Huawei dévoile ses Matebook D14 et D15 avec, au choix, de l'AMD ou de l'Intel

27 novembre 2019 à 13h23
4
matebook-d14-d15-huawei
© Huawei

Après son MateBook 13 en début d'année, Huawei revient à la charge avec deux grands frères.

Huawei a lancé deux nouveaux modèles de MateBook : les D14 et D15. Deux PC portables aux configurations modulables.

Pour l'écran, il n'y a que la taille qui change

Commençons par l'écran. Très logiquement la diagonale est de 14 pouces sur le D14 et de 15,6 pouces sur le D15, avec dans les deux cas une définition 1 920 × 1 080 pixels. La luminosité porte jusqu'à 250 nits et le rapport de contraste est à 8 000:1. La dalle est intégrée à un châssis en aluminium.

La connectique est également commune aux deux modèles : deux ports USB 2.0 Type-A, un port USB 3.0 Type-A et un port USB 3.0 Type-C. On retrouve aussi une prise HDMI ainsi qu'un port jack 3,5 mm pour brancher un casque ou des écouteurs. À noter également, la compatibilité Wi-Fi 5 (802.11ac) et Bluetooth 5.

Plutôt Intel et NVIDIA ou AMD ?

C'est ensuite que cela se complique. Chacun des deux modèles est en effet disponible en plusieurs variantes, avec des différences de processeur, de carte graphique et de mémoire vive. Voici les différentes configurations possibles :

  • Intel Core i5-10210U avec NVIDIA GeForce MX 250 et 8 ou 16 Go de RAM
  • Intel Core i7-20510U avec NVIDIA GeForce MX 250 et 8 Go de RAM
  • AMD Ryzen 5 3500U avec AMD Radeon Vega 8 Graphics et 8 ou 16 Go de RAM

Le MateBook D14 embarque 512 Go de SSD pour le stockage. Le D15 est quant à lui équipé de 256 Go de SSD associé à un HDD de 1 To. Si le MateBook D15 est plus grand et plus lourd que le D14, il se contente paradoxalement d'une batterie plus petite, de 42 Wh contre 56 Wh pour le second modèle.

Côté système d'exploitation, les clients ont le choix entre Windows 10 et Linux. Et oui, le constructeur chinois peut de nouveau acheter des licences à Microsoft, qui a obtenu une dérogation pour continuer ses affaires avec Huawei.

Le prix des deux ordinateurs n'a pas été communiqué, mais nous devrions bientôt être fixés puisque leur commercialisation débutera ce 2 décembre 2019 en Chine. Si nous n'avons pas d'information concernant l'éventuelle disponibilité de ces MateBook sur les autres marchés dans le futur, on peut rester optimistes au regard de l'arrivée du Huawei MateBook 13 chez nous.

Source : AnandTech
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
soaf78
DELL et lenovo le proposent depuis quelques années sur leurs gammes pros
ullbach
Deepin font un excellent boulot, notamment avec la V20 qui s’annonce prometteuse.<br /> Je serais curieux de voir s’ils proposent du linux pour les version Nvidia, sachant les problèmes de la gestion d’optimus.<br /> AMD est en principe mieux prise en charge et du pure intel est l’idéal, il n’y a aucun soucis de pilotes à ce niveau.<br /> Logiquement, ils ne devraient pas proposer linux sur les configurations nvidia même s’il n’est pas exclu que les équipes de deepin ait pré -configuré un os spécifiquement pour les laptop huawei.
sandalfo
MX250 pfff c’est le même que le MX150 avec 384 shaders Turing. Pour jouer c’est léger. Le même avec un 1650 Super ou un 1660 (difficile quand même dans un ultrabook)<br /> et je prends.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

La capsule Orion en place pour ses derniers tests au sol
Cyberpunk 2077 : la quête principale
Black Friday Fnac : le disque dur externe Seagate Expansion 4 To à moins de 90€
Honor dévoile la nouvelle MagicWatch 2, avec une autonomie de deux semaines
Black Friday 2019 : Surface Pro 7 PC hybride Microsoft 12.3 Platine pour moins de 800€
Black Friday Amazon : le Nintendo Labo à seulement 24,99€ chez Amazon
L'épuisement annoncé des adresses IPv4 : quels défis pour les opérateurs ?
Ford Transit : la sortie du fourgon électrique finalement repoussée à 2023 ?
Villages Nature Paris, une destination touristique « connectée et écoresponsable » (Interview)
RGPD : Futura Internationale, spécialiste de la rénovation énergétique, condamnée par la CNIL
Haut de page