Edito : la montre connectée... pour déconnecter ?

04 septembre 2013 à 10h23
0
La montre connectée sera très bientôt le dernier objet branché. Mais à quoi cette énième catégorie d'appareil peut-elle bien servir ? Aussi paradoxal que cela puisse paraitre : à déconnecter !

L'IFA devrait donner le vrai coup d'envoi du marché de la montre connectée. Il existe bien quelques montres plus ou moins aboutis, telles que la Pebble, la I'm Watch ou la Sony SmartWatch, mais ce soir c'est le numéro un de l'électronique grand public Samsung qui devrait lancer la sienne. Apple lui aussi préparerait un modèle.

000000F006080356-photo-sony-smartwatch-2.jpg

Toutes les montres connectées offrent et offriront plus ou moins les mêmes fonctions. Étroitement liées à un smartphone, elles permettent :
  • de consulter le nom et/ou le numéro d'un appelant, et de prendre ou de rejeter l'appel,
  • de consulter messages (SMS et emails), réseaux sociaux (Facebook et Twitter par exemple)
  • d'une manière générale d'afficher toutes les notifications et d'interagir avec elles
  • de télécommander certaines applications, en particulier le lecteur de musique
Autrement dit, une montre connectée ne fait rien qu'un smartphone ne fasse déjà.

Alors à quoi bon ?

La montre connectée peut donc paraitre redondante mais elle a selon moi un avantage non négligeable par rapport au smartphone, qui justifie à lui seul son intérêt : portée au poignet, elle est on ne peut plus accessible, plus encore qu'un smartphone dans une poche de pantalon ou dans un sac à main. On peut la consulter à tout moment d'un coup d'œil, littéralement.

À l'heure où nous sommes tous hyper connectés, à nos proches par téléphone ou par messagerie, à nos boites email personnelles et professionnelles, à nos réseaux sociaux, à l'actualité, nous sommes potentiellement assaillis de notifications à longueur de journée. Lorsque mon téléphone se manifeste par une sonnerie et/ou une vibration, soit je me fais violence et je deviens hanté, soit je me résous à interrompre mon activité pour le consulter. Et quitte à avoir sorti mon téléphone, je consulte toutes mes notifications et je perds quelques minutes sur Facebook et Twitter. Qui résiste à l'appel de la petite pastille rouge ? Pas moi !

On peut certes choisir de s'en tenir aux fondamentaux en désactivant l'essentiel des fonctions ou en revenant même à un téléphone traditionnel, mais la montre connectée me semble offrir un compromis intéressant.

0000014006617538-photo-cran-d-accueil-d-un-iphone-plein-de-notifications.jpg
Le piège qu'une montre connectée permet de contourner

L'antidote des drogués du téléphone

Avec une montre connectée, je pourrais consulter les notifications dès leur arrivée, en quelques fractions de secondes, et choisir de m'y pencher aussitôt, ou au contraire de la rejeter.

Avec les possibilités relativement limitées de ma montre, je ne serais pas tenté de m'étendre sur d'autres applications. Je pourrais donc m'en tenir à l'essentiel la majeure partie du temps, sans pour autant renoncer aux nombreux services que pourrait toujours me rendre mon smartphone lorsque je le déciderais.

Suis-je victime de mon smartphone ? Peut-être bien !

Quoi qu'il en soit, une montre connectée pourrait aussi me réconcilier avec un smartphone à grand écran, moins maniable mais plus agréable à consulter.

0190000006617548-photo-pebble.jpg

Sur le même sujet
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
La Chine menace les Etats-Unis en cas de vente forcée de TikTok
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
scroll top