Le déploiement massif de la 5G pourrait perturber les prévisions météorologiques

Sylvain Nawrocki Contributeur
28 mai 2019 à 14h43
0
Image satellite de la Nasa, obtenue le 17 octobre 2014, montrant l'ouragan Gonzalo et sa progression dans l'Océan Atlantique

Si vous deviez choisir entre un meilleur réseau pour votre téléphone et la précision des prévisions météo, que choisiriez-vous ?

C'est la question que se posent actuellement les responsables fédéraux aux États-Unis, qui doivent décider s'il vaut mieux améliorer la couverture sans fil ou écouter les météorologistes qui précisent qu'une telle décision risque de fortement perturber la qualité des prévisions météo sur le territoire nord-américain.

Neil Jacobs, directeur intérimaire de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), a déclaré que les interférences provenant du réseau 5G pouvaient réduire de 30% la précision des prévisions météorologiques. Il précise que cela correspondrait à un retour aux années 1980.
Entre autres choses, cela signifie que les habitants des côtes auraient deux à trois jours de moins pour se préparer à l'arrivée d'un ouragan. En outre, cela pourrait conduire à des erreurs quant aux trajectoires de ces tempêtes sur le territoire.

Le débat est lancé


En mars dernier, la commission fédérale des communications a ouvert le marché du réseau cadencé à 24 GHz, en dépit des objections faites par la NOAA, la NASA ainsi que l'American Meteorological Society. Cette semaine, plusieurs sénateurs ont écrit à la Commission Fédérale des Communications pour lui demander d'arrêter l'utilisation de cette fréquence, jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée.

Jordan Gerth, chercheur en météorologie à l'Université de Wisconsin-Madison, a étudié ces problèmes en tant que membre de l'American Meteorological Society. Il explique que, de son côté, la Commission Fédérale des Communications peut choisir quelles bandes de fréquences allouer aux compagnies téléphoniques. En revanche, la vapeur d'eau émet un très faible signal, à la fréquence précise de 23,8 GHz, ce qui est très proche de la bande allouée à la nouvelle génération de réseau sans fil 5G, à savoir 24 GHz. La proximité des deux fréquences pourrait donc perturber les capteurs des satellites météo, qui observent justement cette plage à la recherche de perturbations atmosphériques.

« Je suis optimiste quant au fait de trouver une solution », explique Neil Jacobs. Néanmoins, il est possible que d'autres problèmes pointent le bout de leur nez. En effet, d'autres plages de fréquences sont à l'étude du côté de la Commission Fédérale des Communications pour la 5G, à proximité de celles émises naturellement par d'autres variations météorologiques. Les précipitations se détectent grâce à des capteurs observant les ondes entre 36 et 37 GHz, les températures entre 50,2 et 50,4 GHz, et les nuages, entre 80 et 90 GHz.

En octobre prochain, plusieurs nations se réuniront lors d'une conférence pour déterminer les niveaux d'interférences sur ces plages et peut-être, trouver une solution durable.

Source : Wired
14 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Une étude montre que les cyclistes
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait
Nos théories sur l'évolution de l'Univers remises en question par 39 galaxies
Ecosia : le moteur de recherche plante désormais un arbre toutes les 0,8 s

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top