Test Onyx Boox Nova 3 Color : une liseuse couleur incroyablement polyvalente !

Les liseuses couleur continuent à évoluer lentement mais sûrement au sein du marché de la lecture électronique. Les marques asiatiques sont particulièrement prolifiques sur ce secteur, Onyx Boox en tête. D’ailleurs, pourquoi se contenter d’un écran E-Ink coloré alors qu’on peut aussi profiter de la prise de notes au stylet ? Car c’est bien cela que nous offre la Nova 3 Color : la technologie Kaleido Plus couplée au très performant logiciel développé par Onyx Boox. Nous avons passé plusieurs semaines avec cette liseuse de dernière génération, il est temps pour nous de livrer notre verdict.

Onyx Boox Nova 3 Color
  • Écran Kaleido Plus en net progrès…
  • Logiciel incroyablement touffu…
  • Machine très polyvalente
  • Bonnes performances
  • Coque et stylet fournis
  • … mais encore perfectible
  • … mais complexe pour les débutants
  • Prix très élevé
  • Quelques traductions manquantes
  • Pas de gyroscope

Alors que les liseuses électroniques à écran couleur commencent à peine leur entrée sur le marché français, la Chine accuse déjà une certaine avance dans le domaine. Onyx Boox - une marque asiatique bien connue des amateurs de liseuses exotiques – vient ainsi de lancer sa Nova 3 Color équipée de la nouvelle génération d’écran Kaleido Plus.

La promesse ? Des couleurs plus vives, de meilleurs contrastes et moins de reflets. Tout ça en conservant bien entendu ce qui fait le succès de l’encre électronique classique. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, la Nova 3 Color conserve le stylet hérité des anciens modèles en noir et blanc. Autant dire qu’on trouvera difficilement plus complet à l’heure actuelle !

Tout ceci à cependant un prix, malheureusement très élevé… Comptez en effet 419€ pour vous procurer cette liseuse de 8’’. Même la fameuse Kindle Oasis d’Amazon ne coûte pas si cher. En fait, pour une somme très proche, vous pouvez acquérir un iPad entrée de gamme et le stylet Apple qui va avec. La grande question – à laquelle va tenter de répondre ce test – est donc : faut-il investir dans la Nova 3 Color ?

Onyx Boox Nova 3 Color : spécifications techniques

Tout comme la sympathique Boyue Likebook P10 que nous testions il y a quelques semaines, la Nova 3 Color ressemble plus à une tablette qu’à une liseuse. Et pour cause : elle embarque Android 10, microphone et haut-parleur, Bluetooth… De l’équipement rare sur les e-readers classiques, souvent fermés sur des systèmes propriétaires. En dehors de la dalle E-Ink, rien ne différencie la machine Onyx d’une tablette Android classique.

Ce mix est pourtant très séduisant une fois qu’on l’a testé. Le lecteur peut non seulement profiter de ses e-books, mais aussi télécharger des milliers d’applications via le Play Store. Le stylet fourni avec la liseuse permet de prendre des notes manuscrites ou dessiner. Tout ça avec le confort d’une dalle à encre électronique, qui plus est colorée !

Avant d’aller plus loin, résumons la fiche technique de la belle :

Fiche technique Onyx Boox Nova 3 Color

Caractéristiques générales

Taille de l'écran (en pouces)
7.8
Résolution
1404 x 1812
Étanchéité
Non
Poids
265g

Stockage

Mémoire
32GB
Équivalence (en e-books)
30000
Lecteur de carte mémoire
Non

Alimentation

Temps de charge
2h
Autonomie
7jours

Des caractéristiques démentes pour une simple liseuse, mais loin d’être impressionnantes si on compare les tablettes de même prix…

C’est donc sur son écran couleur de nouvelle génération et sur son logiciel que la Nova 3 Color va devoir compter pour se démarquer. Comme vous allez le voir, il y a du costaud sur cette machine !

Design et finitions

Commençons notre tour du propriétaire par l’esthétique. Car après tout, c’est sympa d’avoir un joli écran coloré, mais ça ne sert pas à grand-chose si l’appareil qui l’accompagne tombe en morceaux au bout de quelques jours…

Nova 3 Color - Design © Johan Gautreau

Globalement, la Nova 3 Color s’en tire bien. Elle utilise en majorité du plastique, mais ce dernier semble d’assez bonne qualité. Contrairement à la Bookeen Notea , on ne note pas de détachement de la coque, de craquements ou même de courbure excessive de la matière lors d’un appui dessus. Dans l’absolu, nous vous recommandons vivement d’utiliser la coque de protection offerte avec la liseuse. Elle n’ajoute pas trop de poids à l’ensemble et permet une protection optimale de la dalle E-Ink ainsi que de la coque. Même si on n’atteint pas la qualité bluffante de la Note Air – en photo dans ce test – avec son dos en aluminium et son écran en verre, la Nova 3 Color reste dans la bonne moyenne d’un point de vue conception.

Nova 3 Color - Connectique © Johan Gautreau

La liseuse chinoise va toutefois à l’essentiel pour la connectique. Il faudra donc composer avec un unique port USB-C. L’absence de fiche micro-SD sur un appareil de ce type pourra rebuter les utilisateurs qui ont besoin de beaucoup d’espace de stockage pour leurs PDF, musiques et autres fichiers de grande taille…

Nova 3 Color - Bouton © Johan Gautreau

En face avant, on dispose d’un bouton. Un simple appui dessus fait office de retour en arrière. Avec un appui long, vous allumez ou éteignez l’éclairage frontal. Il aurait été sympa de pouvoir le paramétrer avec d’autres actions comme sur les liseuses Vivlio.

Nova 3 Color - Prise en main © Johan Gautreau

Une fois en main, la Nova 3 Color se montre très agréable à manipuler, bien qu’un peu lourde. Il faut dire qu’elle pèse 265 grammes, ce qui reste assez élevé pour un modèle de presque 8’’. À titre d’information, la Kobo Forma  affiche 195 grammes sur la balance, là où la Kindle Oasis  en fait seulement 188 avec son format 7’’. La bonne vieille InkPad 3  plafonne quant à elle à 205 grammes. Pour peu que vous ajoutiez la coque, vous vous retrouvez avec une liseuse qui dépasse allègrement les 300 grammes. De quoi vous faire les bras sur les longues séances de lecture !

Écran

À peine la première génération d’écran Kaleido sortie sur le marché, la relève arrive. Nommée Kaleido Plus, cette nouvelle itération porte avec elle de belles promesses : gamut multiplié par trois, meilleurs contrastes et saturation des couleurs, éclairage frontal plus efficace… Kaleido Plus peut maintenant s’utiliser sur des dalles de plus grand format, contrairement à la V1 qui n’était adaptée qu’aux liseuses de 6’’. Onyx Boox et Pocketbook en ont donc profité pour équiper leurs e-readers avec cette technologie naissante.

Nova 3 Color - Écran © Johan Gautreau

Tout ça, c’est sur le papier. Qu’en est-il dans la réalité ? Hé bien, les progrès sont clairement visibles. La dalle de la liseuse Onyx est bien plus agréable à visualiser que celle de la Vivlio Color . Tous les défauts relevés sur Kaleido ont été gommés – ou amoindris – avec Kaleido Plus. Oui, on profite bien de couleurs plus vives. Oui, les contrastes sont largement améliorés. Oui, l’éclairage frontal est plus agréable car moins agressif. Oui, les reflets sont moins présents.

Nova 3 Color - Éclairage frontal © Johan Gautreau

Mais – il y a toujours un « mais » - ce n’est pas encore la perfection. Loin de là même. La seconde génération d’écran Kaleido écope encore de quelques défauts, parfois bien gênants. On peut citer en vrac l’éclairage frontal aux tons bleus, peu adapté à une lecteur de nuit. Ou encore le rendu sombre de l’écran, qui lui donne un aspect plus gris, moins contrasté que sur les liseuses N&B. Et n’oublions pas l’un des plus gros défauts de Kaleido : la baisse de définition sur les parties en couleur. D’un joli 300 ppi pour le noir et blanc, on passe à 100 ppi seulement sur les couleurs. Il en résulte des textes parfois illisibles sur les comics ou même les livres illustrés… Heureusement, la dalle de 7.8’’ compense un peu ce phénomène grâce à sa taille, ce qui n’était pas le cas sur la Vivlio Color de 6’’ seulement.

Nova 3 Color - Comparaison liseuses © Johan Gautreau
La Nova 3 Color à coté de la Note Air et la Lumi Max. L’écran couleur possède un rendu plus sombre que les modèles N&B.

Je vous recommande donc de bien réfléchir à vos usages avant de craquer pour la Nova 3 Color. Si vous lisez des bouquins illustrés ou que vous cherchez à tout prix la possibilité de faire des annotations en couleur, alors foncez. Par contre, si vous êtes un lecteur plus classique, centré sur les romans et les mangas en N&B, orientez-vous plutôt vers les autres productions de chez Onyx, voire la concurrence.

Actuellement, les liseuses couleurs n’ont pas forcément les capacités attendues. Elles coûtent cher, tout en n’arrivant pas à la cheville des tablettes tactiles de même prix. Le potentiel est là, c’est indéniable. Mais la maturité n’est pas encore au rendez-vous. Du moins, pas sur la Nova 3 Color malgré les progrès évidents des dalles Kaleido Plus.

Logiciel

Il y a de cela quelques années, j’ai eu l’occasion de tester la Onyx Boox Note Plus. À l’époque, le logiciel était loin de m’avoir convaincu : traduction bancale, pas mal de bugs, fonctionnalités limitées. Les concurrentes de Boyue avaient alors plus d’intérêt à mes yeux…

Les années passant, la tendance semble s’être radicalement inversée. Onyx Boox a fait un énorme bond en avant sur le développement de son logiciel. Le premier point positif réside dans les traductions, bien meilleures que sur les autres liseuses chinoises que j’ai pris en main dernièrement. Ce n’est pas parfait, il reste des morceaux en anglais, mais c’est toujours mieux que les traductions Google mal dégrossies de chez Boyue…

Esthétiquement, il n’y a pourtant pas de chamboulement. On retrouve ainsi une interface assez spartiate. Sur le côté gauche, une barre donne accès aux éléments suivants :

  • Bibliothèque
  • Boutique Onyx
  • Notes
  • Mémoire
  • Applications
  • Paramètres

Contrairement à la Bookeen Notea , on ne peut pas modifier ces raccourcis. Il aurait été sympa de pouvoir éliminer celui de la boutique Onyx qui ne propose que des livres en anglais avec très peu de choix… 

Nova 3 Color - Barre raccourcis © Johan Gautreau

Android 10 oblige, vous trouverez en haut de l’écran la barre de notifications. Un glissement vers le bas, comme sur smartphone, vous donnera accès à de plus amples réglages comme le rafraichissement d’écran, la gestion des couleurs, les paramètres Wi-Fi et Bluetooth… On reste en territoire connu. La seule chose étrange est le placement des boutons virtuels, accessibles uniquement en dépliant les paramètres rapides. Pourquoi ne pas laisser ces boutons en bas de l’écran, comme sur smartphone ? Mystère…

Nova 3 Color - Paramètres rapides © Johan Gautreau

Paramètres

Continuons notre investigation en passant par les paramètres de la Nova 3 Color. Android oblige, on a pas mal de réglages à disposition. Vous pouvez ainsi définir avec précision le comportement de l’alimentation, activer le contrôle par gestes, changer le côté de la barre Onyx ou même faire apparaître une bulle de raccourcis personnalisable. C’est hyper-complet. Onyx va donc assez loin en termes de personnalisation. On pourra juste regretter l’absence d’une programmation horaire pour l’éclairage comme on en trouve chez Vivlio. Dommage aussi qu’on ne puisse pas afficher la couverture du livre en cours lors du passage à l’écran de veille. Ce n’est pas bien grave, le logiciel est déjà bien complet comme il est !

Nova 3 Color - Paramètres généraux © Johan Gautreau

Bibliothèque

Jetons un œil sur la gestion de la bibliothèque. Comme toute liseuse Android, la Nova 3 Color ne donne pas accès à un magasin spécifique, si ce n’est celui d’Onyx. Vous devrez donc importer manuellement vos fichiers EPUB, PDF et compagnie. Un dossier nommé Books est là pour ça. C’est ici que la liseuse viendra chercher par défaut vos ouvrages, ainsi que dans les dossiers dédiés à l’import via Wi-Fi et Bluetooth.

Nova 3 Color - Bibliothèque © Johan Gautreau

La bibliothèque est séparée en deux sections : vos livres ouverts récemment et l’ensemble de vos titres détectés par la liseuse. Cette dernière est celle qui offre le plus d’options : recherche, création de sous-dossiers, sélection multiple, statistiques de lecture et paramètres de la bibliothèque.

Nova 3 Color - Tri livres © Johan Gautreau

Les filtres sont relativement nombreux. Il manque quand même la possibilité de faire le tri par séries ou par tags. Malgré ça, vous devriez avoir de quoi gérer assez finement les plus grosses bibliothèques. La liseuse a aussi l’avantage d’être plus rapide que ses concurrentes européennes, ce qui facilite grandement la navigation au sein de l’interface.

Notes

Il est temps de jeter un œil à la prise de notes. On touche ici à la partie qui m’a le plus bluffé, marquant d’énormes changements depuis ma prise en main de la Onyx Boox Note Plus. En un mot comme en cent : la Nova 3 Color écrase complètement la concurrence testée dernièrement sur Clubic, à savoir la P10 et la Notea. 

Nova 3 Color - Notes © Johan Gautreau

Tout comme pour la partie Bibliothèque, plusieurs onglets sont à disposition dans la section Notes :

  • Notes récentes
  • Notes locales
  • Notes de lecture

Chaque onglet peut afficher 12 documents, que vous pouvez bien entendu trier selon vos besoins. Créez un compte chez Onyx et vous pourrez même synchroniser vos notes d’une liseuse de la marque à une autre ou les visualiser depuis d’autres applications tierces comme Evernote ou OneNote par exemple. Un petit plus qui s’est révélé bien utile quand je me baladais de ma Lumi Max à ma Nova 3 Color de test !

Feuilles de notes

Plusieurs types de notes sont à votre disposition. La plus utilisée sera certainement celle qui consiste à créer des feuilles, avec ou sans fond. C’est ici qu’on a le plus d’options à disposition, Onyx allant même jusqu’à mettre en œuvre un système de calques. Celui-ci permet de jongler avec cinq calques différents, que vous pouvez déplacer ou masquer à volonté. Les dessinateurs devraient apprécier ça, même si ça reste plus basique que sur Photoshop et autres logiciels PC.

Nova 3 Color - Mines stylo © Johan Gautreau

De manière plus classique, le constructeur chinois met à notre disposition plusieurs types de mines – cinq en tout – avec la possibilité de choisir l’épaisseur du trait. On peut aussi choisir des formes prédéfinies ou importer des images sur les notes. De ce côté, c’est dans la même veine que chez Boyue et Bookeen. Onyx surpasse toutefois ses concurrents directs en permettant l’intégration de fichiers audio aux feuilles de notes. On notera aussi la redoutable efficacité de l’IA de transcription, capable de reconnaître l’écriture manuscrite pour la transformer en texte numérique. Elle a su gérer sans problème mon écriture de cochon, chapeau bas !

Nova 3 Color - Palette couleurs © Johan Gautreau

Écran couleur oblige, la Nova 3 Color permet d’ajouter un peu de coloration aux notes. Une palette de 16 couleurs est disponible. C’est léger, mais on peut difficilement demander plus vu la qualité actuelle des écrans Kaleido.

Annotations PDF et EPUB

Tout comme la Likebook P10, la Nova 3 Color permet aussi de réaliser des annotations manuscrites sur les fichiers PDF et EPUB. Le mode manuscrit reprend plus ou moins les mêmes options que sur les feuilles de note : couleurs, styles de mines, ajout de formes et de texte numérique… Vous devriez avoir de quoi faire de belles annotations sur vos documents, qu’ils soient personnels ou professionnels. Dans tous les cas, une copie sera effectuée afin de ne pas dégrader le fichier originel en cas d’erreur.

Nova 3 Color - Notes EPUB © Johan Gautreau

En plus de directement écrire sur vos PDF/EPUB, la Nova 3 Color propose un mode écran partagé bien pratique. Comme son nom l’indique, ce dernier sépare l’écran en deux parties. Vous avez le choix entre plus options, ce qui surpasse les possibilités des autres liseuses à prise de note du marché actuel :

  • Ouvrir une copie de la page en cours
  • Ouvrir un autre document depuis la mémoire interne
  • Afficher une page vierge pour annotation
  • Afficher une page de traduction (très pratique pour décoder un document texte en langue étrangère)
Nova 3 Color - Double écran © Johan Gautreau

À l’usage, la Nova 3 Color se révèle donc très impressionnante avec sa foultitude d’options. Il faudra certes du temps pour en appréhender toutes les subtilités, mais vous en aurez pour votre argent !

Applications

Dernière grosse partie de la liseuse : les applications. De base, Onyx fournit déjà de quoi réaliser pas mal de tâches comme un navigateur web, un lecteur de musique, une calculatrice, un agenda… En bref, un PDA en version 2.0 si je puis dire !

Nova 3 Color - Applications © Johan Gautreau

Il serait quand même dommage de vous arrêter à ça. Pour aller plus loin, l’idéal sera d’activer le Play Store. Comme sur la Bookeen Notea, sa mise en route est assez lourde, pouvant prendre entre six et vingt-quatre heures, le temps pour Google de valider l’activation de la machine. Après ça, vous serez libre de télécharger vos applis préférées comme Kindle, Kobo, Vivlio, Aldiko, etc… Notez que le magasin Google embarqué sur la liseuse n’est pas certifié, ce qui pourra empêcher le bon fonctionnement de certaines applications. 

Nova 3 Color - Play Store © Johan Gautreau

Malgré ce petit détail, on a de quoi profiter de nombreuses possibilités. Onyx met d’ailleurs en place un système de réglage de l’écran qui permet de gérer chaque appli indépendamment pour s’adapter à la liseuse. De la fréquence de rafraichissement à la définition, vous êtes seul maître de vos applications. Cela n’empêche pas quelques couacs, les apps Android n’étant pas optimisées pour les dalles à encre électronique. Mais globalement, la Nova 3 Color n’a pas grand-chose à envier aux vraies tablettes, c’est assez impressionnant !

Lecture

Après ce – gros – tour d’horizon du logiciel, attelons-nous au cœur du sujet : la lecture. Après tout, c’est l’objectif principal de toute liseuse, même si cette dernière tend à déborder sur d’autres fonctions comme la prise de note ou l’écoute de musique.

La Nova 3 Color est équipée d’un lecteur maison nommé NeoReader. S’il ne m’avait guère emballé à ses débuts, je dois une fois de plus concéder que d’énormes progrès ont été réalisés par le constructeur. Ce dernier fait d’ailleurs des mises à jour régulières – presque chaque semaine – qui améliorent sans cesse le logiciel.

Nova 3 Color - Réglages lecture © Johan Gautreau

On profite ainsi d’un outil de lecture très performant, bourré d’options. À l’instar de la P10, vous devrez ajouter vos propres dictionnaires, ceux proposés étant centrés sur la Chine et les pays anglophones. Plusieurs polices sont aussi pré-installées, mais vous gagnerez tout à en importer de meilleures depuis le Net. Ces opérations restent simples, mais risquent néanamoins de rebuter les néophytes. Ce sont toutefois des étapes nécessaires pour profiter à 100% de la lecture sur la Nova 3 Color.

La liseuse chinoise met à portée de main de très nombreux réglages pour les fichiers EPUB et PDF. Vous pourrez ainsi jouer sur les espaces interlignes, les marges ou encore le rendu de l’image, de même que le mode de rafraîchissement. Notez d’ailleurs qu’il est possible de basculer à tout moment vers une version plus moderne du moteur de rendu EPUB. Celle-ci est plus efficace mais sujette à quelques bugs, car toujours en version beta.

Nova 3 Color - Surlignage © Johan Gautreau

NeoReader est donc très complet. Étrangement, il ne permet pas le surlignage avec des couleurs. Rien de bien méchant, on imagine que de futures mises à jour amélioreront ça. Et puis il se rattrape de fort belle manière avec sa synthèse vocale de qualité, sa traduction instantanée via Bing ou même la possibilité de lier des zones de texte à des documents en local ou des sites Web. Je n’ai jamais vu sur une liseuse Android une expérience aussi poussé…

Formats

Par défaut, NeoReader prend en charge les classiques fichiers EPUB et PDF. Vu que la liseuse n’est affiliée à aucune marque/boutique, aucune prise en charge des DRM Adobe ou autre n’est faite de façon native. Pour ouvrir des documents protégés, vous devrez donc passer par des applications tierces. 

Idem pour certains formats spécifiques comme le CBR/CBZ. Impossible pour moi d’ouvrir mes comics en CBZ avec NeoReader, bien qu’Onyx indique le contraire sur son site. Ce n’est pas forcément gênant, de nombreuses applis de qualité sont capables de le faire sur le Play Store.

Synchronisation 

J’ai déjà abordé brièvement les possibilités de synchronisation de la Nova 3 Color. Comme toute liseuse Android, elle demande quelques concessions. Ainsi, contrairement à Amazon ou Kobo, vous ne pourrez pas retrouver votre progression dans vos livres en passant d’un support à un autre. C’est l’inconvénient de toutes ces machines qui ne sont pas affiliées à une enseigne spécifique.

En revanche, c’est différent pour les notes. Onyx met en œuvre un service de synchro très efficace. Prenez vos notes sur la Nova 3 Color, elles seront automatiquement transférées sur vos autres liseuses de la marque chinoise. Il est même possible de lier vos comptes Evernote, Dropbox et OneNote, histoire d’agrandir vos horizons. On sent bien qu’Onyx mise gros sur la partie notes, ce qui n’est pas pour nous déplaire !

Accessoires

La Nova 3 Color est une liseuse qui coûte cher, très cher même. Histoire de faire passer la pilule plus facilement, Onyx fournit donc avec la belle plusieurs accessoires, à savoir un stylet Wacom et une coque de protection.

Stylet Wacom

Contrairement à la P10, le stylet est inclus avec la Nova 3 Color. Le modèle présenté ici est d’ailleurs le même que sur la grande sœur Onyx Max Lumi de 13.3’’. 

Nova 3 Color - Stylet tactile © Johan Gautreau

Conçu en partenariat avec Wacom, il offre une prise en main très agréable grâce à son design bisauté en triangle. L’extrémité fait office de gomme. Plusieurs mines de rechange sont incluses dans le pack avec leur outil d’extraction.

Nova 3 Color - Stylet mine © Johan Gautreau

L’accessoire est capable de gérer 4096 points de pression. En revanche, il n’est pas doté d’un détecteur d’inclinaison comme l’Apple Pencil. Je ne trouve pas que ça soit bien grave, peu de stylets tactiles proposent une telle fonctionnalité…

Nova 3 Color - Stylet gomme © Johan Gautreau

Une fois en main, il réagit parfaitement à toutes les sollicitations. Bien qu’on soit sur de l’encre électronique, il n’y a quasiment pas de latence dans l’écriture. La prise de notes est donc très agréable. La dalle en verre bord à bord facilite l’utilisation du stylet. On est bien au-delà de ce qu’offre la Likebook P10. Et vu que le stylet fonctionne sans batterie, on peut profiter de ses services à n’importe quelle heure de la journée !

Coque de protection

Tout comme Boyue, Onyx Boox choie ses clients en offrant avec chacune de ses liseuses une coque adaptée. Vu que la Nova 3 Color est constituée de plastique, ce ne sera pas du luxe de lui offrir une couche de protection supplémentaire…

Nova 3 Color - Coque protection © Johan Gautreau

La coque est elle-même en plastique. Elle se clipse très fortement à la liseuse asiatique, au point qu’il sera difficile de la retirer. 

Nova 3 Color - Coque © Johan Gautreau

Le rabat avant est magnétisé. L’écran s’éteint et s’allume donc au grès des mouvements du rabat. Sur cette même partie on trouve un petit emplacement en nylon destiné à accueillir le stylet tactile. C’est certainement la partie la moins bien travaillée de cette coque. On sent bien qu’elle risque de céder avec l’usure à plus ou moins long terme.

Nova 3 Color - Fixation stylet coque © Johan Gautreau

Malgré ce petit point faible, la protection offerte par Onyx est de très bonne qualité. Je vous recommande vivement d’en équiper votre Nova 3 Color dès l’ouverture de la boîte afin d’assurer une meilleure durabilité à cette liseuse qui coûte quand même plus de 400€ !

Performances

Processeur à huit cœurs, 3 Go de RAM, 32 Go de stockage interne : la Nova 3 Color est équipée comme une petite tablette entrée de gamme tout ce qu’il y a de plus décente. Et ça se ressent au quotidien !

La liseuse d’Onyx est bien plus rapide que ses homologues américaines et françaises. Tellement rapide qu’il est possible de regarder des vidéos YouTube sans trop souffrir. Pour ça, le constructeur chinois met en œuvre pas moins de quatre modes de rafraîchissement de l’écran, là où on en trouve généralement deux sur les autres liseuses asiatiques.

Nova 3 Color - Paramètres application © Johan Gautreau

Une fois passée en mode rapide, la petite machine arrive à afficher des vidéos sans trop souffrir. Bien entendu, le ghosting est très élevé. Le but n’est d’ailleurs pas de regarder des films en entier, mais plutôt d’améliorer la navigation sur le web ou gérer de petits animations. Libre à vous de basculer d’un mode à l’autre selon vos usages. Comme je le disais plus haut, chaque application peut faire l’objet d’un réglage précis. Par exemple, j’utilise un rafraichissement plus rapide pour mes lectures sur Rocambole qui demande un défilement de l’écran plus régulier que pour un roman classique. Il me suffit ensuite de paramétrer un refresh total de la dalle une fois le défilement terminé. Je peux ainsi lire sur cette sympathique application française presque comme sur mon smartphone, confort de l’écran E-Ink en plus.

Utiliser la Nova 3 Color est donc un véritable plaisir au quotidien. Elle répond au doigt et à l’œil, gérant à merveille les applications les plus exigeantes. Il faut juste prendre le temps de régler chaque application de près pour en tirer le meilleur. Ce n’est pas indispensable, mais parfois nécessaire pour résoudre quelques petits couacs inhérents à la technologie E-Ink.

Autonomie

Notre exploration de la Nova 3 Color touche bientôt à sa fin. Avant de passer à la conclusion, jetons un œil à l’autonomie. Car c’est certainement ce point qui risque de poser le plus de problèmes aux amateurs de lecture électronique…

Bien qu’elle embarque une généreuse batterie de 3150 mAh, la liseuse d’Onyx est loin d’être aussi endurante que ses concurrentes ne fonctionnant pas sous Android. C’est d’ailleurs un défaut inhérent à tous les e-readers qui privilégient ce système.

Ainsi, il sera ardu de tenir la charge plus d’une semaine. En usage intensif, rétro-éclairage allumé avec WiFi et Bluetooth activé, vous n’arriverez certainement pas à tenir plus de quatre ou cinq jours d’utilisation, à raison d’environ 2h de lecture/prise de note par jour. La polyvalence d’Android se paie chèrement !

Nova 3 Color - Paramètres alimentation © Johan Gautreau

L’idéal est de jouer sur les options d’alimentation : coupure auto du WiFi, mise en veille rapide et extinction automatique après une courte durée. De cette façon, vous gagnerez quelques précieux jours d’utilisation.

La recharge n’aide pas vraiment à améliorer les choses. Avec un chargeur de smartphone – 20W pour mon test – il faut compter plus de 2h pour faire le plein intégral de la batterie. La liseuse asiatique n’est pas équipée de la charge rapide, ce qui n’est guère étonnant. Vous le saurez donc : embarquez un chargeur si vous comptez voyager plus d’une semaine avec la Nova 3 Color !

Onyx Boox Nova 3 Color : le verdict de Clubic

La nouvelle liseuse couleur d’Onyx Boox est une excellente machine. Pas parfaite certes, mais quand même de très bonne qualité. Non contente de montrer de belles évolutions dans la gestion des couleurs par rapport à la première génération d’écrans Kaleido, la belle se pare surtout d’une partie logicielle d’excellente qualité.

Que ce soit pour la lecture ou la prise de notes, la Nova 3 Color a su nous impressionner sur de nombreux points. Android 10 apporte plus d’options que jamais pour la personnalisation de cette machine, mais demandera de mettre un peu les mains dans le cambouis. Le jeu en vaut toutefois largement la chandelle pour qui prendra le temps d’importer polices et dictionnaires, de paramétrer chaque application avec finesse.

Le principal obstacle à l’achat sera certainement le prix. Plus de 400€, ça fait très cher, même avec les accessoires inclus. Pas sûr que l’écran E-Ink couleur en vaille la peine, cette technologie manquant encore de maturité. Murissez donc votre réflexion avant de craquer pour la Nova 3 Color. À moins de nécessiter les couleurs à tout prix, il sera peut-être plus sage de vous orienter vers d’autres liseuses de chez Onyx. Elles profitent du même logiciel et coûtent bien moins cher.

Onyx Boox Nova 3 Color

8

La Nova 3 Color est indéniablement une excellente liseuse à écran couleur. Taillée aussi bien pour la prise de notes que la lecture, elle souffre néanmoins d’un prix très élevé, pas forcément justifié par la dalle couleur qui reste perfectible.

Les plus

  • Écran Kaleido Plus en net progrès…
  • Logiciel incroyablement touffu…
  • Machine très polyvalente
  • Bonnes performances
  • Coque et stylet fournis

Les moins

  • … mais encore perfectible
  • … mais complexe pour les débutants
  • Prix très élevé
  • Quelques traductions manquantes
  • Pas de gyroscope

Design et finitions 8

Écran 7

Logiciel 9

Confort de lecture 8

Prise de notes 9

Autonomie 6

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
8
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Apple publie un livre blanc sur la dangerosité des App Store tiers
Huawei P50 : une sortie avant la fin juillet ?
Chrome sur iOS permet de verrouiller ses onglets de navigation privée avec Face ID
Forfait mobile : le forfait RED by SFR 5Go à 5€ est encore disponible quelques heures
Huawei :
Honor pourrait également sortir son smartphone pliable... mais pas avant la fin d'année
Après Aukey, au tour de RavPower d'être banni d'Amazon en raison de faux avis
Galaxy Z Fold 3 et Z Flip 3 : vers un lancement tout début août
Qualcomm : le futur haut de gamme Snapdragon 895 en test chez les constructeurs partenaires
Le forfait mobile B&You 5 Go à prix mini est de retour !
Haut de page