Les podcasts natifs restent peu écoutés en France, mais voient leur popularité grandir

18 octobre 2019 à 16h36
3
micro podcast fotolia clubic

Selon une étude, moins d'un Français sur dix a régulièrement recours aux podcasts natifs, c'est-à-dire initialement prévus pour une diffusion en ligne. Néanmoins, même si cette pratique reste marginale, elle attire de plus en plus d'amateurs, en particulier auprès d'un public jeune, urbain et connecté.

À l'occasion du deuxième Paris Podcast Festival, Havas Paris et l'institut CSA ont publié une étude relative à la consommation de podcasts natifs en France. L'enquête a été menée auprès de 1 022 individus, entre le 4 et le 13 septembre 2019.

Un phénomène naissant

Avant d'entrer dans les chiffres, précisons que le podcast natif, par opposition aux programmes radio en rediffusion, est prévu dès le départ pour une écoute en ligne. Et le phénomène reste aujourd'hui assez confidentiel en France. Car seuls 9 % des sondés affirment en écouter au moins un par semaine et un quart des personnes interrogées déclarent en avoir déjà entendu parler.

Néanmoins, cette pratique serait en plein essor. Signe de cette croissance : deux tiers des auditeurs de podcasts natifs expliquent avoir été conquis depuis moins d'un an. Et ces utilisateurs ne semblent pas regretter leur choix : 60 % soulignent qu'ils en écoutent de plus en plus et 74 % d'entre eux estiment que cette nouvelle façon de consommer des programmes fait désormais partie de leurs habitudes.


Plusieurs atouts les auraient particulièrement séduits : la possibilité de s'informer (92 % des auditeurs), mais également l'originalité et la liberté de ton (86 %).

Une offre encore limitée

À quoi ressemble le portrait-robot du consommateur de podcasts natifs ? Sans surprise, il est généralement jeune (les moins de 35 ans représentent 58 % des auditeurs), citadin (70 % vivent dans une commune de plus de 100 habitants) et est déjà un adepte des contenus audio : 85 % écoutent régulièrement la radio et 89 % sont abonnés à un service de streaming musical. De plus, il est plus connecté que le Français moyen : 81 % d'entre eux utilisent Twitter (contre 28 % en moyenne en France) et 88 % Instagram (43 % en moyenne dans le pays).


En revanche, un frein majeur subsiste, limitant la démocratisation du podcast natif : 47 % des utilisateurs déclarent avoir « souvent » du mal à trouver des contenus qui les intéressent. Le salut de ce type de programme passera donc par l'enrichissement de l'offre. D'autant qu'un vrai marché pourrait être en jeu : trois auditeurs sur quatre affirment être prêts à payer pour accéder à leurs programmes favoris.

Source : CSA
Modifié le 18/10/2019 à 17h00
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Le Cercle des femmes de la cybersécurité : un combat pour la parité homme/femme (Interview)
Lyft va proposer des trajets gratuits aux chercheurs d'emploi
RED by SFR et B&You, quel est le meilleur forfait mobile ? Voici notre comparatif
Canon IVY REC, Yamaha, Donald Trump, panne chez Bouygues : les actus tech' de la semaine
Les Xiaomi AirDots passent en dessous de la barre des 16€
Les indépendantistes catalans utilisent une application mobile qui les empêche d'être tracés
Google et Facebook absorbent plus de trois quarts du marché de la pub en ligne en France
Le président du Venezuela insiste : son pays aura sa propre cryptomonnaie
Firefox 70 : les certificats seront moins visibles, le chiffrement HTTPS le sera plus
Haut de page