La reconnaissance faciale envisagée pour sauver les koalas de l'extinction

13 juin 2021 à 09h21
2
Koala © © Pixabay
La tech' pourrait bien venir au secours des koalas via la reconnaissance faciale. © Pixabay

L'Australie fait face à l'enjeu de sauver de l'extinction une espèce endémique à son territoire, le célèbre koala. Pour ce faire, des chercheurs de l'université de Griffiths, dans le Queensland, souhaitent utiliser la reconnaissance faciale pour mieux évaluer le comportement de ces marsupiaux.

Classé comme vulnérable par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le koala fait l'objet de mesures plurielles pour éviter sa disparition. Le projet a déjà recueilli 57 000 euros de fonds débloqués par l'État du Queensland.

Anticiper la mise en péril de la population de koalas

Parmi les animaux emblématiques de l'Australie, le koala fait bonne figure. S'il est connu dans de nombreuses parties du monde comme étant un symbole du pays, tels le panda en Chine, le lémurien à Madagascar ou encore le kiwi en Nouvelle-Zélande, il est, comme les trois espèces citées à ses côtés, menacé par divers facteurs mettant en péril son avenir sur Terre.

La première menace à laquelle l'espèce est confrontée concerne la destruction de son environnement, avec la recrudescence d'incendies majeurs, à l'image de ceux de 2019 et 2020, qui auraient, selon la section australienne de la WWF, touchés près de 61 000 koalas, et plus largement, 143 millions d'êtres vivants.

La seconde menace vient des axes routiers que les koalas se risquent (trop) fréquemment à traverser. En moyenne, sur la période 1997 - 2008, 356 d'entre eux ont été conduits chaque année dans un centre de soin, sans que l'on sache combien sont décédés exactement après avoir été percutés et combien survivent à leur séjour à l'hôpital.

Comme d'autres pays, l'Australie développe son réseau de passerelles et de tunnels pour permettre à la faune de passer d'un bord à l'autre d'une route en toute sécurité. Mais le gouvernement a décidé d'accélérer les choses alors que le comptage officiel du nombre de koalas n'est toujours pas connu, ce qui complique la tâche pour leur conservation.

Mieux identifier le comportement des koalas via l'IA

Aussi, des chercheurs de l'université de Griffiths (Queensland) ont eu l'idée d'utiliser la reconnaissance faciale à l'aide de caméras ciblant en priorité les koalas à proximité des infrastructures développées pour passer sur ou sous les axes routiers. Cela doit permettre de mieux comprendre la manière dont ils les utilisent et mieux définir la localisation des futurs ponts et tunnels pour minimiser les risques de voir les koalas sur la route.

Jun Zhou, professeur associé à l'université, explique que « avec un développement rapide de l'intelligence artificielle sur les 10 dernières années, cette technologie est suffisamment efficace pour ne plus seulement reconnaitre les koalas en général, mais savoir, individuellement, quels koalas utilisent les infrastructures ».

Tout en précision donc, pour une initiative qui a déjà reçu un soutien financier de la part de l'État du Queensland à hauteur de 57 000 euros. 20 caméras seront ainsi déployées d'ici juillet 2021 autour de Brisbane. Suffisant pour éviter une potentielle disparition du koala ?

Sources : DW , Géo

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Amsterdam a inauguré le tout premier pont en acier imprimé en 3D
Face au blocus des communications à Cuba, les USA envisagent de déployer Internet via des ballons
La Défenseure des droits s'oppose aux caméras de reconnaissance des individus dans l'espace public
Voici CAPS, la capsule volante française autonome, passe-partout et monoplace (Vidéo)
Végétaliser les villes ? Google veut cartographier les quartiers prioritaires
Les chasseurs d’ondes de l’ANFR à la recherche des fréquences suspectes (Vidéo)
Après le supersonique, United Airlines veut des avions à propulsion électrique
Elon Musk réserve chez Virgin Galatics quand Bezos dézingue son concurrent
Une IA appréhende les politiciens qui passent trop de temps sur leur smartphone durant les sessions au parlement
Haut de page