Edito : la montre connectée... pour déconnecter ?

01 juin 2018 à 15h36
0
La montre connectée sera très bientôt le dernier objet branché. Mais à quoi cette énième catégorie d'appareil peut-elle bien servir ? Aussi paradoxal que cela puisse paraitre : à déconnecter !

L'IFA devrait donner le vrai coup d'envoi du marché de la montre connectée. Il existe bien quelques montres plus ou moins aboutis, telles que la Pebble, la I'm Watch ou la Sony SmartWatch, mais ce soir c'est le numéro un de l'électronique grand public Samsung qui devrait lancer la sienne. Apple lui aussi préparerait un modèle.

000000F006080356-photo-sony-smartwatch-2.jpg

Toutes les montres connectées offrent et offriront plus ou moins les mêmes fonctions. Étroitement liées à un smartphone, elles permettent :
  • de consulter le nom et/ou le numéro d'un appelant, et de prendre ou de rejeter l'appel,
  • de consulter messages (SMS et emails), réseaux sociaux (Facebook et Twitter par exemple)
  • d'une manière générale d'afficher toutes les notifications et d'interagir avec elles
  • de télécommander certaines applications, en particulier le lecteur de musique
Autrement dit, une montre connectée ne fait rien qu'un smartphone ne fasse déjà.

Alors à quoi bon ?

La montre connectée peut donc paraitre redondante mais elle a selon moi un avantage non négligeable par rapport au smartphone, qui justifie à lui seul son intérêt : portée au poignet, elle est on ne peut plus accessible, plus encore qu'un smartphone dans une poche de pantalon ou dans un sac à main. On peut la consulter à tout moment d'un coup d'œil, littéralement.

À l'heure où nous sommes tous hyper connectés, à nos proches par téléphone ou par messagerie, à nos boites email personnelles et professionnelles, à nos réseaux sociaux, à l'actualité, nous sommes potentiellement assaillis de notifications à longueur de journée. Lorsque mon téléphone se manifeste par une sonnerie et/ou une vibration, soit je me fais violence et je deviens hanté, soit je me résous à interrompre mon activité pour le consulter. Et quitte à avoir sorti mon téléphone, je consulte toutes mes notifications et je perds quelques minutes sur Facebook et Twitter. Qui résiste à l'appel de la petite pastille rouge ? Pas moi !

On peut certes choisir de s'en tenir aux fondamentaux en désactivant l'essentiel des fonctions ou en revenant même à un téléphone traditionnel, mais la montre connectée me semble offrir un compromis intéressant.

0000014006617538-photo-cran-d-accueil-d-un-iphone-plein-de-notifications.jpg
Le piège qu'une montre connectée permet de contourner

L'antidote des drogués du téléphone

Avec une montre connectée, je pourrais consulter les notifications dès leur arrivée, en quelques fractions de secondes, et choisir de m'y pencher aussitôt, ou au contraire de la rejeter.

Avec les possibilités relativement limitées de ma montre, je ne serais pas tenté de m'étendre sur d'autres applications. Je pourrais donc m'en tenir à l'essentiel la majeure partie du temps, sans pour autant renoncer aux nombreux services que pourrait toujours me rendre mon smartphone lorsque je le déciderais.

Suis-je victime de mon smartphone ? Peut-être bien !

Quoi qu'il en soit, une montre connectée pourrait aussi me réconcilier avec un smartphone à grand écran, moins maniable mais plus agréable à consulter.

0190000006617548-photo-pebble.jpg

Sur le même sujet
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

LinkedIn va lever un milliard de dollars en nouvelles actions
Après Nokia, Microsoft garderait un oeil sur BlackBerry
 La Poste Mobile propose un forfait avec appels illimités à 19,90 euros
Olympus de nouveau poursuivi pour fraude, au Royaume-uni
La taxe sur les appareils connectés serait critiquée à l'Assemblée
Melty et Wat.tv s'allient sur la technologie et l'éditorial
Amazon lance Kindle Matchbook pour avoir une version numérique d'un livre acheté
L'équipe de Kubuntu se dote d'un support professionnel
Amazon présente une nouvelle version de son Kindle Paperwhite
Infos US de la nuit : Mise à niveau Kindle, hausse du titre Nokia, nouvelle appli santé
Haut de page