iOS 7 : l'OS mobile d'Apple réinventé ?

Par
Le 19 septembre 2013
 0
000000c806113428-photo-logo-ios-7.jpg
iOS 7 est la version la plus attendue de l'OS mobile d'Apple depuis longtemps. Attendue au tournant, même. Interface minimaliste, nouvelles fonctionnalités, refonte du multitâche... Le « vrai » premier iOS de l'après Steve Jobs réconcilie-t-il les déçus d'iOS 6 avec la mobilité version Apple ?

La sortie d'iOS 6 en septembre 2012 s'annonçait sans surprise :une interface qui ne bougeait pas, pour ainsi dire, et peu de nouveautés à l'exception d'une nouvelle version de l'application Plans, sans les données de Google Maps mais avec de belles cartes 3D. D'ailleurs, l'interface d'iOS n'avait pas vraiment bougé depuis le lancement du premier iPhone, à part l'ajout des dossiers, du fond d'écran ou encore du centre de notifications. Mais pourtant, peu d'utilisateurs semblaient s'en plaindre.



Et puis il y a eu « l'affaire » Plans , le départ fracassant de Scott Forstall, directeur du développement d'iOS, et tout à coup c'était comme la goutte d'eau qui faisait déborder le vase : le fiasco a servi quelque part de révélateur d'un OS mobile qui avait rapidement vieilli, alors que ses concurrents semblaient tellement plus efficaces sur les services web , plus osés dans leurs choix d'interface,et plus ouverts dans leur gestion des applications tierces.

Oui, osons le dire, iOS était devenu ringard. Sujet de moqueries sur ses interfaces à base de cuir cousu main et de tapis de casino, sur sa gestion rudimentaire du multitâche, sur sa nécessité de plonger dans les réglages pour désactiver le Wi-Fi ou le Bluetooth, ou encore sur son incapacité, 4 ans après l'App Store, à permettre de vraies interactions entre les applications ou à définir une application par défaut pour une tâche.

01f4000005232216-photo-apple-wwdc-2012-maps.jpg


Disons le tout de suite, iOS 7 ne change rien dans ces 2 derniers cas. Apple reste Apple : le cloisonnement des applications tierces et les privilèges de ses propres applications demeurent des principes de base d'iOS. En revanche, outre les changements radicaux de l'interface sous la houlette de Jonathan Ive, désormais en charge du design du matériel et du logiciel, Apple introduit dans iOS 7 des améliorations assez significatives concernant la gestion du multitâche, et pas que visuellement, ainsi que quelques nouvelles fonctionnalités. Voyons donc sans plus attendre les nouveautés de cet iOS « réinventé ».

iOS 7 : quelles fonctionnalités, pour qui ?


000000a006649974-photo-ios-7-jony-ive-remet-les-choses-plat.jpg
Comme toutes les versions précédentes, iOS 7 présente quelques limitations selon l'appareil sur lequel on l'installe. Commençons par lister ceux qui sont compatibles. On pourra installer iOS 7 sur :


Certaines limitations sont étranges : pourquoi faut-il un iPod Touch de 5e génération alors que l'iPhone 4 est géré ? On verra ça comme une concession faite aux utilisateurs qui viennent de s'engager sur 2 ans avec un iPhone 4, que l'on pouvait encore acheter jusqu'au 10 septembre dernier.

Mais ce n'est pas tout car même sur les appareils compatibles, des limitations sont à noter sur certaines fonctionnalités. En fait, seul l'iPhone 5 (et supérieur) et l'iPod Touch de 5e génération disposent de l'ensemble des fonctionnalités, couche photo comprise.

  • Airdrop : Le partage sans fil de contenus nécessite un iPhone 5, un iPod Touch 5e génération, un iPad de 4e génération ou un iPad Mini.
  • Filtres photo : Seuls les iPhone 4s et supérieur ainsi que l'iPod Touch 5e génération peuvent appliquer les filtres dès la prise de vue. Ils sont néanmoins disponibles a postériori dans l'appli Photos à partir de l'iPhone 4 et de l'iPad de 3e génération
  • Siri : pas de bonne surprise, l'assistant est toujours réservé aux seuls devices qui y avaient droit au lancement. Pas de chance pour les iPad 2 et iPhone 4.

En faisant le tour des limitations, auxquelles il faut ajouter l'absence de certaines animations, on constate que l'iPhone 4 et l'iPad 2 passent de justesse. C'est compréhensible pour l'iPhone 4 dont le processeur simple cœur commençait déjà à se sentir à l'étroit sur iOS 6. C'est nettement plus arbitraire pour l'iPad 2 qui, rappelons-le, contient exactement les mêmes composants que l'iPad mini. Difficile de ne pas y voir un message subliminal : il va falloir penser à repasser à l'Apple Store d'ici l'an prochain !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top