Test Samsung Odyssey G3 : l’écran gaming abordable pour jouer en 144 Hz

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
20 janvier 2022 à 15h55
0
Test Samsung Odyssey G3 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Basique, avec sa dalle VA de 24 pouces à la définition Full HD, l’Odyssey G3 est l’un des écrans gamer les plus économiques de Samsung. Idéal sur le papier pour profiter d’un maximum de performances avec des configurations pas trop gourmandes, nous avons voulu savoir à quoi s’attendre vraiment de cet Odyssey G3. Place au test.

Samsung Odyssey G3
  • Très bonne ergonomie
  • Contraste et uniformité
  • 144 Hz facile à atteindre
  • FreeSync Premium / G-Sync
  • Manque de réactivité
  • Flou de mouvement dans les scènes rapides
  • Connectique minimaliste
  • Angles de vision médiocres
  • Luminosité un peu juste

Les écrans Full HD sur 24 ou 27 pouces sont encore légion dans les catalogues des fabricants et chez les marchands. Pour cause, ils répondent aux besoins d’une majorité de joueurs : faire tourner des jeux de plus en plus gourmands en ressources sans avoir besoin de casser son livret A dans une carte graphique coûteuse (et souvent introuvable) et un moniteur haut de gamme. Déjà aperçu dans la rubrique Clubic Bons Plans, l’Odyssey G3 (LS24AG30) est régulièrement cédé à un prix au rabais. Pour autant, rien de mieux qu’un test détaillé si vous voulez en savoir plus à son sujet !

Prix et disponibilité

Lancé à 199 € il y a quelques mois de cela, le Samsung Odyssey G3 est actuellement disponible dans plusieurs boutiques, souvent avec un prix revu à la baisse. L’Odyssey G3 existe également dans une version de 27 pouces, toujours en Full HD, cette fois-ci lancée à 259 € et une nouvelle fois souvent l’objet de promotions.

Toutes les mesures réalisées dans le cadre de ce test ont été enregistrées avec le logiciel CalMAN Ultimate, une sonde X-Rite i1 Display Pro Plus et un boîtier de mesure d'Input Lag Leo Bodnar.

Le test d’un écran demande un protocole et des outils spécifiques pour être mené à bien. Aujourd’hui, on vous en dit un peu plus sur la façon dont nous les passons en revue chez Clubic.
Lire la suite

Fiche technique Samsung Odyssey G3

Résumé

Taille d'écran
24in
Résolution
1920 x 1080 px
Format d'écran
16/9
Type de dalle
VA
Technologie d'affichage
Anti-lumière bleue, Flicker-Free, AMD FreeSync, Compatible G-SYNC
HDR
Non
Taux de rafraîchissement
144Hz
Temps de réponse
1ms
Type d'écran
LED

Affichage

Taille d'écran
24in
Résolution
1920 x 1080 px
Format d'écran
16/9
Type de dalle
VA
Dalle mate antireflet
Oui
Technologie d'affichage
Anti-lumière bleue, Flicker-Free, AMD FreeSync, Compatible G-SYNC
HDR
Non
Luminosité
250 cd/m²
Contraste
3000 /1
Taux de rafraîchissement
144Hz
Temps de réponse
1ms

Écran

Type d'écran
LED
Écran large
Non
Écran incurvé
Non
Sans bordures
Non
Compatible 3D
Non
Écran tactile
Non

Ergonomie

Angle d'inclinaison avant
5
Angle d'inclinaison arrière
20
Écran pivotable
Oui
Pied réglable en hauteur
Oui
Pied amovible
Oui
Fixation VESA
100 x 100 mm

Connectique

Entrées vidéo
DisplayPort, VGA, HDMI
Sorties audio
Prise casque Jack 3.5mm

Caractéristiques physiques

Largeur
541,9mm
Hauteur
494mm
Profondeur
265,7mm
Poids
4,5kg

Alimentation

Consommation en veille
0,3W
Alimentation interne
Non

Design et ergonomie

Le G3 reprend les éléments de design de la gamme Odyssey, à l’exception que ce moniteur d’entrée de gamme n’arbore pas la courbure 1000R d’un Samsung Odyssey G7 et est dépourvu de tout éclairage RGB. Il montre de belles finitions, un assemblage sans faille, et une face arrière aux motifs striés et aux formes reconnaissables.

Test Samsung Odyssey G3 © Matthieu Legouge
Test Samsung Odyssey G3 © Matthieu Legouge

On a le droit à un design peut-être un peu plus attrayant que celui d’un HP Omen 25i en matière d’esthétique (selon les goûts), qui a toutefois tendance à être un peu moins pratique en raison de l’emplacement des connectiques, nichées dans un renfoncement.

Test Samsung Odyssey G3 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic
Test Samsung Odyssey G3 © Matthieu Legouge
Test Samsung Odyssey G3 © Matthieu Legouge

Malgré une conception entièrement en plastique, le moniteur comme son support semblent robustes. Ce dernier ne demande pas trop de place sur le bureau (environ 22 cm en profondeur) et offre quelques réglages en matière d’ergonomie : sur la hauteur avec une amplitude d’environ 12 cm, mais aussi l’inclinaison (de -20° à 5°) et la rotation (15° à droite comme à gauche) ; l’Odyssey G3 peut également passer en mode portrait.

Test Samsung Odyssey G3 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

On apprécie les fines bordures de l’écran, laissant une belle place à l’image. La bordure inférieure est quant à elle bien épaisse et arbore deux « encoches » de chaque côté. Il s’agit uniquement d’un élément de design et non d’emplacements de haut-parleurs ni du « Core Lightning » que l’on retrouve sur les Odyssey G9 et G7. Vous l’aurez compris, le prix bas nécessite des compromis, d’où l’absence de haut-parleurs pour commencer.

Test Samsung Odyssey G3 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Notons enfin que Samsung a prévu un guide-câble, sous la forme d’un petit ruban de silicone, pas très pratique à l’usage et véritable attrape poussière, on l’aperçoit notamment sur nos premiers clichés.

Connectiques : le minimum syndical

Sans trop de surprise, les concessions continuent ici avec une connectique suffisante dans la plupart des cas, mais finalement assez pauvre. On y trouve un DisplayPort 1.2 et un HDMI 1.4, accompagné par une prise jack 3.5 mm. Le port USB n’est utile qu’à des fins de maintenance, pour la mise à jour du firmware. Enfin, l’alimentation est externe au moniteur, la brique n’est cependant pas trop volumineuse.

Test Samsung Odyssey G3 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Ergonomie logicielle et paramétrages

L’OSD de l’Odyssey G3 s’articule autour d’un joystick, facile à utiliser, sous l’écran. Premier constat à l’usage : il ne permet pas de désactiver le clignotement de la led lorsque l’écran est en veille, en revanche il est possible de désactiver l’éclairage fixe de cette led lorsque l’écran est en marche.

Test Samsung Odyssey G3 © Matthieu Legouge
Test Samsung Odyssey G3 © Matthieu Legouge


Du côté des fonctionnalités, on retrouve ce que l’on attend d’un OSD, avec des raccourcis sur chaque position, des menus simples, et la possibilité d’ajuster l’image à notre guise, notamment la température de couleur, le gamma, ou encore la saturation RGB. Un menu dédié au jeu est évidemment de la partie, avec 7 modes d’images différents, l’ajustement du taux de rafraichissement, le fameux Black Equalizer, ou encore avec la possibilité d’afficher différents réticules au centre de l’écran.


C’est dans ce menu que l’on active le FreeSync pour ceux qui possèdent une carte graphique AMD. Pour les autres, l’écran est bien reconnu comme étant G-Sync compatible, que FreeSync soit activé ou non au sein de l’OSD. Néanmoins, son activation grise les options "refresh rate", "response time", et "screen size".

Qualité d'image

L’Odyssey G3 réserve de bonnes surprises sous l’œil indéfectible de notre sonde. On profite tout d’abord d’un bon contraste, mesuré avec un taux de 2836:1 avec le mode « custom », une valeur plus ou moins haute selon le mode d’image et l’ajustement de certains paramètres. Nous avons cependant conservé le mode « custom » pour nos mesures, contrairement aux modes dédiés à certains types de jeu, il affiche une fidélité idéale pour un usage polyvalent.

Pour en revenir au contraste, si celui-ci est plutôt bon, il ne faut toutefois pas demandez la lune à ce tarif. Le rétroéclairage Edge LED et l’absence de local dimming limite forcément les performances du G3. La preuve en est avec la luminosité de l’écran et un pic qui ne dépasse pas, dans le meilleur des cas, 258,1 cd/m². Heureusement la finition mate de l’écran filtre correctement les reflets, mais il risque de ne pas être suffisamment lumineux dans certaines conditions, notamment en cas de reflets directs.

Test Samsung Odyssey G3

Pour ce qui est de la colorimétrie, on obtient de bons résultats avec le mode « custom ». La température de couleurs est certes un peu froide par défaut, avec une légère teinte bleue et une mesure à 7 214 K. Si c’est quelque chose qui vous dérange, la sélection de « Warm 1 » dans les paramètres d’image permet de se rapprocher un peu plus des 6 500 K. La courbe gamma est bonne avec une moyenne de 2,259, mais montre quelques irrégularités, rien de trop impactant.

Le Delta E moyen est de 2,69, une bonne valeur puisqu’elle se situe en dessous le seuil de 3, au-delà duquel nous percevons les dérives chromatiques. On note toutefois un Delta E supérieur à 3 sur certaines nuances, notamment le rouge.

Test Samsung Odyssey G3
Test Samsung Odyssey G3
sRGB

L’espace sRGB est parfaitement couvert, à 98,1 %. Ce moniteur montre toutefois ses limites sur les espaces plus larges comme le DCI-P3 (75,4 %) et l’Abode RGB (75 %). De par ses caractéristiques, il n’est pas en mesure de gérer l’HDR.

L’uniformité de l’écran est plutôt bonne. Elle se dégrade quelque peu en allant vers le haut et le bas de l’écran, mais reste correcte dans l’ensemble. L’uniformité des noirs est quant à elle excellente.

Test Samsung Odyssey G3
Test Samsung Odyssey G3
Test Samsung Odyssey G3

Pour en terminer à propos de l’image, notons que les angles de vision sont assez mauvais sur l’Odyssey G3. Les couleurs paraissent ternes dès que l’on se décale légèrement, ce n’est néanmoins pas une grande surprise pour une dalle VA et vu la taille de la diagonale, on suppose que ce moniteur ne sera que rarement utilisé pour jouer à plusieurs.

Performances : un manque de réactivité préjudiciable

Nous avons évalué cette dalle à l’aide des tests de Lagom et de Blur Busters. On constate avec le premier des transitions de pixels bien visibles, ce qui indique des temps de réponse assez lents et un écran qui manque de réactivité. On gagne en réactivité en ajustant l’overdrive sur « Fast », sans que cela ne produise d’overshoot, un bon point. En revanche, on constate avec notre seconde série de tests que même ce réglage ne gomme pas ghosting, qui se traduit par un flou de mouvement préjudiciable dans les jeux d’action les plus rapides. Hélas, nous n’avons pas la main sur le paramètre d’overdrive lorsque FreeSync est activé.

Test Samsung Odyssey G3 © Matthieu Legouge
© Matthieu Legouge pour Clubic

Concernant le VRR, il n’y a rien de particulier à soulever. Le taux de rafraîchissement variable fonctionne parfaitement, via HDMI et DisplayPort, comme nous avons pu le voir à l’aide de Nvidia Pendulum. L’écran est bien reconnu comme G-Sync Compatible. Du côté de la latence, ou input lag, l’Odyssey G3 s’en sort très bien. Nous l’avons mesuré à 8,3 ms à l’aide de notre boîtier, une valeur dans la moyenne basse.

Consommation électrique

La consommation d’énergie de l’Odyssey G3 se situe dans la moyenne pour un écran de ce type. Dans la moyenne, ne signifie toutefois pas spécialement « économe » ; nous avons relevé une consommation relative de 83 W/m².

Samsung Odyssey G3 : l'avis de Clubic

6

L’Odyssey G3 est le moniteur gaming « petit budget » par excellence. C’est-à-dire qu’il demande des compromis, sans pour autant faire l’impasse sur ce qui le rend pertinent pour un usage vidéoludique.

Il n’est pas aussi rapide que d’autres moniteurs de sa catégorie, la dalle VA manque de réactivité face à d’autres écrans dotés de dalles IPS. Ses temps de réponse décevants seront surtout impactant pour un usage compétitif, notamment dans les FPS, ou encore pour d’autres jeux qui impliquent des mouvements très rapides. Cela n’empêchera pas les bons joueurs de performer, mais ce n’est simplement pas la meilleure option.

En revanche Samsung nous livre un écran qui délivre de belles images, et surtout une colorimétrie relativement juste en sortie de carton, ce qui est loin d’être toujours le cas, même avec des moniteurs plus onéreux. Enfin, il gagne haut la main notre faveur en ce qui concerne les contrastes.
L’Odyssey G3 est finalement un bon choix d’écran pour les joueurs qui n’évoluent pas dans un milieu compétitif. Son refresh rate, sa faible latence, et sa compatibilité FreeSync Premium et G-Sync assure l’essentiel. Enfin, la définition Full HD donne une large amplitude pour atteindre les 144 Hz et ne pas rogner sur la qualité des graphismes de vos jeux favoris.

Les plus

  • Très bonne ergonomie
  • Contraste et uniformité
  • 144 Hz facile à atteindre
  • FreeSync Premium / G-Sync

Les moins

  • Manque de réactivité
  • Flou de mouvement dans les scènes rapides
  • Connectique minimaliste
  • Angles de vision médiocres
  • Luminosité un peu juste

Qualité d'image 7

Design et ergonomie 8

Performances 6

Polyvalence 6

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Lectures liées

Les GeForce RTX 4000 de NVIDIA arriveraient plus tôt que prévu
Profitez de cet écran gaming incurvé de 24
HP met une RTX 3080 Ti dans son ultraportable ZBook Studio G9
Ce casque gaming Acer profite d'une réduction de plus de 50% !
Un premier CPU AMD Zen4 avec iGPU RNDA2 apparaît sur OpenBenchmarking
Un écran gaming incurvé 27
Cette carte graphique RTX 3070 profite d'une belle promo en ce moment !
Le FSR 2.0 d'AMD est aussi efficace que le DLSS 2.0 de NVIDIA d'après les premiers tests
La carte graphique Radeon RX 6900 XT Gaming X Trio à prix préférentiel
Belle réduction pour le PC portable HP Omen 15,6
Haut de page