Le satellite PACE va étudier les couleurs de la Terre pour mieux la comprendre

25 juillet 2020 à 13h30
2

La mission PACE (Plankton, Aerosol, Cloud, Ocean Ecosystem) a l’objectif d’étudier les couleurs des océans et de l’atmosphère, plus précisément les longueurs d’ondes visibles, pour fournir une multitude de nouvelles données concernant notre planète.

En matière d’analyse satellite, la longueur d’onde et l’intensité des couleurs quittant les océans et l'atmosphère terrestre sont des données très importantes. Les nombreuses substances que les océans contiennent vont absorber et refléter la lumière du soleil de différentes façons. En percevant les moindres variations de couleur du spectre visible, les instruments haute résolution du satellite PACE pourront analyser ces caractéristiques avec une précision inégalée.

De quoi sera composé le satellite PACE ?

Approuvé en 2015, le projet PACE est entré en début d’année dans une phase de production active avec la construction physique de plusieurs éléments-clés du satellite. Les ingénieurs de la NASA , du centre spatial Goddard, s’activent pour assembler et tester la machine réelle, afin de tenir les délais qui prévoient un lancement d’ici 2022/2023.

Le principal instrument du satellite sera son spectromètre OCI, en charge de la collecte des caractéristiques de la lumière réfléchie par les surfaces océaniques. Il sera complété par des polarimètres (SPEXone, HARP 2), dédiés à l'étude des nuages et aérosols de l’atmosphère. Les données recueillies permettront de mesurer l'impact des changements climatiques sur l'abondance du phytoplancton, et de préciser le fonctionnement du cycle du carbone.

Chaque couleur étudiée a son intérêt !

Les longueurs d'onde violettes vont aider les scientifiques à en apprendre davantage sur les aérosols, et à départager les produits naturels de ceux qui proviennent d'activités humaines. Il pourront également étudier les particules qui sont dissoutes dans l'océan, et notamment à distinguer la chlorophylle d'autres matières organiques. Le but ? Mesurer au mieux la quantité de carbone qui se retrouve stockée dans l'océan, en surface et en profondeur.

Les longueurs d'onde bleues, jaunes et oranges vont, elles, servir à différencier les espèces de phytoplancton dans l’océan, chaque espèce assumant différentes fonctions au sein de l'écosystème. Avec les couleurs de ces gammes, les scientifiques verront la composition précise des communautés de phytoplancton, et suivront leur santé au fil du temps. De quoi prédire, notamment, la prolifération d'algues nuisibles, qui peuvent générer des toxines nocives...

Les longueurs d'onde vertes seront utilisées pour mesurer la quantité totale de particules dans l'air. Ces données seront combinées avec celles permettant de déterminer la taille des particules : un facteur important pour aider les scientifiques à savoir ce qu'ils regardent, puisque la poussière ou le sel de mer ont tendance à contenir des particules plus grosses que celles produites par l'humain, comme la suie ou la fumée.

Enfin, les longueurs d'onde rouges et proches infrarouges permettront aux chercheurs de poser un regard sur une partie différente de l'océan : les zones côtières, alimentées par des rivières, et les fonds peu profonds chargés en sédiments, colorés différemment de l'océan ouvert.

Ces variations de couleurs fourniront de précieux indices sur la santé des organismes qui y vivent, et des informations sur les dépôts des systèmes fluviaux.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

L'UE appelle à l'interdiction de la notation sociale et de la reconnaissance faciale dans les lieux publics
Aux États-Unis, une reconnaissance faciale défaillante empêche les demandeurs d'emploi de toucher leur chômage
E4, le robot de sécurité chien de garde en action ! (Vidéo Clubic)
VivaTech : Emmanuel Macron et Cédric O saluent le retour des grands salons (Vidéo Clubic)
Pour Amazon, le robot est l'avenir de la sécurité des travailleurs
La reconnaissance faciale envisagée pour sauver les koalas de l'extinction
Les compagnies aériennes prévoient d'investir massivement dans les taxis volants
Le robot chinois Zhurong nous fait parvenir des photos depuis la planète Mars
Sur les traces du Concorde : United Airlines achète 15 avions supersoniques auprès de Boom Supersonic
Désinformation en ligne : le MIT met au point une IA capable de détecter les réseaux de fake news
Haut de page