Test Corsair K57 RGB Wireless : le sans-fil « bon marché » selon Corsair

04 octobre 2019 à 19h16
0
La note de la rédac
Nouveau-venu au catalogue du constructeur américain, le Corsair K57 RGB Wireless illustre parfaitement l'intérêt croissant de Corsair, bien sûr, mais aussi de tous les constructeurs de claviers estampillés gamer pour le sans-fil. Preuve que la réactivité des technologies mises en œuvre n'est plus réellement un problème.

En matière de clavier sans-fil, Corsair n'en est évidemment pas à son coup d'essai... et en ce qui concerne les claviers à destination des joueurs, la marque américaine est plus réputée encore. Il n'y a d'ailleurs pas si longtemps, Corsair commercialisait le K63 Wireless, un modèle salué par la critique, mais qui devait se contenter de LED bleues pour son rétroéclairage alors que les switchs utilisés n'étaient pas à proprement parler les plus silencieux. Deux défauts ciblés par Corsair et auxquels le K57 RGB Wireless est censé apporter une solution : des contacteurs plus discrets et un rétroéclairage plus abouti. Mission accomplie ?
Corsair K57 RGB Wireless_01.jpg
Élégance et sobriété toujours de mise chez Corsair © Nerces pour Clubic

Fiche technique du Corsair K57 RGB Wireless

S'il doit permettre de faire oublier les lacunes du K63 Wireless, notre K57 RGB Wireless n'est pas exactement basé sur ce modèle retiré depuis peu du catalogue de l'Américain. Corsair reprend effectivement l'architecture d'un autre de ses best-sellers, un modèle plus récent celui-ci et toujours commercialisé, le K55 RGB. Sans surprise, on retrouve donc un clavier « pleine longueur », un peu plus même puisque la fameuse bande de touches macros est à nouveau de sortie afin de satisfaire les gamers. Forcément, le clavier sera bien plus encombrant que le K63 Wireless et il ne sera donc pas compatible avec le lapboard du fabricant.

Autre conséquence de cette base de K55 RGB, le K57 RGB Wireless adopte des contacteurs dits à membrane. On se trouve donc assez loin du ressenti d'un K63 Wireless, lequel accordait sa confiance aux switchs MX Red de la marque allemande Cherry. S'il devrait être le garant d'un certain silence, il nous faudra vérifier si ce choix n'aura pas une incidence trop néfaste sur la réactivité. Une chose est cependant d'ores et déjà certaine, le prix est sensiblement plus faible que sur le K63 Wireless : les membranes sont beaucoup moins coûteuses.

Le Corsair K57 RGB Wireless, c'est :

  • Type de clavier : membrane
  • Anti-ghosting : oui, 8 touches
  • Rétro-éclairage : RGB, touche par touche
  • Prise en charge des macros : oui, 6 touches dédiées
  • Touches multimédias : oui, 7 touches
  • Poids : 950 g
  • Dimensions : 48 x 16,6 x 3,5 cm
  • Interface de connexion : filaire (1,8 m), Bluetooth ou RF 2,4 GHz
  • Autonomie : variable entre 10 et 170 h selon l'utilisation du RGB
  • Logiciel : oui
  • Prix et disponibilité : déjà disponible, à 99,95 €

Nous y reviendrons, mais il est bon de souligner que le K57 RGB Wireless fonctionne aussi bien en mode Bluetooth qu'en mode RF 2,4 GHz. Dans le premier cas, il faut disposer d'un récepteur alors que dans le second, Corsair propose un petit dongle à connecter en USB. Notez encore que Corsair a le bon goût d'autoriser un fonctionnement filaire : le câble de recharge peut aussi être utiliser pour faire marcher le K57 RGB Wireless.
Corsair K57 RGB Wireless_02.jpg
Pratique, un interrupteur pour couper le sans-fil © Nerces pour Clubic

Corsair K57 RGB Wireless

Design et ergonomie

Au premier coup d'œil posé sur le carton du K57 RGB Wireless, impossible de ne pas se dire que le clavier va être imposant... et il l'est à n'en pas douter une fois déballé. Nous l'avons dit, Corsair a opté pour un modèle « pleine longueur » qui a l'avantage de proposer un total de 111 touches, mais le défaut de mesurer environ 48 centimètres de long ! Pour ne rien arranger, sa largeur de presque 17 centimètres est encore accrue dès lors que l'on ajoute le repose-poignet : sa profondeur sur le bureau est alors de près de 23 centimètres. Autant dire qu'il va falloir de l'espace pour profiter pleinement de ce modèle imposant... qui, en revanche, est étonnamment léger. Alors que l'on pouvait s'attendre à un modèle poids lourd, on se surprend à le manipuler avec aisance.

L'explication de ce poids limité n'est pas à chercher bien loin. En effet, Corsair avait dans l'idée de proposer un clavier gamer sans-fil à un tarif relativement « abordable ». Si la question du prix reste discutable, une chose est sure : Corsair a été contraint de faire des concessions pour réduire ainsi le tarif par rapport, toujours lui, à ce K63 Wireless que l'on trouvait à environ 130 euros. D'emblée, on est un peu déçu par la conception de ce modèle où le plastique règne en maître. La structure du clavier n'est plus ici en aluminium comme on peut en avoir l'habitude sur les meilleurs produits Corsair et la finition générale est moins convaincante avec, notamment sur la partie supérieure, une barre « glossy » qui a surtout le chic pour conserver toutes les empreintes de doigts.

Corsair K57 RGB Wireless_03.jpg
Des touches multimédias nombreuses et accessibles © Nerces pour Clubic

Ne forçons toutefois pas le trait et pour une conception « tout plastique », Corsair a soigné les choses. Tout d'abord, la solidité semble de mise avec une base qui résiste à nos torsions et des plastiques qui ne bougent pas. Alors que l'on parlait de la barre supérieure et de son effet glossy, le reste du clavier adopte un revêtement mat bien plus convaincant : agréable au toucher - nous y reviendrons au moment de parler saisie - il marque surtout beaucoup moins que ce cartouche brillant. Soulignons également le soin apporté par Corsair aux fonctionnalités « accessoires » comme les touches de raccourcis puisque le K57 RGB Wireless fait ici un quasi sans-faute.

Corsair intègre par exemple sa fameuse barre de macros. Six touches sont ainsi dédiées aux combinaisons indispensables pour de nombreux joueurs : des touches au positionnement « quelconque », Corsair les ayant rassemblées au sein d'une unique barre sur la gauche du clavier. Soulignons également la présence de petites touches dévolues aux fonctions multimédias telles que la lecture / pause, le changement de pistes, le réglage du volume ou la sourdine. Un petit regret tout de même dans la mesure où certains concurrents - Logitech ou Roccat pour ne pas les nommer - ont tendance à ajouter une molette pour régler le volume plus rapidement : une option sans doute incompatible avec le positionnement tarifaire voulu par Corsair.

Corsair K57 RGB Wireless_04.jpg
De G1 à G6, 6 touches pour configurer des macros © Nerces pour Clubic

Les plus experts d'entre vous auront déjà repéré sur les photos du K57 RGB Wireless, la présence d'un petit interrupteur on / off. Celui-ci est évidemment dédié à l'activation / désactivation du mode sans-fil. Si Corsair a également intégré une mise en veille, la présence d'un tel interrupteur reste une excellente chose pour la préservation de l'autonomie du produit. Évoquons également la présence d'un petit logement pour ranger le dongle RF 2,4 GHz... et ne pas le perdre même en déplacement.

En retournant le K57 RGB Wireless, on se rend compte encore de certains sacrifices consentis par Corsair pour réduire le coût de son produit. Ainsi les patins antidérapants ne sont pas aussi grands que ce que l'on peut voir sur de nombreux modèles du constructeur. Heureusement, cela ne réduit nullement leur capacité à maintenir le clavier bien en place... aidés qu'ils sont par le poids finalement assez faible de ce modèle grande taille. Notez qu'il n'y a aucun patin anti-dérapant sur les pieds destinés à surélevé le clavier. Dommage. Ces derniers ne disposent que d'un seul niveau d'élévation, mais Corsair a - heureusement - soigné le système de fixation de son repose-poignet : c'est aussi simple à mettre en place que stable une fois en action. Seule crainte, que les pattes ne résistent pas à d'innombrables montages / démontages, mais c'est le lot de tous les produits ainsi équipés.

Au final, si le design de ce K57 RGB Wireless est un peu en-deçà des standards Corsair, ce n'est ni surprenant ni scandaleux. Le constructeur a été dans l'obligation de faire quelques concessions afin d'intégrer tout le confort du sans-fil Bluetooth + RF 2,4 GHz. La possibilité d'utiliser le clavier en mode filaire reste bien pratique de même que la fourniture du repose-poignets. On regrette cependant que cet accessoire soit pour ainsi dire le seul « gadget » livré par Corsair. Aucun outil pour retirer les keycaps n'est proposé, mais c'est surtout l'absence de connecteur USB pass-through - sans doute trop gourmand en énergie - que nous trouvons dommage. Il s'agit toutefois de défauts relativement mineurs.

Corsair K57 RGB Wireless_05.jpg
Un petit logement bien pratique pour ranger le dongle RF 2,4 GHz © Nerces pour Clubic

Fonctionnalités et autonomie

Le format « pleine longueur » du K57 RGB Wireless est évidemment un atout indéniable en ce qui concerne la disposition de ce clavier. Ce sont au total 111 touches qui s'offrent à nous pour un usage aussi fonctionnel que confortable. On pense d'entrée à la présence de ces quelques touches dites « multimédias » qui rassemblent les actions essentielles, mais - nous l'avons dit - qui ne peuvent complètement compenser l'absence d'une véritable molette de volume. À proximité de ces raccourcis, on notera la présence de non pas trois, mais quatre LED. En plus des classiques voyants pour le verrouillage des majuscules, du pavé numérique et du défilement, Corsair a ajouté une LED pour indiquer le type de connexion sans-fil utilisée, Bluetooth ou RF 2,4 GHz.

Le format pleine longueur a également permis à Corsair d'intégrer la fameuse barre de macros qui propose six touches dédiées. Des touches qui demandent toutefois un petit investissement en temps : au début, on a souvent tendance à appuyer sur G6 alors que l'on cherche à presser Ctrl, mais ça ne dure pas. Notez qu'un petit bouton rond non loin des LED permet d'activer le mode d'enregistrement des macros directement depuis le clavier. Ce bouton est d'ailleurs accompagné d'un autre dédié au rétroéclairage et d'un troisième baptisé « gaming ». Ce dernier vient désactiver les touches Windows - ou d'autres - afin de ne pas être gêné en pleine partie. De son côté, le bouton du rétroéclairage permet de se passer du logiciel iCUE et se trouve être complété par des combinaisons avec la touche FN et les touches numériques pour activer certains effets de rétroéclairage (spirale, pluie, statique...). Judicieux.

Corsair K57 RGB Wireless_06.jpg
Rétroéclairage et repose-poignets soignés sont pour beaucoup dans l'intérêt du K57 RGB Wireless © Corsair

Nous avons bien sûr déjà évoqué la présence du repose-poignets, un atout indéniable dès lors qu'il est question d'utiliser son clavier sur de longues sessions. Tout le monde n'apprécie pas ce genre d'accessoires, Corsair a donc eu raison de le rendre amovible. Le dessin du repose-poignets ne souffre aucune critique : il tombe parfaitement sous les paumes et malgré son revêtement plastique, il n'engendre aucune glisse liée à la transpiration par exemple. Même constat pour les keycaps, sans doute en ABS, qui se révèlent confortables et ne semblent pas devoir se marquer particulièrement à l'usage. Notons également que ces keycaps sont « ouvertes » en ce sens qu'elles laissent passer la lumière du rétroéclairage à travers les caractères marqués sur le dessus.

Habile transition pour évoquer le rétroéclairage de manière plus générale. Réglable sur trois niveaux d'intensité - plus un quatrième pour le couper - il fonctionne vraiment très bien et diffuse une lumière homogène que l'on ajuste facilement à sa sensibilité. La structure plastique du K57 RGB Wireless présente ici un avantage sur l'aluminium. Ce dernier a souvent tendance à réfléchir ou au moins « diffuser » la lumière. Ici, il n'en est rien. En revanche, et nous verrons cela plus en détail au moment d'évoquer le logiciel iCUE, si Corsair permet de nombreuses fantaisies dans sa gestion du rétroéclairage - qui peut se faire touche par touche - les choses ne sont pas forcément très simples à prendre en main : il faut un certain investissement pour utiliser l'outil à son plein potentiel.

À l'usage, le rétroéclairage du K57 RGB Wireless se montre on ne peut plus agréable. Il fonctionne en « deux parties » : un liseré de couleur qui part de la base du clavier et entoure chacune des touches, complété par la lumière qui traverse les keycaps. Hélas, s'il se montre efficace, le rétroéclairage semble également particulièrement gourmand en énergie... à moins que, simplement, la batterie lithium-ion intégrée par Corsair soit un peu juste. Nous n'avons pas d'information sur sa capacité exacte, mais le fait est que l'autonomie du K57 RGB Wireless se situe plutôt dans la moyenne basse et que l'activation du rétroéclairage n'arrange évidemment pas les choses.

Corsair K57 RGB Wireless_07.jpg
Des touches de bonne hauteur, confortables © Nerces pour Clubic

En mode filaire bien sûr, grâce au câble de 1,8 mètre fourni, la question ne se pose pas. En revanche, il faut distinguer différents modes de fonctionnement sans-fil pour évaluer l'autonomie du K57 RGB Wireless. Ainsi, en activant le Bluetooth et sans rétroéclairage, on peut espérer utiliser le clavier durant une cinquantaine d'heures avant que la recharge soit nécessaire. En mode RF 2,4 GHz, c'est nettement moins : à peine la moitié, avec environ 24-25 heures. Nous payons ici la portée plus importante (environ 15 mètres en RF 2,4 GHz contre 10 mètres en Bluetooth) et une réactivité un peu meilleure, sans toutefois que nous ayons le moindre reproche à faire au mode Bluetooth.

C'est évidemment le rétroéclairage qui fait plonger l'autonomie du clavier. Activé au niveau 1, le plus faible sur 3 disponibles, celui-ci nous fait passer à un petit peu moins de 30 heures en Bluetooth et à peine plus de 15 heures en RF 2,4 GHz. Corsair. Un résultat décevant, à n'en pas douter. Le voyant d'activité du mode sans-fil donne diverses indications quant à l'état de la batterie : en charge, chargée et niveau critique, bas, moyen ou haut. Si Corsair est parvenu à faire passer son clavier sous les 100 euros, une autonomie aussi faible ne joue clairement pas en faveur du K57 RGB Wireless. Rappelons que Cooler Master par exemple, fait durer son SK621 - rétroéclairage désactivé - pendant plusieurs semaines d'utilisation continue avec une seule charge.

Corsair K57 RGB Wireless_08.jpg
Dommage, Corsair n'a pas placé de patins anti-dérapants sur les extrémités des pieds © Nerces pour Clubic

Contacteurs à membranes et public gamer

Grâce notamment à ses liens avec Cherry, Corsair est régulièrement le premier à intégrer les nouveaux contacteurs du fabricant allemand. Une situation avantageuse qui permet à Corsair de se démarquer de la concurrence... mais qui ne concerne que le monde du contacteur mécanique, domaine de prédilection de Cherry. Corsair nous surprend donc aujourd'hui en commercialisant un K57 RGB Wireless qui se repose lui sur des contacteurs dits à membranes. Une technologie qui, sur le papier, présente deux avantages majeurs : un coût nettement plus faible que les switchs mécaniques et des nuisances sonores bien plus faibles à l'usage.

Ce deuxième avantage tient essentiellement à la conception de ces contacteurs à membranes : ils sont constitués d'une espèce de dôme de caoutchouc que l'on « écrase » en pressant la keycap de la touche. Alors que sur un switch mécanique cette pression engendre généralement deux types de bruit - claquement de la touche et cliquetis du contacteur - dans le cas des membranes c'est au contraire une espèce d'amorti qui se réalise, le caoutchouc venant plus ou moins absorber les nuisances sonores de la keycap que l'on appuie. L'avantage est bien réel et dans le cas du K57 RGB Wireless, la saisie peut se faire sans déranger le moins du monde son entourage. Même les utilisateurs ayant une frappe particulièrement lourde, entraineront - au pire - un claquement plutôt sourd lié à la structure plastique du clavier. Vraiment peu gênant.

Nous l'avons dit, l'autre avantage des membranes est lié à leur coût de fabrication. Bien plus faible que des claviers à switchs mécaniques, il permet de limiter évidemment le prix du produit dans son ensemble. Problème, dans le cas du K57 RGB Wireless, on reste malgré tout à un tarif relativement élevé. Bien sûr, le K63 Wireless était encore un cran plus cher, mais à plus ou moins 100 euros, on ne peut pas dire que notre produit du jour soit particulièrement abordable. Corsair se justifiera avec les technologies sans-fil qu'il embarque, mais au final, pour l'utilisateur, la dépense reste importante alors que les claviers à membranes permettent généralement de faire baisser les tarifs à 40 ou 50 euros pour des modèles encore assez complets.

Corsair K57 RGB Wireless_09.jpg
Souples et silencieux, les contacteurs à membranes manquent de réactivité © Nerces pour Clubic

Autre problème qui cette fois ne dépend pas de Corsair, les contacteurs à membranes n'ont pas que des avantages. De nombreux joueurs critiquent ainsi leur manque de réactivité et le fait est que les keycaps du K56 RGB Wireless reviennent moins rapidement en place après activation de la touche. Dans le cas de jeux vidéo rapides, cela peut faire une réelle différence, même s'il s'agit encore une fois de quelque chose de très personnel. De la même manière, certains utilisateurs n'apprécient pas du tout les longues sessions de saisie sur un clavier à membranes quand d'autres, au contraire, estiment que le toucher de ces modèles est plus confortable. Mécanique vs. membrane, nous n'aurons évidemment pas la prétention de trancher et, encore moins, de vous indiquer ce que vous devez préférer. En revanche, nous pouvons simplement vous dire que la mollesse des membranes nous pose un vrai problème que ce soit pour la saisie au kilomètre ou les jeux vidéo rapides.

Enfin, malgré l'orientation gamer du K57 RGB Wireless, Corsair ne livre aucune keycap « profilée » pour le jeu vidéo. Certains constructeurs proposent effectivement des keycaps spécifiques que l'on peut par exemple placer sur les touches ZQSD afin d'obtenir une texture un peu différente et que le doigt puisse mieux « accrocher » à la touche. Il s'agit à n'en pas douter d'un gadget dont on peine à saisir l'intérêt, mais il nous semblait important de signaler cette absence compte tenu de la renommée de Corsair et du caractère jeu vidéo largement mis en avant par le constructeur

Corsair K57 RGB Wireless_10.jpg
iCUE est puissant, mais pas toujours simple à prendre en main © Nerces pour Clubic

Terminons notre article en évoquant le cas du logiciel Corsair Utiliy Engine - ou iCUE pour les intimes - développé et proposé par Corsair avec l'immense majorité de ses périphériques qu'il s'agisse d'un clavier comme aujourd'hui ou d'une souris, voire d'un casque-micro. iCUE est réputé pour sa richesse fonctionnelle et son ergonomie, mais nous commencerons malgré tout par un petit reproche du côté des options de rétroéclairage. On apprécie de pouvoir modifier les choses touche par touche et de pouvoir combiner des effets animés sur une partie du clavier quand une autre reste « statique », mais les choses ne sont pas évidentes à appréhender et on s'y reprendra à plusieurs fois, au moins au cours des premiers essais.

Il en va de même avec les options de macro qui sont paradoxalement presque plus simples à configurer directement via le bouton rond MR présent à côté des voyants d'activité, sur le clavier. En réalité, iCUE offre plus de potentiel, mais implique là encore de s'investir un minimum pour en comprendre tous les arcanes. Pour le reste, rien à redire : Corsair donne accès à une très large panel d'options depuis les réglages du taux de rapport jusqu'aux options de mise en veille. On peut activer ou non la jauge de batterie dans la barre des tâches de Windows et même décider de quelles touches seront bloquées par le bouton de verrouillage gaming. Enfin, il est tout à fait possible de définir des profils utilisateurs afin de paramétrer les choses pour plusieurs utilisateurs.

Corsair K57 RGB Wireless_11.jpg
Corsair autorise la modification du taux de rapport, entre autres... © Nerces pour Clubic

Corsair K57 RGB Wireless : l'avis de Clubic

Habitué des produits d'exception à la finition remarquable, mais au tarif généralement hors de portée de nombreuses bourses, Corsair a régulièrement tenté de se montrer plus accessible. On se souvient notamment des souris de la gamme Harpoon, simple, mais bon marché. Hélas, on comprend moins le positionnement de ce K57 RGB Wireless. Certes l'intégration du sans-fil est un atout indiscutable, mais l'autonomie relativement faible et, surtout, un prix de vente encore assez élevé ne lui permettent pas de se distinguer véritablement de la concurrence.

D'autant que Corsair a été contraint à quelques sacrifices pour parvenir à descendre - tout juste - sous la barre des 100 euros. Les switchs mécaniques ne sont plus à l'ordre du jour, remplacés par des contacteurs à membranes plus silencieux, mais aussi moins réactifs. La finition reste de qualité, mais avec un usage quasi exclusif du plastique et l'anti-ghosting se limite à 8 touches. Entendons-nous bien, ces choix réalisés par Corsair s'accompagnent d'un haut niveau de finition, mais ils font que la pilule tarifaire est moins facile à avaler.

En définitive, il s'agira plus encore que d'habitude d'une question de goûts : privilégiez-vous de faibles nuisances sonores sur une réactivité absolue ? Accordez-vous de l'importance au sans-fil et estimez-vous utile de pouvoir passer - selon vos besoins - du Bluetooth au RF 2,4 GHz ? Autant de critères qui peuvent avoir leur importance en fonction de vos habitudes de travail, mais qui ne nous emballent pas plus que ça... moins en tout cas que pour d'autres produits de la marque. Un périphérique réalisé avec sérieux malgré tout et qui ne vient pas le moins du monde entacher la réputation de son fabricant.

Corsair K57 RGB Wireless

Les plus
+ Confort d'utilisation remarquable
+ Rétroéclairage RGB efficace
+ Touches multimédias et macros
+ Filaire, Bluetooth, RF 2,4 GHz : le choix des armes
+ Repose-poignets amovible
+ Nuisances sonores très faibles
Les moins
- Des membranes, pas très indiqué pour la réactivité
- Autonomie un peu faible
- Prix relativement élevé pour des membranes
- iCUE pas toujours simples à maîtriser
3

Corsair K57 RGB Wireless
5 réponses
3 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Des députés proposent de taxer les véhicules en fonction de leur poids
Un chercheur lance une pétition pour rendre gratuits les articles liés au réchauffement climatique
La nouvelle Livebox d'Orange est enfin dévoilée !
Red Dead Redemption 2 : la version PC réclamera
Des équipes d'Amazon chargées de scruter les images des caméras de surveillance de la marque
Le gouvernement américain bannit huit nouvelles entreprises chinoises de la tech
Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes
Blizzard demande leur carte d'identité aux pro-manifestants de Hong Kong pour supprimer leur compte
LDLC.com à nouveau élu Service Client de l'Année 2020
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top