /> Dans l’hypothèse où l’application serait massivement utilisée, elle serait paradoxalement plus utile en cas de faible (la limite entre faible et forte reste à déterminer) circulation du virus. En situation de forte circulation, il y aurait trop d’alertes non pertinentes et il serait difficile de convaincre les personnes alertées de suivre des mesures préconisées.<br /> Si la mesure préconisée est l’isolement, qui est prêt écouter son téléphone lui dire «&nbsp;reste chez toi une semaine puis vas faire un test&nbsp;», sans rien savoir de plus?
Jetto
Il n’y pas de protocole décentralisé. Pour schématiser, Soit c’est la liste des contacts à risque qui est centralisée, soit c’est celle des cas positifs.<br /> Il est vrai que dans le 1er cas le serveur fait plus de chose car il doit calculer et distribuer des identifiants temporaires et faire le calcul inverse pour retrouver les cas à risque.<br /> Dans le 2ème cas, je ne sais pas précisément. Grossièrement, le serveur enregistre tous les identifiants temporaires d’un cas positif, et les renvoient aux applications qui vérifie si un de ses identifiants est dans leur liste.<br /> À ce niveau je ne sais pas juger si un système est meilleur que l’autre.
cirdan
Jetto:<br /> À ce niveau je ne sais pas juger si un système est meilleur que l’autre.<br /> Si tu veux donner le plus confiance possible pour l’installer, il vaut mieux que le protocole ne soit pas centralisé.
lagbass_1_1
Bonjour,<br /> Pourriez vous développer votre vue sur "l’inutilité du truc "?<br /> L’avez vous téléchargée ? Si non comment pouvez-vous juger ?<br /> Enfin bon …
Coccinellevw34
Les pirates ils frondent les mains pour voler dès votre absence à vos domiciles !
Jetto
Ça n’existe pas, il n’y a pas de protocole pair à pair donc il y a forcément de la centralisation.
Jetto
Pour que ce soit utile, il faudrait un moyen de différencier les contacts à risque des autres. Une mesure de niveau de réception bluetouth ne suffit pas faire cette distinction. C’est mon opinion et je ne demande qu’à être convaincu du contraire.
Khamu31
https://www.economie.gouv.fr/stopcovid-comment-ca-marche#
cirdan
Jetto:<br /> Ça n’existe pas, il n’y a pas de protocole pair à pair donc il y a forcément de la centralisation.<br /> Non, ça n’est pas ce protocole et il n’y a aucune centralisation.<br /> «&nbsp;C’est une déconvenue inattendue pour le projet français d’application de suivi des contacts, StopCovid. Dimanche 26 avril, le gouvernement allemand a annoncé qu’il réorientait son projet d’application, jusque-là proche du modèle français « centralisé », pour adopter une approche « décentralisée ».&nbsp;»<br /> Le Monde.fr – 28 Apr 20<br /> Application StopCovid&nbsp;: la France isolée dans son bras de fer avec Apple...<br /> Les Etats qui souhaitent mettre en place des applications «&nbsp;centralisées&nbsp;» se heurtent aux critiques des défenseurs de la vie privée, mais aussi à des obstacles techniques.<br />
Jetto
Foutaise, depuis quand Le Monde est compétent en technologie de l’information.<br /> Relisez ce que j’ai écrit. C’est ce j’ai compris de la lecture des 2 protocoles, donc contrairement au journaliste du monde, je ne suis pas la boite à lettre de la propagande de x ou de y.<br /> Même sans lire les protocoles, c’est facile de comprendre qu’une application cliente doit se rendre compte que par le passé elle en a croisé une autre qui s’est déclarée ensuite positive.<br /> Pour cela il n’y a que 2 façons de faire :<br /> soit l’application positive publie les identifiants de toutes celles qu’elle a croisé, et chaque client va chercher dans cette liste si elle y figure (dans le model francais le serveur fait ce travail).<br /> soit l’application positive publie ses propres identifiants sur un serveur et les autres applications consultent le serveur pour trouver des correspondances avec leur propre liste de contacts.<br />
cirdan
Jetto:<br /> Foutaise, depuis quand Le Monde est compétent en technologie de l’information.<br /> Il parait qu’il y a des journalistes spécialisés dans ce domaine, mais c’est surement pas vrai…<br /> Il y en a des dizaines d’autres comme ça, faut arrêter de raconter n’importe quoi :<br /> Cyberguerre – 5 May 20<br /> Centralisé ou décentralisé : quelles différences entre les architectures des...<br /> Centralisé ou décentralisé ? Le débat sur le protocole de l'app permettant de faire du contact tracing s'emmêle dans des considérations politiques. Numerama vous explique, le plus simplement possible, les différences techniques entre les deux...<br />
Jetto
Extrait de l’article :<br /> L’approche décentralisée, .choisie par l’Autriche et l’Allemagne, (…). Un des protocoles les plus mis en avant est DP-3T, qui a probablement inspiré Apple et Google dans la conception de leurs outils.<br /> Dans cette approche, le serveur central ne va recevoir que les pseudonymes des personnes contaminées.<br /> Ensuite, le serveur central va envoyer une liste des pseudonymes des personnes infectées à tous les smartphones.<br /> Donc je ne sais par pour vous mais pour moi, décentralisé et serveur central qui accumule des informations c’est antinomique
cirdan
C’est parce que vous vous en tenez à une explication purement technique dans laquelle vous avez sans doute raison.<br /> Mais le contexte de l’appli donne une autre définition de «&nbsp;décentralisé&nbsp;», qui consiste à faire transiter des infos anonymisés sur un serveur mais à garder celles essentielles dans le téléphone de chaque personne, rendant impossible le traçage par l’Etat.<br /> Ca s’oppose à la version centralisée du gouvernement, dans laquelle l’anonymat n’est pas pris en compte et qui permet de tracer chaque personne.
Jetto
Je ne défends ni condamne aucun protocole, mais plutôt que de s’envoyer des tartes à la crème sans comprendre, je voudrais qu’on se concentre sur ce qui compte. Cette distinction de gestion des données ne change rien sur le fond.<br /> cirdan:<br /> Ca s’oppose à la version centralisée du gouvernement, dans laquelle l’anonymat n’est pas pris en compte et qui permet de tracer chaque personnes.<br /> Heureusement que non. Ce serait extrêmement difficile de désanonymiser la base statiquement. En croisant avec des info dynamiques (journaux de connexions ou de transactions) cela resterait très difficile.<br /> Mais comme il y a une relation 1 pour 1 entre une appli et un identifiant dans la base cela reste pseudo anonyme.<br /> Un avantage du protocole Robert est que l’on sait combien il y a de cas à risque. Je crois pas que ce soit le cas avec le DP-3T.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

La DDR5-6000
Stadia permet à ses joueurs de streamer un jeu en petit comité
Cet ancien employé de Twitter espionnait les utilisateurs pour le compte de l'Arabie saoudite
Cyberharcèlement : en Europe, les parents protègent moins leurs enfants que dans le reste du monde
Apple déploie la 3e bêta publique d'iOS 16, d'iPadOS 16 et de macOS Ventura
Google veut faire de votre TV votre coach sportif
Taïwan a subi un pic de cybermenaces en marge de la visite de l'Américaine Nancy Pelosi
Ce vidéoprojecteur sera parfait pour vos soirées d'été !
Samsung annonce les Galaxy Watch 5 et ses Gala Buds 2 Pro
Vivaldi revient de vacances en version 5.4 sur desktop
Haut de page