Atlas, le robot de Google, passe désormais l'aspirateur

18 janvier 2016 à 16h39
0
Atlas, le robot de Google, a visiblement acquis de nouvelles compétences : une équipe d'ingénieurs lui a « appris » comment ranger, passer le balai ou même l'aspirateur.

Atlas est un robot humanoïde développé par la société Boston Dynamics, désormais propriété de Google. Si le nom de cette société vous est familier, c'est sans doute que vous avez entendu parler de leurs robots chien (voir à ce sujet Des robots pour remplacer les rennes du père Noël chez Boston Dynamics).

Atlas est une autre de leurs créations, qu'une équipe d'ingénieurs de l'Institut pour la Connaissance de l'Homme et de la Machine (IMHC) a pris en main à des fins bien spécifiques.

Elle a utilisé ce robot pour qu'il intègre des algorithmes spécifiques l'entraînant à des tâches ménagères : ranger une pièce, porter des charges, passer le balai et l'aspirateur et jeter des détritus à la poubelle.

Etant donnée la faible efficacité d'Atlas en la matière, le but n'est évidemment pas de commercialiser cette solution, mais plutôt de parfaire les algorithmes en question. A défaut d'être un bon robot ménager, Atlas est en revanche un vrai robot à tout-faire, sur lequel les ingénieurs peuvent expérimenter leurs logiciels.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
La Chine menace les Etats-Unis en cas de vente forcée de TikTok
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
scroll top